Maître Szpiner, au nom du droit et de la droite

L’avocat Francis Szpiner devrait être élu, ce dimanche 28 juin, maire Les Républicains du seizième arrondissement de Paris, un fief de la droite. Presque une récompense tant le ténor du barreau a rendu de services à son camp.

Par Publié le 26 juin 2020 à 09h55 - Mis à jour le 30 juin 2020 à 14h04

Temps de Lecture 13 min.

Article réservé aux abonnés

Francis Szpiner, le 18 juin, à Paris.

47,81 % des voix. Au premier tour des élections ­municipales, et bien que la droite s’y soit présentée éparpillée façon puzzle, l’avocat Francis Szpiner (LR), 66 ans, s’est taillé une confortable avance sur la candidate macroniste dans le 16e arrondissement de Paris. Une circonscription sur mesure, cossue, peuplée de professions libérales, léguée, en quelque sorte, à Szpiner par le très droitier maire sortant, Claude Goasguen, emporté en mai par le Covid-19.

Défenseur de Nasser Al-Khelaïfi, président qatari du PSG, de l’initiatrice du mouvement #balancetonporc, Sandra Muller, de l’une des femmes qui accuse de viol Tariq Ramadan, mais aussi de la famille de Sarah Halimi, assassinée en 2017 à Paris, le pénaliste est certes plus à l’aise dans les prétoires que sur les marchés. À la veille du second tour, Francis Szpiner continue à fumer le cigare près de son bureau, à L’Avenue, un restaurant chic proche des Champs-Élysées où des dames bien mises, futures administrées, lui demandent des selfies en terrasse. Associé de François Baroin au sein du cabinet STAS (Szpiner Toby Ayela Semerdjian), on lui prête de plus hautes ambitions, à l’Assemblée, au gouvernement.

Il rétorque du bout des lèvres qu’il sera maire, mais prévient qu’il continuera à travailler pour « ne pas dépendre de la politique ». D’autant que, unanimement reconnu comme l’un des meilleurs plaideurs de sa génération, c’est de son métier que Francis Szpiner tire son pouvoir d’influence. De sa manière – très IIIe République – de l’exercer. Avocat de Jacques Chirac et d’Alain Juppé (dans l’affaire des emplois fictifs du RPR), ami de l’homme d’affaires et intermédiaire franco-algérien Alexandre Djouhri et de Dominique de Villepin, les conseils qu’il prodigue et les services qu’il rend dépassent bien ­souvent la mission d’un avocat.

Francis Szpiner avec Alain Juppé, dont il fut l’avocat dans l’affaire des emplois fictifs du RPR, le 29 septembre 2003, au palais de justice de Nanterre.

Cette victoire en terre quasi conquise, la droite la lui devait bien, après tant d’années où le capitaine de marine réserviste a été parachuté pour défendre, un peu partout, des causes plus ou moins désespérées. Battu aux législatives en Saône-et-Loire par le socialiste Arnaud Montebourg en 2002, à celles de 2012 en Seine-Saint-Denis comme suppléant d’Éric Raoult (UMP) et encore à Paris en 2017, contre Marielle de Sarnez (MoDem)…

« On l’a si souvent envoyé au casse-pipe ! concède son vieux copain l’écrivain Denis Tillinac, mémoire de la Chiraquie. Il aurait été candidat n’importe où. Simplement pour faire campagne. Pour le combat. Cette élection, c’est une petite revanche sur le sort. » La droite, notamment celle des années Chirac, sait ce qu’elle doit à cet avocat aux manières iconoclastes, dont François Baroin assure qu’il est « un tacticien remarquable ». Descendant d’immigrés polonais morts en déportation, fils de maquisard et « gaulliste depuis toujours », il a prêté son serment maçonnique et pris sa carte au RPR au début des années 1990.

Il vous reste 83.13% de cet article à lire.

Lecture du Monde en cours sur un autre appareil.

Vous pouvez lire Le Monde sur un seul appareil à la fois

Ce message s’affichera sur l’autre appareil.

  • Parce qu’une autre personne (ou vous) est en train de lire Le Monde avec ce compte sur un autre appareil.

    Vous ne pouvez lire Le Monde que sur un seul appareil à la fois (ordinateur, téléphone ou tablette).

  • Comment ne plus voir ce message ?

    En cliquant sur «  » et en vous assurant que vous êtes la seule personne à consulter Le Monde avec ce compte.

  • Que se passera-t-il si vous continuez à lire ici ?

    Ce message s’affichera sur l’autre appareil. Ce dernier restera connecté avec ce compte.

  • Y a-t-il d’autres limites ?

    Non. Vous pouvez vous connecter avec votre compte sur autant d’appareils que vous le souhaitez, mais en les utilisant à des moments différents.

  • Vous ignorez qui est l’autre personne ?

    Nous vous conseillons de modifier votre mot de passe.