Wish et Cie ou l’appel de la quincaille

Des plates-formes d’e-commerce proposent vêtements et gadgets improbables à prix cassés. Des royaumes de la babiole qui séduisent les petits budgets.

Par Publié le 14 janvier 2020 à 12h15

Temps de Lecture 7 min.

Article réservé aux abonnés

Moto réveil extraite du site wish.com.

Allergiques à l’acrylique, aux couleurs qui piquent les yeux et au made in China, s’abstenir. Il existe des royaumes de la babiole à quelques centimes d’euro, des catalogues des objets improbables – du soutien-gorge correcteur de posture à la cagoule intégrale pour em­pêcher son chat de mordre, en passant par l’écarteur de bouche pour muscler le visage et réduire les rides. A moins que le tee-shirt « torse velu » ou la paire de « Nike » (une très mauvaise copie), le tout moins cher qu’une place de cinéma, ne vous tentent. Wish, Vova, Joom, AliExpress… ces places de marché en ligne, promettant des prix cassés sur des marques prisées ou des gadgets étranges, cartonnent auprès de leur cible principale, les 15-25 ans à petits budgets, friands de ces produits fabriqués à l’autre bout du monde, dans des conditions de production opaques, et avec des matériaux de piètre qualité.

« Achetez malin, vivez mieux », promet AliExpress, « les prix les plus bas du monde », affirme Joom, « faites de bonnes affaires », appâte Vova, « acheter en s’amusant », clame Wish. Séduits par des sneakers à 10 euros et des enceintes bradées à 90 %, les internautes commandent d’un clic depuis leurs smartphones (75 % des achats sur ces sites se font à partir de mobiles). En quelques mois, ces grands bazars numériques se sont fait une place de choix. Au deuxième trimestre 2019, Wish occupait le 11e rang des applications d’e-commerce les plus consultées en France, avec 10,5 millions de visiteurs uniques par mois, selon le baromètre Médiamétrie. Valorisée à plusieurs milliards de dollars, l’entreprise américaine revendique plus de 300 millions d’utilisateurs à travers le monde. Ses rivaux directs : le chinois AliExpress, le russe Joom ou le hongkongais Vova.

Durée de vie limitée des articles

Pourtant, une simple recherche sur les forums permet de constater que la déception est souvent au bout du clic. Délais de livraison à rallonge, durée de vie très limitée des articles, service après-vente aux abonnés absents quand ce n’est pas carrément de l’arnaque. Les réseaux sociaux pullulent de témoignages de clients dépités ou furieux. « Il y a trois mois, j’ai commandé un manteau, j’attends toujours, râle Stéphanie. C’est ballot. Je le recevrai peut-être cet été. » Mireille n’est pas plus satisfaite : « Les articles commandés sont trop petits (même pour ma fille), les tissus sentent les produits chimiques et sont désagréables à porter, les retours sont aux frais de l’acheteur, donc coûtent un bras. Bref j’ai tout jeté : impossible de faire des chiffons de ces tissus de très mauvaise qualité et pas question de les donner. »

Il vous reste 70.93% de cet article à lire.

Lecture du Monde en cours sur un autre appareil.

Vous pouvez lire Le Monde sur un seul appareil à la fois

Ce message s’affichera sur l’autre appareil.

  • Parce qu’une autre personne (ou vous) est en train de lire Le Monde avec ce compte sur un autre appareil.

    Vous ne pouvez lire Le Monde que sur un seul appareil à la fois (ordinateur, téléphone ou tablette).

  • Comment ne plus voir ce message ?

    En cliquant sur «  » et en vous assurant que vous êtes la seule personne à consulter Le Monde avec ce compte.

  • Que se passera-t-il si vous continuez à lire ici ?

    Ce message s’affichera sur l’autre appareil. Ce dernier restera connecté avec ce compte.

  • Y a-t-il d’autres limites ?

    Non. Vous pouvez vous connecter avec votre compte sur autant d’appareils que vous le souhaitez, mais en les utilisant à des moments différents.

  • Vous ignorez qui est l’autre personne ?

    Nous vous conseillons de modifier votre mot de passe.