Transport, matériel, label... Des pistes vertes pour des sports d’hiver écoresponsables

Chaque premier lundi du mois, « La Matinale » vous propose une série de gestes à adopter pour réduire votre impact sur la planète.

Par Publié le 03 février 2020 à 01h53 - Mis à jour le 03 février 2020 à 11h11

Temps de Lecture 5 min.

Article réservé aux abonnés

LA LISTE DE LA MATINALE

Un skieur dans les airs, à Saas-Fee, Valais, en Suisse.

Les vacances d’hiver se profilent déjà. Certains rêvent de poudreuse, de sapins enneigés et de feux de cheminée au chalet. Sauf que les séjours au ski sont loin d’être sans impact sur l’environnement. Remontées mécaniques, neige de culture, forte consommation d’eau et d’énergie, trafic automobile important… la facture est lourde. Il existe néanmoins des moyens de prendre de l’altitude sans faire payer le prix fort à la planète. Quelques pistes vertes pour profiter autrement de la montagne.

  • Niveau débutant

Se rendre sur place et se déplacer sans polluer

Conditions difficiles dues au verglas et à la neige, embouteillages pour atteindre la station, surconsommation de carburant et galère de la fixation des chaînes… autant de bonnes raisons pour laisser tomber la voiture et privilégier le train, bien moins polluant.

Car la question du transport est primordiale. Selon l’association Mountain Riders, qui travaille à la sensibilisation et à l’éducation au développement durable en territoire de montagne, 57 % des émissions de gaz à effet de serre d’une station de montagne sont liées au transport aller-retour des vacanciers depuis leur lieu de résidence jusqu’à destination.

Un train quitte la Gare de l’Est sous la neige, en février 2018.

Une fois que vous êtes arrivé à la gare, vous pouvez atteindre les sommets grâce à de nombreuses lignes d’autobus et à des navettes mises en place par les stations. Sur place, déplacez-vous à pied, en ski ou avec les transports collectifs. Si vous ne pouvez vraiment pas vous passer de voiture, pensez au moins au covoiturage.

Conserver les bonnes habitudes de la maison

En vacances, je n’oublie rien et surtout pas les gestes zéro déchet appris toute l’année. Avant de partir, prévoyez gourdes, produits d’hygiène en mode solide, cabas et sacs réutilisables pour les courses sur place. Evidemment, pliez-vous aux consignes de tri des déchets et surtout ne jetez rien dans la nature.

Chaque année, plus de 150 tonnes de déchets sont abandonnées en montagne ; 64 % sont d’origine professionnelle (jalons de piste, câbles) et 36 % d’origine touristique (mégots, canettes, petits emballages en tout genre). Recouverts par la neige en hiver, ces détritus réapparaissent au pied des sapins au dégel. Un fléau dans les stations.

Selon Mountain Riders, on peut retrouver jusqu’à 30 000 mégots sous une remontée mécanique d’une dizaine de sièges. Sachant qu’un seul spécimen pollue un 1 mètre cube de neige, soit environ 500 litres d’eau, et met plusieurs dizaines d’années à disparaître, pensez à vous équiper d’un cendrier de poche si vous fumez.

Il vous reste 63.2% de cet article à lire.

Lecture du Monde en cours sur un autre appareil.

Vous pouvez lire Le Monde sur un seul appareil à la fois

Ce message s’affichera sur l’autre appareil.

  • Parce qu’une autre personne (ou vous) est en train de lire Le Monde avec ce compte sur un autre appareil.

    Vous ne pouvez lire Le Monde que sur un seul appareil à la fois (ordinateur, téléphone ou tablette).

  • Comment ne plus voir ce message ?

    En cliquant sur «  » et en vous assurant que vous êtes la seule personne à consulter Le Monde avec ce compte.

  • Que se passera-t-il si vous continuez à lire ici ?

    Ce message s’affichera sur l’autre appareil. Ce dernier restera connecté avec ce compte.

  • Y a-t-il d’autres limites ?

    Non. Vous pouvez vous connecter avec votre compte sur autant d’appareils que vous le souhaitez, mais en les utilisant à des moments différents.

  • Vous ignorez qui est l’autre personne ?

    Nous vous conseillons de modifier votre mot de passe.