Facebook Dating, dont la sortie était prévue pour la Saint-Valentin, est repoussé faute de garanties

A l’origine de ce report inopiné, un accrochage avec le gendarme des données personnelles irlandais, à qui Facebook n’a pas transmis les garanties obligatoires.

Publié le 13 février 2020 à 11h58 - Mis à jour le 13 février 2020 à 16h41

Temps de Lecture 2 min.

Facebook Dating a été lancé en septembre 2018 en Colombie avant d’être étendu à d’autres pays.
Facebook Dating a été lancé en septembre 2018 en Colombie avant d’être étendu à d’autres pays. NICOLAS SIX / QUENTIN HUGON / « LE MONDE »

La sortie européenne de Facebook Dating, le service de rencontres de Facebook, était prévue jeudi 13 février, à la veille de la Saint-Valentin. L’entreprise américaine a finalement annoncé le jour même qu’elle repoussait ce lancement, sans avancer de nouvelle date.

A l’origine de ce report inopiné, un accrochage avec la Data Protection Commission (DPC), le gendarme irlandais des données personnelles. Le siège de Facebook en Europe étant basé à Dublin, c’est à cet organisme que l’entreprise doit se référer pour les questions relatives à la vie privée de ses produits européens.

Or, selon un communiqué lapidaire publié mercredi par la DPC, Facebook ne lui a pas fourni les documents obligatoires permettant d’attester que le service de rencontres sera bien compatible avec le RGPD, le règlement européen de protection des données personnelles, autrement plus contraignant que les lois américaines.

Lire aussi Que s’est-il passé en un an de RGPD, la loi censée protéger vos données ?

Délais très courts

La DPC explique que Facebook a attendu le 3 février pour l’informer qu’il comptait lancer la fonctionnalité « Dating » en Europe dix jours plus tard. Un délai très court, qui a « préoccupé » la DPC. « Une inquiétude qui s’est aggravée par le fait qu’aucune information ni documentation ne nous ont été transmises le 3 février », qui aurait pu permettre à la Commission d’examiner les dispositions prévues par le réseau social pour protéger les données des utilisateurs européens de Facebook Dating.

Résultat : des agents de la DPC se sont rendus lundi 10 février dans les locaux de Facebook à Dublin pour y mener une inspection, et y ont récolté des documents. Le lendemain, l’entreprise américaine annonçait à la DPC qu’elle reportait le déploiement européen de Facebook Dating.

« Nous voulons lancer Facebook Dating dans les meilleures conditions et avons décidé de prendre un peu plus de temps pour nous assurer que le produit soit prêt pour le marché européen », a déclaré un porte-parole de Facebook dans un communiqué transmis au Monde. « Nous avons mis en place des mesures solides de protection de la vie privée et, en amont du lancement européen, nous avons complété l’analyse d’impact relative à la protection des données, qui a été partagée avec [la DPC] à sa demande », assure l’entreprise.

Un service conçu pour des « relations durables »

La DPC est, son côté, « en train d’analyser toute la documentation rassemblée lors de l’inspection de mardi », a déclaré son responsable de la communication, Graham Doyle, à TechCrunch. « Nous avons posé d’autres questions à Facebook et attendons leur réponse. »

Lancé en septembre 2018 en Colombie, avant d’être étendu à d’autres pays comme les Etats-Unis dans les mois qui ont suivi, Facebook Dating a pour ambition de bâtir des « relations durables, pas seulement des plans d’un soir », avait déclaré Mark Zuckerberg, le fondateur de l’entreprise, l’an dernier. Ce service, intégré à Facebook, ne nécessite pas d’installer d’application supplémentaire. L’entreprise a toujours insisté sur le fait que le profil servant aux rencontres était séparé du profil classique, afin d’éviter les situations embarrassantes.

Lire aussi Facebook : comment va fonctionner son service de rencontres
Contribuer

Dans la même rubrique

Services

Lecture du Monde en cours sur un autre appareil.

Vous pouvez lire Le Monde sur un seul appareil à la fois

Ce message s’affichera sur l’autre appareil.

  • Parce qu’une autre personne (ou vous) est en train de lire Le Monde avec ce compte sur un autre appareil.

    Vous ne pouvez lire Le Monde que sur un seul appareil à la fois (ordinateur, téléphone ou tablette).

  • Comment ne plus voir ce message ?

    En cliquant sur «  » et en vous assurant que vous êtes la seule personne à consulter Le Monde avec ce compte.

  • Que se passera-t-il si vous continuez à lire ici ?

    Ce message s’affichera sur l’autre appareil. Ce dernier restera connecté avec ce compte.

  • Y a-t-il d’autres limites ?

    Non. Vous pouvez vous connecter avec votre compte sur autant d’appareils que vous le souhaitez, mais en les utilisant à des moments différents.

  • Vous ignorez qui est l’autre personne ?

    Nous vous conseillons de modifier votre mot de passe.