« One-Punch Man », la star des salles de muscu en ligne

L’entraînement suivi par Saitama, l’homme le plus fort du monde dans le manga à succès, a donné naissance à toute une culture ironique dans les communautés YouTube consacrées à la musculation.

Par et Publié le 08 mars 2020 à 11h00 - Mis à jour le 08 mars 2020 à 12h02

Temps de Lecture 4 min.

Cent pompes, cent abdos, cent squats et 10 km de course à pied. A faire tous les jours, sans vacances, pendant trois ans, pour devenir l’humain le plus fort du monde. C’est l’entraînement suivi par Saitama, le héros du manga à succès One-Punch Man, qui lui a permis de devenir un surhomme capable d’envoyer au tapis n’importe quel adversaire d’un seul coup de poing, d’où son surnom.

Métaphore filée du monsieur Tout-le-monde qui devient un héros par la seule force de sa volonté et de sa persévérance, Saitama est devenu en quelques années un personnage de premier plan, au Japon mais aussi en France. Son attitude désabusée – il se fait régulièrement voler la vedette par d’autres superhéros bien moins forts que lui – est devenue sa marque de fabrique, et une référence courante dans les mèmes diffusés sur les plates-formes de discussion francophones, réseaux sociaux ou forums de jeuxvideo.com.

« 100 pompes, 100 abdos, 100 squats, et 10 kilomètres de course à pied tous les jours » : la recette de l’entraînement sauce Saitama.
« 100 pompes, 100 abdos, 100 squats, et 10 kilomètres de course à pied tous les jours » : la recette de l’entraînement sauce Saitama.

Loser brillant, sous-estimé mais héroïque, drôle et fort, Saitama « reprend les codes classiques du manga mais les détourne. Ce qui pourrait n’être qu’une vaste blague est en fait une excellente mise en abyme », explique Grégoire Hellot, directeur de collection chez Kurokawa, qui édite le manga en France depuis 2016.

Et dans les communautés en ligne consacrées à la musculation, One-Punch Man est devenu une référence courante. Sur YouTube, des dizaines de vidéos sont consacrées à « l’entraînement One-Punch Man » : inconnus ou célèbres, des youtubeurs se filment, pendant quelques jours ou quelques mois, alors qu’ils suivent l’entraînement de Saitama. Tibo Inshape, le youtubeur fitness le plus suivi en France, s’est plié à l’exercice durant trente jours il y a deux mois, quatre ans après SaitamaV2, premier Français à avoir tenté de suivre ce programme.

Un entraînement… qui n’en est pas vraiment un

Mais le « challenge One-Punch Man », qui donne des vidéos souvent amusantes, parfois impressionnantes, est-il efficace ? « Ça ne sert à rien », rigole Frédéric Mompo, ancien champion du monde de culturisme et entraîneur de l’équipe de France. En tout cas, pas pour devenir l’homme le plus fort du monde :

« Pour progresser en musculation, il faut travailler avec des charges. Au début, on peut travailler au poids de corps, mais c’est insuffisant ensuite. Faire 100 squats, c’est dur quand on n’a jamais fait de sport, mais ensuite, quand on a progressé, on peut facilement en faire 200 ! »

Plutôt que relever le défi de Saitama, Idriss, youtubeur sportif qui aborde la muscu sous l’angle de la popculture japonaise dans sa chaîne Manga Workout, a préféré mettre en garde ses 207 000 abonnés.

S’il reconnaît que « l’exemple de Saitama permet de motiver tous ceux qui culpabilisaient de ne s’être jamais mis au sport », sa recette fait partie « de celles que les gens abandonnent le plus vite ». Il regrette que « l’entraînement et le dépassement de Saitama n’apparai[ssent] qu’au tout début du manga » ; par la suite, il est acquis que le personnage soit fort sans efforts.

Idriss préfère se vouer à d’autres saints pour ses entraînements. « Zoro de One Piece, Rock Lee de Naruto ou encore Son Goku ou Vegeta de Dragon Ball sont des personnages motivants sur la durée, avec une belle mythologie. Sinon il y a les animes plus athlétiques comme le manga de boxe Hajime no Ippo », suggère le youtubeur.

Pas assez exigeant, trop répétitif, le « One-Punch Man challenge » peut aussi occasionner des blessures. En l’absence de jours de repos, et pour des personnes qui n’ont pas une activité physique importante, il peut aussi entraîner des tendinites ou des inflammations. Plusieurs youtubeurs en ont fait les frais : SaitamaV2 avait ainsi dû mettre fin à son entraînement au bout de six mois, à cause d’une blessure. Malgré tout, « ça fait des beaux challenges, des histoires marrantes qui peuvent donner envie aux gens de se mettre au sport », estime M. Mompo.

Décalage ironique

D’ailleurs, rares sont les fans qui prennent le « One-Punch Man challenge » au premier degré. La popularité de Saitama ne vient pas du fait qu’il proposerait une sorte de recette miracle pour devenir plus fort, mais plutôt de son décalage ironique, entré en résonance avec la culture de l’autodérision, plus ancienne, qui imprègne une partie du milieu du culturisme. « Les mecs qui se moquent le plus des gens qui font de la muscu, ce sont les gens qui font de la muscu ! », s’amuse l’éditeur Grégoire Hellot, lui-même pratiquant à ses heures.

C’est ce double aspect qui plaît aux culturistes dans One-Punch Man, estime-t-il. « Il y a un côté “ce but à atteindre mais qu’on n’atteindra jamais” », mais aussi un humour de salle de sport : « Il y a une dizaine d’années, je fréquentais beaucoup les salles de muscu et de fitness, et à l’époque ce qui nous faisait marrer, c’était les “Chuck Norris facts”, tout aussi débiles que One-Punch Man. Il y a un aspect hyperviril à se moquer de la surpuissance ! »

Un second degré parfaitement assumé dans One-Punch Man, jusque dans le dessin du héros, dont le corps apparaît dessiné de manière hyperréaliste, mais avec un visage en forme d’œuf. Il est même une parodie d’Anpanman, le héros de dessin animé pour enfants hyperpopulaire au Japon, fait de pains aux haricots.

Pour le caractère blasé, l’histoire ne dit pas s’il tient de son créateur, ONE, mangaka sous pseudonyme qui s’est rendu célèbre avec son œuvre sur Internet avant qu’elle ne devienne un succès d’édition. Ni même si ce dernier s’est astreint lui aussi à faire chaque jour 100 pompes, 100 abdos, 100 squats, et 10 kilomètres de course à pied.

Lire aussi Déjà culte au Japon, le manga « One-Punch Man » débarque en France
Contribuer

Dans la même rubrique

Services

Lecture du Monde en cours sur un autre appareil.

Vous pouvez lire Le Monde sur un seul appareil à la fois

Ce message s’affichera sur l’autre appareil.

  • Parce qu’une autre personne (ou vous) est en train de lire Le Monde avec ce compte sur un autre appareil.

    Vous ne pouvez lire Le Monde que sur un seul appareil à la fois (ordinateur, téléphone ou tablette).

  • Comment ne plus voir ce message ?

    En cliquant sur «  » et en vous assurant que vous êtes la seule personne à consulter Le Monde avec ce compte.

  • Que se passera-t-il si vous continuez à lire ici ?

    Ce message s’affichera sur l’autre appareil. Ce dernier restera connecté avec ce compte.

  • Y a-t-il d’autres limites ?

    Non. Vous pouvez vous connecter avec votre compte sur autant d’appareils que vous le souhaitez, mais en les utilisant à des moments différents.

  • Vous ignorez qui est l’autre personne ?

    Nous vous conseillons de modifier votre mot de passe.