Port-au-Prince, capital city of Haiti.
Sébastien Désarmaux/Godong /Photononstop

Un lieu, une rencontre : le Port-au-Prince d’Arnaud Robert

Par

Publié le 05 juin 2020 à 09h00 - Mis à jour le 08 juin 2020 à 11h16

Surtout, ne pas tomber dans le folklore. Quand il parle d’Haïti, ce pays qu’il a filmé, enregistré, sur lequel il a écrit pendant dix-sept ans, Arnaud Robert est partagé entre un enthousiasme fébrile, qui fait frémir son sourire sous sa barbe poivre et sel, et le souci de ne pas verser dans l’exotisme ou de ressasser la ritournelle larmoyante du « pays le plus pauvre de l’hémisphère occidental ». « Mon angoisse est qu’il ne reste que du pittoresque alors que, sur place, j’ai vécu des expériences viscérales. »

« La seule chose qui fasse colonne vertébrale dans cette société où tout s’effondre, c’est la culture », Arnaud Robert.

La première fois qu’il pose le pied en Haïti, en décembre 2003, à l’aéroport Toussaint-Louverture, il vit d’ailleurs un moment décisif. « A l’époque, j’étais chroniqueur musical. Du pays, je ne connaissais que sa diaspora, et je venais pour les célébrations du bicentenaire de l’indépendance début 2004. Sauf que la période correspondait aussi à la chute du président Jean-Bertrand Aristide confronté à un soulèvement populaire massif. Nous avions à peine quitté l’aéroport que notre minibus était bloqué par un flot de personnes qui traversaient la rue. J’aurais pu m’arrêter là, céder à la peur : je n’étais pas reporter de news ou de guerre… Mais je suis sorti du véhicule avec ma caméra pour me mêler aux gens. Je me suis dit : “Tiens, je n’aime pas que parler de musique, en fait je suis journaliste.” »

Personnage curieux et curieux de tout, le quadragénaire suisse promène sa longue silhouette, son ironie et son acuité un peu partout sur le globe depuis un bout de temps. Adolescent, il partait déjà chaque année au Mali avec ses parents, couple d’instituteurs qui y formaient des enseignants. Ce sont aujourd’hui des documentaires, des ouvrages ou des articles qui rythment ses escales. Dernier travail en date, La Révolution des toilettes, exploration méticuleuse des toilettes à travers le monde, pour le magazine online Heidi News, qui lui a valu de remporter le Swiss Press Award 2020 catégorie Text.

Le 20 décembre 2019, Arnaud Robert,  interviewe le chanteur Zikiki dans le quartier de Martissant, à Port-au-Prince.

Arnaud Robert est resté fidèle à Haïti où il s’est rendu au moins une fois par an depuis son premier passage. « Entre les Haïtiens et moi, il y a un fossé de langue, de culture, de niveau de vie. Et je n’oublie jamais que moi j’ai un passeport qui me permet de voyager sans visa », souligne-t-il. Le pas de côté, pour mieux observer, n’empêche pas parfois le pas de deux : il a appris des bribes de créole haïtien, a travaillé sur place au quotidien Le Nouvelliste, pour lequel il a signé des chroniques baptisées « Journal d’un Blanc », et donne toujours des cours de journalisme pour la fondation haïtienne Fokal.

Il vous reste 59.32% de cet article à lire.

Lecture du Monde en cours sur un autre appareil.

Vous pouvez lire Le Monde sur un seul appareil à la fois

Ce message s’affichera sur l’autre appareil.

  • Parce qu’une autre personne (ou vous) est en train de lire Le Monde avec ce compte sur un autre appareil.

    Vous ne pouvez lire Le Monde que sur un seul appareil à la fois (ordinateur, téléphone ou tablette).

  • Comment ne plus voir ce message ?

    En cliquant sur «  » et en vous assurant que vous êtes la seule personne à consulter Le Monde avec ce compte.

  • Que se passera-t-il si vous continuez à lire ici ?

    Ce message s’affichera sur l’autre appareil. Ce dernier restera connecté avec ce compte.

  • Y a-t-il d’autres limites ?

    Non. Vous pouvez vous connecter avec votre compte sur autant d’appareils que vous le souhaitez, mais en les utilisant à des moments différents.

  • Vous ignorez qui est l’autre personne ?

    Nous vous conseillons de modifier votre mot de passe.