Bol d’art : cinq week-ends culturels en Europe

S’émouvoir devant une peinture de Vermeer, un jardin royal, un opéra de Puccini ? A La Haye, Londres ou Milan, cinq escapades pour se nourrir d’art.

Par Publié le 09 octobre 2016 à 07h40 - Mis à jour le 10 octobre 2016 à 09h32

Temps de Lecture 5 min.

Portrait d’un artiste (« Piscine avec deux personnages »), 1971, de David Hockney.

LA LISTE DE NOS ENVIES

Cette semaine on met le cap vers les Pays-Bas pour (re)découvrir, à La Haye, les œuvres de Vermeer, et à Amsterdam celles de Tinguely. Puis direction Milan ou Vienne pour vivre de belles expériences lyriques. Avant de filer outre-Manche pour flâner dans les plus beaux jardins d’Albion et profiter de tout ce que Londres a à offrir. Et de se ressourcer dans le bordelais, sur les pas de François Mauriac.

Rencontrer « La Jeune Fille à la perle »

« La leçon de musique », de Vermeer.

Trois jours aux Pays-Bas ? Juste le temps de faire un grand écart. En commençant par La Haye, et son splendide Mauritshuis. Jusqu’au 8 janvier, le musée propose une remarquable exposition, « Les Hollandais de retour chez eux : Vermeer et ses contemporains de la Royal Collection britannique ». On y découvre vingt-deux œuvres appartenant à la Royal Collection gérée par Sa Majesté la reine Elizabeth II, soit les plus belles peintures du siècle d’or néerlandais, dont La Jeune Fille à la perle et La Leçon de musique de Vermeer.

Le lendemain, on change de style, direction Amsterdam, ses canaux, son béguinage, mais surtout son Musée d’art moderne. Jusqu’au 5 mars, une très belle rétrospective est consacrée à l’artiste plasticien suisse Jean Tinguely, mort il y a juste vingt-cinq ans. On redécouvre avec émotion ses fameuses sculptures animées, sortes d’étranges machines à moteur électrique.

Intermèdes, le voyagiste spécialisé dans les voyages culturels, propose ce duo d’expositions aux Pays-Bas en trois jours, du 2 au 4 décembre, en pension complète avec voyage en Thalys et guide accompagnateur à partir de 1 140 euros par personne.

Vibrer à la Scala

La superbe salle de la Scala, à Milan.

Vous êtes mélomanes, amoureux des voyages et de l’art lyrique ? Les week-ends ne manquent pas, à la condition expresse de s’y prendre suffisamment à l’avance car les places y sont chères, parfois aux deux sens du terme…

Ainsi, il en reste encore quelques-unes à la superbe Scala de Milan, du 18 au 19 décembre, pour s’émouvoir devant Bryan Hymel et Maria-José Siri dans Madame Butterfly de Puccini. Envie de découvrir la Royal Opera House de Londres ? Du 3 au 5 décembre, vous pourrez y écouter dans l’une des plus belles salles du monde, Sonya Yoncheva, Thomas Hampson, Roberto Alagna ou encore Maria Agresta dans deux opéras du XIXe siècle : Les Contes d’Hoffmann d’Offenbach et Le Trouvère de Verdi. Vous préférez Vienne ? Le week-end du 2 au 4 mars 2017 est pour vous. A vous de choisir : un opéra voire deux… Don Giovanni avec Adam Plachetka dans le rôle-titre et Turandot avec Elena Pankratova.

Tous ces week-ends sont proposés par Europera. Milan : à partir de 620 € par personne, hôtel et petit déjeuner sans le transport. Londres : les deux opéras, l’hôtel et un dîner, à partir de 2 790 € par personne sans le transport. Vienne : à partir de 620 € pour un concert et de 1 240 € pour les deux.

Rêvasser dans les jardins anglais

Le jardin de Sissinghurst.

L’année du jardin au Royaume-Uni s’achèvera le 31 décembre… mais ce n’est pas parce que cet événement prend fin qu’il faut pour autant bouder l’art du jardinage anglais. Il est encore temps de réserver un week-end de quatre jours (du 28 avril au 1er mai 2017 ou du 25 au 28 mai). Au programme, le jardin de Savill dans le grand parc royal de Windsor, les jardins de Sissinghurst dans le comté de Kent et de Great Dixer (East Sussex), ceux de Sheffield Park (East Sussex) et de Scotney Castle Garden (Kent), et enfin, ceux de Great Comp (Kent) et Wisley (Surrey).

Ce dernier, propriété de la Royal Horticultural Society (RHS), élu jardin préféré des Anglais en 2013, est mondialement réputé, grâce à son école d’horticulture et aux nombreux travaux pratiques généralement proposé aux adhérents de la RHS. Ces week-ends seront accompagnés par une diplômée d’horticulture et d’anglais, photographe et passionnée de jardins anglais.

Intermèdes. A partir de 1 125 € par personne. Le prix comprend le transport en Eurostar, l’hébergement en hôtel 4 étoiles, la demi-pension et les transferts.

Oser le triplé londonien

Portrait d’un artiste (« Piscine avec deux personnages »), 1971, de David Hockney.

« Celui qui est lassé de Londres, est lassé de la vie, car Londres a tout ce que la vie peut offrir. » Une affirmation sentencieuse de l’essayiste britannique Samuel Johnson vieille de plus de deux cents ans et toujours d’actualité… Il y a tout à Londres, des concerts, des expos, des musées. Beaucoup de musées. Un week-end est loin d’être suffisant, mais il faut un début à tout.

Imaginez trois jours dans la capitale britannique, du 30 mars au 1er avril 2017, avec au programme trois expositions : la Tate Britain et la rétrospective David Hockney pour ses 80 ans, des piscines des villas californiennes aux peintures sur iPad… La Queen’s Gallery de Buckingham Palace avec l’exposition « Portraits d’artistes », rassemblant une série touchante d’autoportraits de peintres tels que Rembrandt, Rubens, Gentileschi… Et enfin la Tate Modern, avec l’exposition Robert Rauschenberg, la plus importante qui lui ait été consacrée depuis trente-cinq ans au Royaume-Uni et la première rétrospective depuis sa mort, il y a huit ans. Des sculptures, des peintures, des photographies, des installations qui brouillent sans cesse les frontières entre arts visuels, danse et science.

A partir de 1 260 € comprenant les trajets Paris-Londres et retour en Eurostar, l’hébergement, trois repas, les transferts, les pass transport en commun, les visites et l’accompagnement par un conférencier, Pascal Bonafoux, écrivain et critique d’art. Clio.fr.

Marcher sur les pas de Mauriac à Bordeaux

Le chalet familial de François Mauriac à Saint-Symphorien.

Né à Bordeaux en 1885, François Mauriac y aura laissé bien plus qu’une œuvre littéraire intimement liée à la région. Non seulement, on y trouve le cadre qui servit à certains de ses romans comme Bazas, où se déroule une partie de l’action de Thérèse Desqueyroux, mais aussi sa maison natale, ainsi que le domaine de Malagar à Saint-Maixant et le chalet à Saint-Symphorien où le romancier et journaliste passait ses vacances.

Ces deux domaines appartiennent désormais à la région Aquitaine. Celui de Malagar est devenu le siège du Centre François Mauriac et le rez-de-chaussée est conservé dans l’état où l’écrivain l’a connu. Le chalet est devenu une résidence pour auteurs, qui peuvent y rester entre quinze jours et deux mois. Le prochain week-end « Sur les pas de Mauriac » est programmé du 16 au 19 mars 2017.

A partir de 690 € par personne le séjour seul et 820 € au départ de Paris. Artsetvie.com.

Voir les contributions

Dans la même rubrique

Services

Lecture du Monde en cours sur un autre appareil.

Vous pouvez lire Le Monde sur un seul appareil à la fois

Ce message s’affichera sur l’autre appareil.

  • Parce qu’une autre personne (ou vous) est en train de lire Le Monde avec ce compte sur un autre appareil.

    Vous ne pouvez lire Le Monde que sur un seul appareil à la fois (ordinateur, téléphone ou tablette).

  • Comment ne plus voir ce message ?

    En cliquant sur «  » et en vous assurant que vous êtes la seule personne à consulter Le Monde avec ce compte.

  • Que se passera-t-il si vous continuez à lire ici ?

    Ce message s’affichera sur l’autre appareil. Ce dernier restera connecté avec ce compte.

  • Y a-t-il d’autres limites ?

    Non. Vous pouvez vous connecter avec votre compte sur autant d’appareils que vous le souhaitez, mais en les utilisant à des moments différents.

  • Vous ignorez qui est l’autre personne ?

    Nous vous conseillons de modifier votre mot de passe.