Coronavirus : Facebook veut éviter « l’effondrement » de ses serveurs face aux pics d’utilisation

L’entreprise a détecté une très forte hausse de l’utilisation de ses applications – WhatsApp en particulier – dans les zones les plus touchées par la pandémie. « Les appels [audio et vidéo] ont doublé », a expliqué Mark Zuckerberg à la presse, mercredi.

Par Publié le 18 mars 2020 à 21h29 - Mis à jour le 19 mars 2020 à 07h12

Temps de Lecture 2 min.

Mark Zuckerberg à Munich, le 15 février.

Mark Zuckerberg, le patron de Facebook, a organisé – depuis son domicile en Californie, comme il se doit – une conférence de presse téléphonique mercredi 18 mars, à laquelle Le Monde a pu participer. Il est revenu, d’un ton grave dont il est peu coutumier, sur la manière dont le réseau social fait face à la pandémie de Covid-19.

Jusqu’ici, pour aider ses utilisateurs à faire face à la diffusion du coronavirus, Facebook mettait principalement en avant les sites gouvernementaux, afin de diffuser les informations officielles liées à la maladie. Désormais, sa stratégie sera, selon les mots de M. Zuckerberg, « de faire prendre le confinement au sérieux » par le grand public.

En direct : La France face au coronavirus : au moins 264 morts, dont 89 dans les dernières 24 heures

Des contenus issus « d’experts de la santé publique », de « journalistes et d’universitaires », mais aussi de « personnalités » – il n’a pas dit lesquelles – vont apparaître dans les vingt-quatre prochaines heures en haut de tous les fils d’actualité des dizaines de millions d’utilisateurs français de Facebook pour les « encourager » à se confiner. Par exemple des « visualisations » démontrant les effets bénéfiques du confinement pour lutter contre la propagation de la maladie.

Ces informations seront aussi diffusées d’ici à vingt-quatre heures dans d’autres pays principalement touchés par la pandémie, à savoir l’Italie, l’Espagne, l’Allemagne, les Etats-Unis et le Royaume-Uni.

Lire aussi L’Europe face au coronavirus : 475 morts en 24 heures en Italie, le pire bilan quotidien depuis le début de l’épidémie

Eviter « l’effondrement » des réseaux

Mark Zuckerberg a expliqué à cette occasion que son entreprise avait détecté une très forte hausse de l’utilisation de ses services dans les zones très fortement touchées par la pandémie. « Les appels [audio et vidéo] ont doublé », a-t-il expliqué. Ce, en premier lieu, pour WhatsApp, la messagerie très populaire et propriété de Facebook depuis 2014 : le niveau d’activité de l’application est considéré comme au-delà du maximum habituel, atteint, en temps normal, pour le réveillon du 31 décembre.

Lire sur le sujet : Le coronavirus à l’heure des rumeurs par messagerie instantanée : « C’est la mère de ma femme qui me l’a dit »

Mark Zuckerberg a indiqué que les ingénieurs de Facebook travaillaient à renforcer les infrastructures existantes, au cas où la situation de certains pays comme l’Italie, durement touchée par le coronavirus et confrontée à un confinement quasi total de la population depuis le 10 mars, se généraliserait. Cela afin d’éviter un « effondrement » des réseaux de Facebook, selon les propos de M. Zuckerberg.

Le dirigeant de Facebook a enfin précisé les conséquences de la pandémie sur la modération des contenus publiés. Davantage de moyens ont été déployés pour surveiller les contenus liés au suicide. M. Zuckerberg anticipe en effet que l’isolation prolongée due au confinement, qui devient la norme sur une partie de la planète, conduira à « davantage de problèmes psychologiques » pour ses utilisateurs.

En effet, l’envoi progressif en télétravail de tous les modérateurs de contenus travaillant pour Facebook va rendre la détection et la suppression de certains contenus moins « dangereux » plus lente qu’à l’accoutumée.

Lire sur le sujet : Avec le télétravail et la pandémie, les réseaux sociaux revoient leur système de modération
Notre sélection d’articles sur le coronavirus

Retrouvez tous nos articles sur le coronavirus dans notre rubrique

Sur l’épidémie

Sur le déconfinement et ses enjeux

Contribuer

Dans la même rubrique

Services

Lecture du Monde en cours sur un autre appareil.

Vous pouvez lire Le Monde sur un seul appareil à la fois

Ce message s’affichera sur l’autre appareil.

  • Parce qu’une autre personne (ou vous) est en train de lire Le Monde avec ce compte sur un autre appareil.

    Vous ne pouvez lire Le Monde que sur un seul appareil à la fois (ordinateur, téléphone ou tablette).

  • Comment ne plus voir ce message ?

    En cliquant sur «  » et en vous assurant que vous êtes la seule personne à consulter Le Monde avec ce compte.

  • Que se passera-t-il si vous continuez à lire ici ?

    Ce message s’affichera sur l’autre appareil. Ce dernier restera connecté avec ce compte.

  • Y a-t-il d’autres limites ?

    Non. Vous pouvez vous connecter avec votre compte sur autant d’appareils que vous le souhaitez, mais en les utilisant à des moments différents.

  • Vous ignorez qui est l’autre personne ?

    Nous vous conseillons de modifier votre mot de passe.