TO GO WITH AFP STORY BY BERNARD PELLEGRIN - A child reads a pop-up book, three-dimensional or movable book, on December 04, 2010 in Paris. Pop-up books made known in the 19th century by German Lothar Meggendorfer are more and more popular on the market especially on the eve of Christmas celebrations. AFP PHOTO / FRED DUFOUR (Photo by Fred DUFOUR / AFP)
FRED DUFOUR / AFP

Comment faire avec les émotions des enfants ? Cinq livres jeunesse à la rescousse

Par

Publié le 01 avril 2020 à 09h00

Pour lutter contre la propagation du coronavirus, parents et enfants sont confinés vingt-quatre heures sur vingt-quatre. On a décidé de vous aider dans cette cohabitation réjouissante mais parfois usante…

Quand Simone ronchonne

Gründ

Il s’en passe des choses dans la vie de Simone : elle n’a plus ses céréales préférées au petit déjeuner (colère), Léopold la poursuit à l’école en imitant le loup (peur), elle réussit à faire du vélo à deux roues (fierté), elle est interrogée par le maître devant toute sa classe (timidité), sa mère achète un maillot à sa sœur mais pas à elle (jalousie), sa meilleure amie déménage en Italie (chagrin), mais la vie reste chouette (bonheur)… En 32 pages, ce livre imaginé par une sophrologue et psychomotricienne a le mérite de faire le tour des émotions fortes qui bouleversent la vie des plus petits.

A chaque fois, il propose des solutions pour dominer ses émotions (ou en profiter), mettant à contribution le jeune lecteur. Le succès de ce bel album aux illustrations plaisantes est tel qu’il a été décliné en cahier d’activités, soit le meilleur ami des parents confinés sans imprimante à la maison. Au menu : activités créatives, stickers, mémory…

Le Livre de mes émotions, de Stéphanie Couturier (Gründ 2017) ; Le Livre d’activités de mes émotions (Gründ, 2019).

Pourquoi Gaston est grognon ?

Casterman

Le ciel est azur, le soleil brille, les bananes ont un goût sucré, et pourtant rien n’y fait : ce matin, Gaston le chimpanzé s’est levé grognon. « Fais une bonne sieste ! », suggère le crocodile. « Dandine-toi le derrière ! », propose le porc-épic. « Mange une viande bien pourrie ! », imagine le marabout. Malgré tous les efforts de ses amis de la jungle pour le détendre, Gaston reste inexplicablement froissé, et n’a pas envie de l’admettre car il n’a aucune bonne raison d’être dans cet état.

La trame simple de cet album est servie par des illustrations généreuses, hautes en couleur, où les personnages sont particulièrement expressifs. Bernard le gorille joue très bien le rôle du copain gentil mais incapable de comprendre la psyché compliquée de Gaston. Mais c’est bien à lui que l’on doit cette sage conclusion : « C’est une belle journée pour être grognon. »

Gaston Grognon, de Suzanne Lang (Casterman, 32 pages, 13,90 euros ou 9,90 euros en e-book). A partir de 4 ans.

Le blues du dimanche

Poulpe Fictions

Le confinement se confondant avec une succession ininterrompue de dimanches, c’est le moment de lire ce roman pour jeunes lecteurs, qui raconte comment se sortir de la déprime du dernier jour de la semaine.

Polly est une petite fille lasse des angoisses, qui décide d’aller trouver l’inventeur du dimanche pour lui demander de changer la recette de sa journée. « Dans l’Antiquité, on confia à différentes personnes la création de mois ou de jours, explique M. Dimanche à Polly. Mais, au moment où [mon ancêtre] devait rendre sa recette, sa petite amie le quitta pour l’inventeur du mois de septembre, un type sérieux et prétentieux qu’il détestait. Alors, par vengeance, il créa un jour triste et en colère. »

La lecture est facile pour les enfants et drôle pour les adultes. Elle offre aussi à ces derniers quelques bonnes idées pour tromper l’ennui des journées confinées.

L’Invention du dimanche, d’Estelle Billon-Spagnol et Coline Pierré (Poulpe Fictions, 48 pages, 6,50 euros). A partir de 6 ans.

Une œuvre d’art, une émotion

La Martinière

On peut parler des émotions tout en se cultivant, comme le prouve ce Musée des émotions, qui présente quarante œuvres d’art de tous les continents et toutes les époques. Chaque sculpture ou peinture est associée à une émotion, puis décrite et remise dans son contexte ; la technique de l’artiste pour faire ressentir l’émotion est aussi très bien expliquée.

Sans surprise, dans l’art de la Renaissance, la trahison de Judas est une excellente occasion d’illustrer le sentiment de déception, la mort de Jésus fonctionne à merveille quand il s’agit de mettre en scène le désespoir de Marie-Madeleine.

Dans un genre plus moderne, la tristesse se lit dans les larmes d’un portrait de Man Ray pour une publicité de mascara, la timidité dans le monumental monstre en spaghetti de l’artiste contemporain Théo Mercier. Un panorama de l’art très complet.

Le Musée des émotions, d’Elsa Whyte (La Martinière, 88 pages, 18 euros). A partir de 8 ans.

Même pas peur !

La Joie de Lire

En manque de sensations fortes ? Ce roman a de quoi sortir de leur torpeur les préadolescents. Il raconte l’histoire de Lou, 12 ans, qui doit faire face à un problème de taille : elle ne ressent pas la peur. Et cela la met dans des situations très dangereuses. Après un horrible accident évité de justesse, ses deux papas décident de l’envoyer à l’institut P.E.T.O.C.H.E. (Peurs, Epouvantes et leur Traitement Organisé, Ciblé et Hautement Efficace), où des enfants angoissés ou phobiques doivent passer des épreuves pour se libérer de leur peur. Palpitant, avec une juste dose d’éléments anxiogènes, le roman se lit d’une traite (mais il faut quand même quelques heures pour venir à bout des 144 pages).

Pour ce livre, l’auteur suisse Bruno Pellegrino a rencontré plusieurs éminents professeurs de l’université de Lausanne dont une biologiste, une professeure de littérature anglaise spécialiste des contes, une pédopsychiatre et une professeure de psychologie sociale. De sorte qu’à la fiction se mêlent habilement de petits cours de sciences naturelles expliquant ce qu’est la peur, pourquoi elle existe, comment le cerveau la commande, et en quoi elle nous sauve la vie.

Les Mystères de la peur, de Bruno Pellegrino (La Joie de lire, 2019). A partir de 10 ans.
Lire aussi Cinq livres jeunesse pour passer le temps tout en apprenant

Lecture du Monde en cours sur un autre appareil.

Vous pouvez lire Le Monde sur un seul appareil à la fois

Ce message s’affichera sur l’autre appareil.

  • Parce qu’une autre personne (ou vous) est en train de lire Le Monde avec ce compte sur un autre appareil.

    Vous ne pouvez lire Le Monde que sur un seul appareil à la fois (ordinateur, téléphone ou tablette).

  • Comment ne plus voir ce message ?

    En cliquant sur «  » et en vous assurant que vous êtes la seule personne à consulter Le Monde avec ce compte.

  • Que se passera-t-il si vous continuez à lire ici ?

    Ce message s’affichera sur l’autre appareil. Ce dernier restera connecté avec ce compte.

  • Y a-t-il d’autres limites ?

    Non. Vous pouvez vous connecter avec votre compte sur autant d’appareils que vous le souhaitez, mais en les utilisant à des moments différents.

  • Vous ignorez qui est l’autre personne ?

    Nous vous conseillons de modifier votre mot de passe.