France, Rennes, Palais de Justice, mai 2020.
PASCAL AMOYEL POUR « M LE MAGAZINE DU MONDE »

Au tribunal de Rennes, reprise de justice

Par

Publié le 22 mai 2020 à 15h00 - Mis à jour le 24 mai 2020 à 10h27

Bon sang, le manche du détecteur ! Ils ont failli l’oublier. Tout avait été pensé pourtant en prévision de ce lundi 11 mai qui verrait les portes du tribunal de Rennes se rouvrir partiellement après deux mois de confinement. Dehors, des zébrures orange, tracées tous les 1,5 mètre. Contrôle policier des convocations à l’extérieur dans le petit vent frais et non plus à l’entrée.

Canne en bois et ruban adhésif

Dès le seuil, un parcours fléché comme à la parade. Prière de se laver les mains au gel hydroalcoolique, c’est nouveau. Dépôt des objets personnels – clés, téléphone, monnaie, etc. – dans une corbeille avant le passage sous le porche électronique : ça, c’est la routine.

Mais il a aussi fallu trouver une solution pour empêcher les échanges de postillons entre le justiciable et le policier de faction et vice versa. On a commandé un Plexiglas haut et étroit, il est arrivé étroit mais pas assez haut. Il a fallu le surélever, en le scotchant grossièrement sur une table à roulettes posée sur le flanc, elle-même rivée au guichet avec un autre morceau de ruban adhésif.

La Cité judiciaire de Rennes, dans le quartier Arsenal-Redon. Elle abrite le tribunal de grande instance, le tribunal d’instance, le tribunal de commerce et le conseil de prud’hommes.
La Cité judiciaire de Rennes, dans le quartier Arsenal-Redon. Elle abrite le tribunal de grande instance, le tribunal d’instance, le tribunal de commerce et le conseil de prud’hommes. PASCAL AMOYEL POUR « M LE MAGAZINE DU MONDE »

Et c’est là que la question du manche du détecteur s’est posée. Cinquante, soixante centimètres au mieux entre la main du factionnaire et le corps du justiciable. Pas dans les normes sanitaires. Un policier bricoleur a déniché une canne en bois à la bonne longueur et l’a scotchée au manche. Le tour était joué. L’objet évoque davantage le bâton du gendarme au théâtre de Guignol, tant pis si le prestige de l’uniforme en prend un coup, au moins la distance est conforme.

Au rez-de-chaussée, comme à tous les étages, on a condamné une chaise sur deux dans les salles d’attente. Encore du ruban adhésif, vive le ruban adhésif. Modèle toile américaine multi-usage gris, 50 millimètres, « excellente adhérence, flexible et conformable, imperméable et résistant », précise la notice.

Plus de 300 audiences supprimées

Béatrice, l’une des greffières qui assurent la permanence du guichet d’« accueil unique du justiciable », a déserté son bureau pour la cage en verre du standard. Les rendez-vous n’ont pas encore repris. Les appels, eux, ne cessent d’affluer. Trois cent cinquante par jour, autant d’e-mails. De l’impatience, beaucoup de détresse. « Je suis convoqué devant le tribunal. — C’est impossible pour le moment, Monsieur, vous allez recevoir une nouvelle convocation. — Mais je veux être jugé, moi ! » « Mon ex-mari n’a pas payé la pension alimentaire ce mois. — Il faudrait trouver un arrangement provisoire avec lui, Madame. » « Vous ne fichez rien ou quoi ? — C’est le Covid, Monsieur. — Le Covid a bon dos ! » « Bonjour, j’ai été mis au chômage partiel, je ne peux pas payer la pension des enfants. — Essayez au moins d’en verser un peu. » « Quand est-ce que je vais être jugé ? — Je ne peux pas encore vous donner une date… »

Il vous reste 86.84% de cet article à lire.

Lecture du Monde en cours sur un autre appareil.

Vous pouvez lire Le Monde sur un seul appareil à la fois

Ce message s’affichera sur l’autre appareil.

  • Parce qu’une autre personne (ou vous) est en train de lire Le Monde avec ce compte sur un autre appareil.

    Vous ne pouvez lire Le Monde que sur un seul appareil à la fois (ordinateur, téléphone ou tablette).

  • Comment ne plus voir ce message ?

    En cliquant sur «  » et en vous assurant que vous êtes la seule personne à consulter Le Monde avec ce compte.

  • Que se passera-t-il si vous continuez à lire ici ?

    Ce message s’affichera sur l’autre appareil. Ce dernier restera connecté avec ce compte.

  • Y a-t-il d’autres limites ?

    Non. Vous pouvez vous connecter avec votre compte sur autant d’appareils que vous le souhaitez, mais en les utilisant à des moments différents.

  • Vous ignorez qui est l’autre personne ?

    Nous vous conseillons de modifier votre mot de passe.