La fièvre du ménage en temps de confinement

Obligation faite de rester chez soi, on pensait avoir (enfin) le temps de lire, regarder des films, et faire ce qu’on aime en général. Au lieu de quoi on brique, on astique, on aspire...

Par Publié le 03 avril 2020 à 23h35 - Mis à jour le 07 avril 2020 à 05h26

Temps de Lecture 3 min.

Article réservé aux abonnés

Grand nettoyage dans un foyer.
Grand nettoyage dans un foyer. JOHNER / PHOTONONSTOP

On pensait faire un sort à la pile de livres entassés depuis l’été dernier sur la table de chevet, lire ou « relire » Marcel Proust, Thomas Mann ou Victor Hugo, rattraper le retard de séries, ressortir ses pinceaux à poils de petit-gris pour rêver en aquarelle à un paysage bucolique, mais en guise de moutons, c’est ceux de poussières que l’on ramasse à la pelle.

Quant à la recherche, elle se limite bien souvent à celle de l’embout de l’« aspi » et de la montagne (tout sauf magique) des draps à plier.

O confinement ! suspends ton vol et vous, balais-brosses et lingettes désinfectantes, votre course infernale. Soucieux d’échapper au Covid-19, nous voilà plongés depuis près de trois semaines dans une fièvre ménagère aux relents d’essence de pin.

« Profiter du temps libéré, retrouver le sens de l’essentiel, des vœux pieux, soupire Astrid, un mari et trois enfants âgés de 10 à 16 ans, le tout en circuit fermé dans leur 80 mètres carrés bordelais. Pour l’instant, j’ai surtout l’impression d’être une fée du logis H24. »

Les femmes d’abord

Avec la multiplication des repas et des miettes qui vont avec, les va-et-vient incessants entre le salon et les chambres, les consignes d’hygiène et la peur qui poussent à récurer plus que d’habitude les endroits stratégiques (cuisine et salle de bains notamment), le ménage est devenu un sport national. Et la désinfection des surfaces une obligation chronophage et souvent féminine. Car période de confinement ou pas, l’inégale répartition des tâches domestiques perdure.

Spray javel dans une main, éponge dans l’autre, Lucia, guide touristique trilingue, raconte ce quotidien rythmé par les rangements à n’en plus finir et le lavage du sol au plafond. « Mon activité professionnelle est complètement à l’arrêt. Du coup, pendant que mon mari télétravaille, que les ados suivent leurs cours, les tâches domestiques me reviennent », raconte la quadragénaire italienne, avec l’impression de revivre sa « période noire », lorsqu’elle ne travaillait pas à l’extérieur, et « s’étiolait en femme au foyer avec enfants en bas âge ».

« Les suggestions de lecture, les représentations d’opéra en ligne ou les visites virtuelles de musée, je n’ai pas le temps d’en profiter. » Mara, architecte d’intérieur

Avant le confinement, Mara, architecte d’intérieur, pouvait compter sur les services d’une aide ménagère trois heures par semaine pour l’aider dans l’entretien de son 70 mètres carrés, situé à Bourg-la-Reine (Hauts-de-Seine). Travailleuse indépendante, habituée « à bosser seule à la maison », la mère de deux fillettes de 8 et 13 ans a vu sa charge mentale s’alourdir depuis quelques semaines.

Il vous reste 42.61% de cet article à lire.

Lecture du Monde en cours sur un autre appareil.

Vous pouvez lire Le Monde sur un seul appareil à la fois

Ce message s’affichera sur l’autre appareil.

  • Parce qu’une autre personne (ou vous) est en train de lire Le Monde avec ce compte sur un autre appareil.

    Vous ne pouvez lire Le Monde que sur un seul appareil à la fois (ordinateur, téléphone ou tablette).

  • Comment ne plus voir ce message ?

    En cliquant sur «  » et en vous assurant que vous êtes la seule personne à consulter Le Monde avec ce compte.

  • Que se passera-t-il si vous continuez à lire ici ?

    Ce message s’affichera sur l’autre appareil. Ce dernier restera connecté avec ce compte.

  • Y a-t-il d’autres limites ?

    Non. Vous pouvez vous connecter avec votre compte sur autant d’appareils que vous le souhaitez, mais en les utilisant à des moments différents.

  • Vous ignorez qui est l’autre personne ?

    Nous vous conseillons de modifier votre mot de passe.