« Dans les Alpes, les nouveaux skieurs chinois ne remplaceront jamais la défection des baby-boomers »

Pour Laurent Vanat, expert du marché du ski, il est illusoire de penser que les Alpes vont profiter d’une clientèle venue de Chine, troisième pays en nombre de pratiquants. Et pour cause : le marché du ski est avant tout ­domestique.

Propos recueillis par Publié le 03 janvier 2020 à 13h35

Temps de Lecture 3 min.

Article réservé aux abonnés

Les quelques aspects inconfortables de la pratique de la chute à ski décourage les jeunes de s’y mettre...
Les quelques aspects inconfortables de la pratique de la chute à ski décourage les jeunes de s’y mettre... Adrian Myers/Carte Blanche / Photononstopop

Laurent Vanat, consultant et expert international suisse, observe depuis plus de dix ans l’évolution du marché du ski dans le monde. Chaque année, il publie un rapport sur le tourisme de neige et de montagne, à partir des données recueillies dans plus de 2 000 stations dans 67 pays.

L’économie du ski est-elle en crise au niveau mondial ?

Globalement, le marché mondial du ski est en croissance. L’hiver 2017-2018 (dernières statistiques connues) a même été la quatrième meilleure saison de ski depuis l’an 2000. Mais cette hausse vient essentiellement de la Chine : avec près de 13 millions de skieurs, elle est devenue le troisième pays en nombre de pratiquants après les Etats-Unis et l’Allemagne. C’est le seul marché émergent d’importance, qui devrait continuer à croître, porté par les Jeux olympiques d’hiver à Pékin en 2022. En revanche, dans les pays occidentaux, mais aussi au Japon et en Corée du Sud, on assiste à une érosion progressive de la clientèle. Les baby-boomers qui étaient les plus grands skieurs vieillissent et pratiquent moins. Ils ne sont pas remplacés avec la même ferveur par les jeunes générations. Ce déclin devrait s’accentuer encore dans les années à venir avec l’évolution de la démographie.

Les pays de l’arc alpin (France, Suisse, Autriche, Italie), première destination mondiale, bénéficieront-ils de l’engouement des chinois pour les sports d’hiver ?

Pour les fabricants d’habits ou d’équipements pour les stations, le marché chinois offre de nouveaux débouchés. Mais en termes de clientèle, ces nouveaux skieurs ne remplaceront jamais la défection des baby-boomers occidentaux. Et ce pour une simple raison : le marché du ski est avant tout domestique. Sur les 130 millions de pratiquants dans le monde, à peine 15 millions skient à l’étranger, et la plupart le font dans un pays voisin, comme les Allemands qui se rendent en Autriche. Le ski long courrier reste minoritaire. Dans les stations des Alpes, il est illusoire de penser qu’il va y avoir une déferlante de skieurs chinois. Je crois plutôt en une clientèle de niche, haut de gamme, qui va profiter à quelques stations huppées ou de renommée internationale.

Les stations, notamment en France, cherchent à développer des offres à côté du ski. Que pensez-vous de cette stratégie ?

Proposer des activités autour du ski permet d’attirer les familles, les non-skieurs et de satisfaire les pratiquants qui ne passent plus toutes leurs journées à dévaler les pentes. Mais ce n’est pas ce qui va faire venir les gens au ski. Au contraire, cela peut avoir des effets collatéraux contraires, notamment sur les débutants. Si la première impression sur les skis n’est pas bonne, il sera d’autant plus facile d’aller pendant son séjour passer ses journées au parc aquatique ou à la patinoire de la station. Et ne pas revenir l’année d’après.

Il vous reste 37.65% de cet article à lire.

Lecture du Monde en cours sur un autre appareil.

Vous pouvez lire Le Monde sur un seul appareil à la fois

Ce message s’affichera sur l’autre appareil.

  • Parce qu’une autre personne (ou vous) est en train de lire Le Monde avec ce compte sur un autre appareil.

    Vous ne pouvez lire Le Monde que sur un seul appareil à la fois (ordinateur, téléphone ou tablette).

  • Comment ne plus voir ce message ?

    En cliquant sur «  » et en vous assurant que vous êtes la seule personne à consulter Le Monde avec ce compte.

  • Que se passera-t-il si vous continuez à lire ici ?

    Ce message s’affichera sur l’autre appareil. Ce dernier restera connecté avec ce compte.

  • Y a-t-il d’autres limites ?

    Non. Vous pouvez vous connecter avec votre compte sur autant d’appareils que vous le souhaitez, mais en les utilisant à des moments différents.

  • Vous ignorez qui est l’autre personne ?

    Nous vous conseillons de modifier votre mot de passe.