C’est beau la France ! 10 villages secrets

« La Matinale » vous invite au voyage. Puisque les vacances d’été auront sans doute lieu dans l’Hexagone, voici dix idées de villages à découvrir, du Luberon au Cotentin en passant par le Loiret. Et, qui sait, peut-être ces petits bijoux sont-ils d’ores et déjà à moins de 100 km de chez vous…

Par , et Publié le 17 mai 2020 à 00h22 - Mis à jour le 17 mai 2020 à 05h55

Temps de Lecture 8 min.

LA LISTE DE LA MATINALE

Marre du paysage urbain de Lyon ou de Saint-Etienne ? C’est le moment d’aller découvrir le circuit des Pierres dorées et ses 39 villages, comme le très beau Oingt. Depuis Paris, Lyons-la Forêt est une escapade dans les bois à tomber, tout comme le médiéval Yèvre-le-Châtel. Rouennais ou Amiénois, filez découvrir les roses de Gerberoy.

Séguret, le charme de Montmirail

Le village perché de Séguret.
Le village perché de Séguret. SEGURET TOURISME

Voici le genre de petit village de carte postale dont les murs en pierre de taille, les toits de tuile rouge et les cyprès semblent comme suspendus à la colline. Au pied des sublimes dentelles de Montmirail, entre Vaison-la-Romaine et le mont Ventoux, Séguret surplombe la vallée du Rhône et ses vignes à perte de vue avec fierté. Il faut se garer au pied du village, grimper dans ses ruelles escarpées pour découvrir de petites maisons charmantes, aux microjardins ombragés, un lavoir du Moyen Age, une très belle fontaine aux mascarons, un ancien beffroi.

La chapelle Sainte-Thècle, construite au XVIIIe siècle, accueille de jolies expositions de peinture en été, et de santons en hiver. Les enfants aimeront se cacher dans les ruines du château féodal, d’où la vue sur les Alpilles et les Cévennes, au loin, est à tomber. Place des Arceaux, on profitera de l’ombre des platanes centenaires, en écoutant les boulistes papoter. Mais c’est les jeudis soirs d’été que Séguret est le plus agréable : le temps d’un marché nocturne, les artisans et producteurs locaux proposent à manger et à boire, et on dîne sous les lampions, autour de grandes tablées, de fromages et de vins du pays.

Saint-Vaast-la-Hougue, le charme du Cotentin

Le charme d’un petit port de pêche...
Le charme d’un petit port de pêche... CC BY-NC-ND 2.0. / PATRICK MULLER

Le si charmant petit port de pêche de Saint-Vaast-la-Hougue, auréolé en 2019 du titre de village préféré des Français, mérite amplement cette distinction. On y vient pour déguster des saint-vaast sur le port, des huîtres produites ici depuis des générations. Les Saint-Vaastais fleurissent leurs rues, et le marché du samedi matin est toujours joyeusement animé.

La tour Vauban du fort de la Hougue qui se dresse sur une presqu’île face à la mer fait pendant à celle de la petite île de Tatihou, qu’on rejoint en bateau amphibie pour une magnifique balade dans le vent. On y trouve aussi un jardin botanique et un passionnant musée d’histoire maritime. Cherbourg n’est pas loin, l’immanquable jardin de Vauville à La Hague non plus, et il est ouvert. Tant de raisons de découvrir Saint-Vaast et la pointe du Cotentin.

Encotentin.fr

Oingt, la beauté des pierres dorées

Oingt et sa douce lumière.
Oingt et sa douce lumière. CC.2.0 / NY

Des vignes, des collines et une lumière dorée reflétée par les villages de pierre… Non, nous ne sommes pas en Toscane, mais dans la vallée d’Azergues, au sud du vignoble beaujolais. Le pays des Pierres dorées porte bien son nom : ici, dans chacune des charmantes bourgades, les maisons ont été construites dans une roche calcaire teintée par des oxydes de fer, qui prend les reflets de l’or, surtout au coucher du soleil.

On pourrait citer Châtillon, Chamelet, Theizé (on vous conseille d’ailleurs de faire un circuit entre ces 39 villages, tous aussi bucoliques les uns que les autres), mais notre préférence va à Oingt. Une cité médiévale qui a conservé l’ancienne chapelle du château, une porte fortifiée, et une tour donjon du XIe siècle où il faut grimper pour jouir d’un superbe panorama sur la vallée et les vignes. Dans le cœur du village, les galeries d’artistes et les artisans d’art sont nombreux. Et les dégustations de beaujolais toujours bienvenues.

Yèvre-le-Châtel, bijou médiéval du Loiret

Yèvre-le-Châtel et sa forteresse.
Yèvre-le-Châtel et sa forteresse. B. VOISIN / ADTR LOIRET

Ceux qui connaissent Yèvre-le Châtel, dans le Loiret, partagent peu le secret de ce merveilleux village si loin du tumulte de la capitale mais à moins de 100 kilomètres de Paris. La forteresse médiévale, construite sous Philippe Auguste, donne toute son allure au village. La balade à l’intérieur des remparts passe par des maisons fleuries, la splendide basse-cour du château et l’église gothique inachevée de Saint-Lubin, dont le charme ruiniforme avait ému Victor Hugo. La cour haute est plantée d’un jardin médiéval en carrés.

De Yèvre-le-Châtel, on peut se lancer à la découverte de la route de la rose du Loiret, qui vient tout juste d’ouvrir. Du parc floral de La Source, à Orléans, en jardins plus intimes comme le jardin d’André-Eve à Pithiviers, ce voyage sensoriel est le complément parfait de la découverte de Yèvre-le-Châtel.

Saint-Jacut-de-la-Mer, le village aux 11 plages

A Saint-Jacut, tous les chemins mènent à la mer.
A Saint-Jacut, tous les chemins mènent à la mer. MAIRIE DE SAINT-JACUT-DE-LA-MER

Un village… et onze plages ! Qui dit mieux ? Posé sur une langue de terre, au cœur d’un paysage sans cesse transformé par les marées, Saint-Jacut-de-la-Mer est un petit bijou de la Côte d’Emeraude. Depuis cet ancien village de pêcheurs, duquel l’architecture des maisons n’a pas bougé depuis le XIXe siècle, tous les chemins mènent à la Manche ! Chaque jour, on peut découvrir une nouvelle plage.

Notre préférence va à celle du Rougeret, qui fait face à l’archipel des Ebihens. A marée basse, tentez la traversée de l’estran jusqu’à ce chapelet d’îles. Ne manquez pas non plus la visite de la très belle abbaye de Saint-Jacut ; fondée au IVe siècle, restaurée en 1875, elle est aujourd’hui gérée par une association intégrant une équipe de laïques et une communauté de religieuses. L’été, l’abbaye redevient pension de famille où il fait bon se poser.

Charroux, la médiévale commerçante

Une maison à pan de bois de Charroux.
Une maison à pan de bois de Charroux. LUC OLIVIER

Dans l’Allier, à 30 km à l’ouest de Vichy, Charroux est une ancienne ville fortifiée. Classée parmi les plus beaux villages de France, le seul dans le département, elle est construite sur une butte qui offre un magnifique panorama : au nord sur la plaine de la Limagne, et au sud sur les monts d’Auvergne. Important carrefour d’échanges au Moyen Age, il suffit d’arpenter les ruelles pavées du village pour ressentir son âme et comprendre son histoire. Ici, le nom évocateur des rues témoigne encore de sa grande activité commerçante comme la rue de la Poulaillerie, celle de la Corderie, celles des Tanneurs ou des Fours-à-Chaux.

On tombe vite sous le charme de l’influence médiévale : façades en pierre sculptées du XVe siècle au XVIIIe siècle, maisons à pans de bois et à encorbellements, et un nombre exceptionnel de puits. De la cour des Dames, où les citoyens de Charroux se réunissaient, au belvédère en passant par la tour de l’horloge, la porte d’Orient, la maison du prince de Condé, aujourd’hui chambres d’hôtes : Charroux ne se dévoile complètement qu’aux plus curieux.

A vous de pousser les portes de la Maison des horloges pour découvrir, dans une atmosphère berçante, l’impressionnante collection d’un passionné tandis que d’autres s’attarderont dans la célèbre moutarderie de Charroux, la plus petite fabrique de moutarde de France, une spécialité depuis le début du XIXe siècle préparée avec du vin de Saint-Pourçain et du moult de raisin…

Ménerbes, le joyau de Picasso

L’un des joyaux du Luberon.
L’un des joyaux du Luberon. OTI PAYS D'APT LUBERON

Village forteresse, ancien bastion huguenot, Ménerbes est sûrement l’un des plus beaux villages du Luberon. Il pourrait même devenir le village préféré des Français si la consultation ouverte pour l’émission de France 3, présentée par Stéphane Bern (qui devait se terminer le 19 mars), ne voit pas son édition 2020 perturbée en raison du Covid-19… Cette commune de près de 1 000 habitants représente en effet cette année la région Provence-Alpes-Côte d’Azur.

Bâtie sur un éperon rocheux, entourée de vignes et de vergers, du parc naturel régional du Luberon, Ménerbes conserve de sa période huguenote tourmentée de très belles demeures des XVIe et XVIIe siècles miraculeusement épargnées. La citadelle, édifiée pour protéger les Ménerbiens dresse encore son imposante silhouette. Mais il faut surtout découvrir l’abbaye Saint-Hilaire, ancien couvent des Carmes dans lequel séjourna saint Louis de retour des croisades, ainsi que l’église Saint-Luc, qui a bénéficié d’une belle restauration il y a quelques années.

On pourra également s’arrêter au Musée du tire-bouchon, créé par l’ancien maire, viticulteur et producteur de cinéma, Yves Rousset-Rouard. On admirera également le Castellet, où vécut Nicolas de Staël, qui n’est pas le seul peintre à être tombé sous le charme du village, puisque Picasso puis Dora Maar y ont également élu domicile.

Lyons-la-Forêt, dans les bois millénaires de L’Eure

Les jolies maisons à colombage de Lyons.
Les jolies maisons à colombage de Lyons. CC BY-NC-ND 2.0. / PATRICK

Dans l’Eure, Lyons-la-Forêt est un des secrets les mieux gardés des confins de la Normandie. Construit autour d’une ancienne motte castrale (l’ancêtre du château fort), Lyons a le charme typique du village normand, avec ses maisons à colombages et sa halle du XVIIIe siècle qui sert toujours de marché couvert. Très animé, entre antiquaires et épiceries, ce gros bourg offre aussi un grand bol d’air : il est entouré par la plus grande hêtraie de France, qui est exploitée depuis plus de mille ans.

Maurice Ravel ou Jacques-Emile Ruhlmann sont au nombre de ceux qui ont fait de Lyons un lieu à la mode il y a un siècle, ce qu’il est en train de redevenir. L’Association des amis de Lyons, très dynamique, prépare déjà le retour des visiteurs.

Gerberoy, le paradis des roses

La roseraie des jardins Le Sidaner.
La roseraie des jardins Le Sidaner. G.STASZEWSKI / PROPHOTO

A une heure trente de Paris, dans les Hauts-de-France, réunion du Nord-Pas-de-Calais et de la Picardie depuis la réforme de 2014, on trouve aussi de la Normandie… Il suffit d’aller à Gerberoy, et d’observer les maisons de ce charmant village faites de torchis à colombages et de hourdis de briques qui se côtoient dans un ensemble unique…

Unique comme l’est son histoire : sa situation, sur une butte, à la frontière entre les anciens royaumes de France et d’Angleterre, en fit, du XIe au XVe siècle, le lieu de nombreux conflits. De Guillaume le Conquérant, qui viendra y défier son propre fils, aux ligueurs, en passant par Jean sans Terre et les Bourguignons, le village sera assiégé, détruit, pillé à de nombreuses reprises ! Henri IV, Louis XIII ainsi que Richelieu passèrent à Gerberoy. Aux XVIe et XVIIe siècles, peste et incendie viennent porter le coup de grâce à la cité qui s’endort paisiblement jusqu’au début du XXe siècle.

Tombé sous le charme de « Gerberoy la silencieuse », le peintre post-impressionniste Henri Le Sidaner, réveille la belle endormie dès 1901. Il créa de beaux jardins à l’italienne, toujours visibles depuis les remparts, ainsi que la désormais incontournable Fête des roses, chaque premier dimanche de juin depuis 1928, reportée cette année au 13 septembre…

Yvoire, petite perle du Léman

La douceur du Léman, à Yvoire.
La douceur du Léman, à Yvoire. CC BY-NC-ND 2.0. / LTZ

Yvoire, voisin d’Evian, n’est pas un des plus beaux villages de France par hasard. Ses ruelles magnifiques, où alternent galeries d’art et artisans, son château médiéval et son très joli Jardin des cinq sens (ouverture prévue le 13 juin), classé jardin remarquable, en font une destination parfaite pour la fin du printemps. Dans le petit port, les nombreux voiliers familiaux rappellent que les plaisanciers du coin, pour être des marins d’eau douce, n’en sont pas moins des navigateurs affûtés.

« Village médiéval depuis 1306 », clame non sans humour l’office de tourisme, Yvoire, c’est aussi le splendide domaine de Rovorée - La Châtaignière, avec ses arbres plusieurs fois centenaires. Pour prendre du recul et admirer la rive depuis le lac, la navette solaire Le Foué est à la fois écologique et silencieuse. Parfaite pour une photo souvenir !

Lire aussi Cinq forêts pour un premier bol d’air et de vert

Retrouvez tous les voyages du Monde sur Lemonde.fr/m-voyage/

Contribuer

Dans la même rubrique

Services

Lecture du Monde en cours sur un autre appareil.

Vous pouvez lire Le Monde sur un seul appareil à la fois

Ce message s’affichera sur l’autre appareil.

  • Parce qu’une autre personne (ou vous) est en train de lire Le Monde avec ce compte sur un autre appareil.

    Vous ne pouvez lire Le Monde que sur un seul appareil à la fois (ordinateur, téléphone ou tablette).

  • Comment ne plus voir ce message ?

    En cliquant sur «  » et en vous assurant que vous êtes la seule personne à consulter Le Monde avec ce compte.

  • Que se passera-t-il si vous continuez à lire ici ?

    Ce message s’affichera sur l’autre appareil. Ce dernier restera connecté avec ce compte.

  • Y a-t-il d’autres limites ?

    Non. Vous pouvez vous connecter avec votre compte sur autant d’appareils que vous le souhaitez, mais en les utilisant à des moments différents.

  • Vous ignorez qui est l’autre personne ?

    Nous vous conseillons de modifier votre mot de passe.