Un jour, un objet : Vipp

Ils nous entourent, mais on ne connaît pas toujours leur histoire. Alors jetons un autre œil sur nos objets du quotidien. Aujourd’hui, Vipp. Son ancêtre a été inventé par Eugène Poubelle à la fin du XIXe siècle. En 1939, Holger Nielsen en a fait une version design, la Vipp. Une poubelle tellement chic et belle qu’elle a même sa place au MoMa.

Par Publié le 22 mai 2020 à 09h00 - Mis à jour le 22 mai 2020 à 09h02

Temps de Lecture 1 min.

Vipp, version The Conran Shop.
Vipp, version The Conran Shop. THE CONRAN SHOP

Ce réceptacle à déchets, dont nul ne saurait plus se passer, a été inventé il y a un peu plus d’un siècle, à Paris. C’est le préfet de la Seine, Eugène Poubelle (1831-1907) qui, lassé de voir la capitale jonchée d’immondices, prend en novembre 1883 un arrêté pour organiser l’enlèvement des ordures ménagères. Il impose aux propriétaires de fournir à leurs locataires des récipients communs pour y déposer leurs déchets. Le seau à ordures devait être « de bois garni de fer-blanc » afin de pouvoir recevoir aussi « des cendres chaudes sans risque d’incendie », à une époque où l’on se chauffait au bois ou au charbon. L’arrêté stipule aussi ses dimensions, la présence d’un couvercle et d’une anse.

Au lendemain de sa mise en œuvre, le 16 janvier 1884, Le Figaro épingle dans un article pamphlétaire le préfet et sa « boîte Poubelle », qui menace notamment le métier de chiffonniers. On donne bientôt à l’objet le nom de son visionnaire inventeur, au même titre que la guillotine de M. Guillotin. En 1890, la poubelle entre dans le Grand Dictionnaire universel du XIXe siècle. Son usage se répand peu à peu en province puis dans les pays industrialisés, qui adopteront ce mode de ramassage des ordures.

La palme du design revient, elle, à la poubelle à pédale Vipp, née en 1939 au Danemark. Son nom signifie « basculer », ce que fait avec délicatesse son couvercle muni d’amortisseurs, lorsque l’on actionne la pédale. Holger Nielsen, emboutisseur de métier, l’a l’inventée pour le salon de coiffure de son épouse, Marie. La Vipp, avec son socle large pour la stabilité, ses poignées en bakélite pour mieux la déplacer, un seau en acier amovible et son utilisation sans les mains, trône bientôt dans tous les cabinets médicaux et hôpitaux danois.

A partir de 1984, Sir Terence Conran qui ouvre son premier Conran Shop à Londres lui offre, dans ses boutiques design, une seconde vie plus grand public et internationale. En 2005, la voilà rhabillée, pour une vente caritative, par Christian Lacroix, Philippe Starck, Ora-ïto ou Agnès b., et en 2009, elle entre au MoMA de New York. La plus chic des poubelles (vendue 349 euros en 18 litres) est toujours produite par l’entreprise familiale Vipp à Copenhague.

Les « Un jour, un objet » de la semaine
  • Bookworm Cette bibliothèque spirale en acier, dessinée par Ron Arad, s’est muée en serpent de PVC, succès indémodé de l’éditeur Kartell.
  • Moka Express Née au début des années 1930, elle est « la » cafetière italienne qui a révolutionné le café fait maison. Et s’est vendue, à ce jour, à plus de 200 millions d’exemplaires.
  • Fourmi Créée en 1952 par Arne Jacobsen, cette chaise monocoque et constituée de neuf feuilles de bois pressées est la première du genre à avoir été fabriquée en série.
  • LC2 Dessiné par le trio Le Corbusier-Jeanneret-Perriand, ce fauteuil, synonyme de confort, incarne dès sa création, à la fin des années 1920, un nouvel art de vivre.
  • Vipp Son ancêtre a été inventé par Eugène Poubelle à la fin du XIXe siècle. En 1939, Holger Nielsen en a fait une version design, la Vipp. Une poubelle tellement chic et belle qu’elle a même sa place au MoMa.

Et ceux de la semaine dernière :

  • Tykho Cette radio aux formes anguleuses, aux coloris acidulés et qui n’a pas peur de l’eau est devenue en un peu plus de vingt ans un emblème du design français.
  • Le perroquet Créé par Michael Thonet grâce à la technique du cintrage qu’il a inventée au début du XIXe siècle, ce porte-manteau en hêtre massif aux patères joliment courbées incarne, avec la chaise n°4, l’univers du bistrot.
  • Le lampadaire trois bras Ce luminaire sur pied aux ascétiques tiges de métal peint en noir issu de la série « Formes noires » a fait passer Serge Mouille, orfèvre émérite, du statut de maître artisan à celui de créateur.
  • 60 Ce tabouret à trois pieds créé dans les années 1930 par Alvar Aalto peut aussi faire office de table de nuit, de surface de rangement ou d’exposition. La polyvalence par excellence !
  • Valentine Cette machine à écrire, légère et portative, créée en 1969 par Ettore Sottsass, n’a pas eu le succès escompté dans les bureaux, mais a rejoint les rangs des plus grands musées.

Retrouvez tous les articles design du Monde sur Lemonde.fr/m-design-deco/

Contribuer

Dans la même rubrique

Services

Lecture du Monde en cours sur un autre appareil.

Vous pouvez lire Le Monde sur un seul appareil à la fois

Ce message s’affichera sur l’autre appareil.

  • Parce qu’une autre personne (ou vous) est en train de lire Le Monde avec ce compte sur un autre appareil.

    Vous ne pouvez lire Le Monde que sur un seul appareil à la fois (ordinateur, téléphone ou tablette).

  • Comment ne plus voir ce message ?

    En cliquant sur «  » et en vous assurant que vous êtes la seule personne à consulter Le Monde avec ce compte.

  • Que se passera-t-il si vous continuez à lire ici ?

    Ce message s’affichera sur l’autre appareil. Ce dernier restera connecté avec ce compte.

  • Y a-t-il d’autres limites ?

    Non. Vous pouvez vous connecter avec votre compte sur autant d’appareils que vous le souhaitez, mais en les utilisant à des moments différents.

  • Vous ignorez qui est l’autre personne ?

    Nous vous conseillons de modifier votre mot de passe.