« Montre-moi ta cuisine et je te montrerai la mienne » : comment Zoom exhibe nos intérieurs

L’application de visioconférence, intégrée de gré ou de force au quotidien de centaines de millions de personnes pendant le confinement, fonctionne comme un réseau social : il y a ceux qui ont les codes (et la cote), et les autres.

Par Publié le 01 juin 2020 à 04h16 - Mis à jour le 01 juin 2020 à 06h44

Temps de Lecture 6 min.

Article réservé aux abonnés

Antonio Guterres (ONU), Xi Jinping, et Angela Merkel, entre autres, le 18 mai, lors de l’Assemblée mondiale de la santé.

Pourquoi mon chef a-t-il choisi cette couleur de canapé ? Est-ce que la comptable a fait exprès de se mettre dans son jardin pour nous dégoûter ? Et pourquoi poser ostensiblement devant ces rangées de livres ? Le confinement, avec le recours généralisé au télétravail, a fait exploser en quelques mois l’usage des applications de visioconférence.

Tout s’est, d’un coup, fait à distance : les réunions professionnelles, les consultations médicales, les cours pour les enfants, les fêtes des adultes. Autant de moments passés devant un écran à regarder au-dessus de l’épaule de celui ou de celle qu’on faisait semblant d’écouter, à essayer de distinguer son arrière-plan, ou tout du moins ce qu’on acceptait de nous montrer.

Comme le résumait dès le 19 mars le New York Times, « on habite tous sur Zoom, désormais ». Or Zoom, comme toutes les applications similaires, comporte un aspect profondément voyeuriste. On se montre, et on regarde les autres le faire. Et, souvent, on se juge.

C’est ce que les sociologues Nicole Aubert et Claudine Haroche ont appelé en 2013 « l’injonction à la visibilité », qui donne de l’importance « non plus à ce que l’individu fait, ce qui laissait place à l’existence d’une sphère de l’intime protégée du regard des autres, mais à ce qu’il montre de lui ». Un concept déjà applicable aux réseaux sociaux, comme Instagram, et qui se vérifie à nouveau avec l’utilisation massive des « visios ».

Lire le décryptage : Sécurité, données, usages… Cinq questions sur Zoom, le service de vidéoconférence qui cartonne

L’arrière-plan, « nouveau support de mise en scène de soi »

La différence notable est que sur Zoom, l’anonymat n’existe pas. Vous êtes immobile face caméra, sans pouvoir vous cacher derrière un avatar. Ce qui attire l’œil, et donc ce qui distingue, c’est le décor, tout ce qu’il y a autour de vous.

Le psychiatre Serge Tisseron, qui a beaucoup écrit sur l’intimité et le numérique (L’emprise insidieuse des machines parlantes. Plus jamais seul !, son dernier livre, paru aux éditions Les Liens qui libèrent), avance un autre concept pour comprendre cette pulsion : l’« extimité », ce désir qui nous fait proposer des fragments intimes pour qu’ils soient validés par les autres :

« L’extimité s’arrêtait habituellement à la porte de la maison. Avec ces visioconférences en groupe, chacun a été confronté au fait que son espace personnel était désormais ouvert au public et devenait un nouveau support de mise en scène de soi, comme ses vêtements quand on sort. »

Tout le monde n’est pas égal devant Zoom et compagnie, dont le fonctionnement s’est calqué sur celui d’un réseau social : selon que l’on maîtrise l’outil et les codes du Web, que l’on choisisse de mettre en scène son environnement, que l’on se présente devant ses collègues ou ses proches, on n’appartient pas à la même catégorie d’utilisateurs. Risquons-nous à esquisser ici quelques sociotypes.

Il vous reste 63.52% de cet article à lire.

Lecture du Monde en cours sur un autre appareil.

Vous pouvez lire Le Monde sur un seul appareil à la fois

Ce message s’affichera sur l’autre appareil.

  • Parce qu’une autre personne (ou vous) est en train de lire Le Monde avec ce compte sur un autre appareil.

    Vous ne pouvez lire Le Monde que sur un seul appareil à la fois (ordinateur, téléphone ou tablette).

  • Comment ne plus voir ce message ?

    En cliquant sur «  » et en vous assurant que vous êtes la seule personne à consulter Le Monde avec ce compte.

  • Que se passera-t-il si vous continuez à lire ici ?

    Ce message s’affichera sur l’autre appareil. Ce dernier restera connecté avec ce compte.

  • Y a-t-il d’autres limites ?

    Non. Vous pouvez vous connecter avec votre compte sur autant d’appareils que vous le souhaitez, mais en les utilisant à des moments différents.

  • Vous ignorez qui est l’autre personne ?

    Nous vous conseillons de modifier votre mot de passe.