Coronavirus : les activités de plein air plébiscitées par les Français

Libérée de sa claustration, la France aspire à une forme de retour à la nature. De l’école à l’entreprise en passant par le sport, tout le monde dehors !

Par Publié le 18 juin 2020 à 02h01 - Mis à jour le 18 juin 2020 à 10h50

Temps de Lecture 6 min.

Article réservé aux abonnés

La cabane à histoires, avec la section des moyens-grands, à Rochefort (Charente-Maritime).

Jusqu’au milieu de la cour, la documentaliste charrie les livres dans une brouette. La prof de français y tient un atelier théâtre sur pelouse. Son collègue de maths trace des figures géométriques au sol, tout près de l’endroit où Emma, élève de 5e, a calligraphié à la craie : « L’idée d’une recette de tarte aux fraises vole dans ma tête, l’ennui est parti en courant. » Délicat reliquat d’une initiation poétique en plein air. Et quand vient l’heure de la cantine, c’est pique-nique au petit bois du dessus. Le collège Louis-Hémon, de Pleyben (Finistère), a ouvert grandes ses portes.

« Dehors, le virus est moins dangereux », explique Anne Delissnyder, la principale qui, dans une autre vie, fut infirmière. « Les cours en extérieur, nous avions déjà commencé avant le Covid-19, mais il a tout accéléré. Il fallait motiver les élèves pour leur retour, les aérer puisque même ici, en milieu rural, certains ont été confinés en appartement. Leur permettre de collaborer en respectant les consignes de distanciation. » Avant les temps pandémiques, l’éducation nationale traînait des pieds pour se projeter hors les murs. L’école française sentait même le renfermé, comparée à ses voisines scandinaves ou écossaise.

Nouvel élan hygiéniste

Nouvelle ère, la classe se déconfine. Dehors toute ! D’autant que l’ensemble des élèves rapplique, avec consigne d’éviter le collé-serré – avec 1 mètre de rigueur entre chacun.

« C’est une solution pertinente introduisant une forme de souplesse dans l’accueil », promeut la rectrice de l’Académie de Poitiers. Bénédicte Robert convient que ce qui paraissait « un peu farfelu » se développe, désormais : « Toutes les communautés pédagogiques ont pris conscience de la nécessité de proposer une autre école pour cette réouverture. La classe dehors représente ce qu’il y a de plus agréable dans la relation pédagogique. »

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Déconfinement : accélération des ouvertures des écoles, collèges et lycées

S’instruire cheveux au vent, voilà qui est bon pour la santé, le langage, la collaboration et la créativité, l’ancrage des apprentissages grâce à la confrontation au réel, la construction du lien avec la nature, donc la conscience environnementale… N’en jetez plus, la cour de récré est pleine.

De l’air, de l’air ! Du dehors, de l’outdoor ! Libérée de sa claustration, la France aspire à la respiration, au grand bol de frais loin des miasmes et promiscuités confinés. Comme au tournant des XIXe et XXe siècles, l’air purifie, pressent-on, dans un nouvel élan hygiéniste. Tandis que la tuberculose faisait des ravages, les sanatoriums avaient essaimé, et avec eux les campings de villes d’eau, les colonies de vacances, les excursions de la bourgeoisie. Les écoles, aussi, s’étaient aérées.

Il vous reste 69.74% de cet article à lire.

Lecture du Monde en cours sur un autre appareil.

Vous pouvez lire Le Monde sur un seul appareil à la fois

Ce message s’affichera sur l’autre appareil.

  • Parce qu’une autre personne (ou vous) est en train de lire Le Monde avec ce compte sur un autre appareil.

    Vous ne pouvez lire Le Monde que sur un seul appareil à la fois (ordinateur, téléphone ou tablette).

  • Comment ne plus voir ce message ?

    En cliquant sur «  » et en vous assurant que vous êtes la seule personne à consulter Le Monde avec ce compte.

  • Que se passera-t-il si vous continuez à lire ici ?

    Ce message s’affichera sur l’autre appareil. Ce dernier restera connecté avec ce compte.

  • Y a-t-il d’autres limites ?

    Non. Vous pouvez vous connecter avec votre compte sur autant d’appareils que vous le souhaitez, mais en les utilisant à des moments différents.

  • Vous ignorez qui est l’autre personne ?

    Nous vous conseillons de modifier votre mot de passe.