Auteurs sulfureux : les éditeurs pris entre plusieurs feux

Malgré le renoncement de Hachette aux États-Unis, une des ses filiales, Stock, publiera les Mémoires de Woody Allen en France. Une controverse qui révèle les pressions subies par les maisons d’édition souhaitant publier des auteurs sujets à caution.

Par Publié le 20 mars 2020 à 13h23 - Mis à jour le 23 mars 2020 à 05h06

Temps de Lecture 4 min.

Article réservé aux abonnés

Hachette a renoncé à publier aux Etats-Unis les Mémoires du cinéaste Woody Allen, ici en 2017, après des contestations entre autres de Ronan Farrow.
Hachette a renoncé à publier aux Etats-Unis les Mémoires du cinéaste Woody Allen, ici en 2017, après des contestations entre autres de Ronan Farrow. EVAN AGOSTINI / AP / SIPA

Manuel Carcassonne, le directeur général des éditions Stock, est plus remonté que jamais. Alors que le groupe Hachette (dont Stock est une filiale) vient d’annoncer qu’il renonçait à publier outre-Atlantique les Mémoires de Woody Allen (Apropos of Nothing), accusé de pédophilie depuis 1992 par sa fille adoptive, Dylan Farrow, l’éditeur français, lui, refuse de lâcher : « Je vais les publier, il n’y a aucune raison de ne pas le faire. C’est un excellent livre, drôle, émouvant, une fresque de tout le cinéma américain, et qui n’occulte rien des relations de Woody Allen avec les femmes. Il n’y a pour moi aucune raison de ne pas le sortir. »

Lire aussi Le groupe Hachette renonce à publier les mémoires de Woody Allen

Le cas est emblématique. Car ce ne sont ni la rue ni les réseaux sociaux qui ont dissuadé Hachette de sortir, le 7 avril, ce qui s’annonçait déjà comme un best-seller, mais la conjonction d’une levée de boucliers des employés de l’éditeur et les menaces d’un autre auteur « maison », une plume new-yorkaise rentable et influente.

Ronan Farrow, en guerre avec son père depuis bien longtemps, a été très clair : si Hachette publiait les Mémoires de Woody Allen, le journaliste, prix Pulitzer en 2018 pour son livre sur les dessous de l’affaire Weinstein, ne travaillerait plus avec la maison.

Les menaces d’Amélie Nothomb et de BHL

Ces coups de pression de leurs auteurs stars, les éditeurs français les connaissent bien. Ils se gardent de citer des noms, mais tous conviennent que, sous leur contrainte, ils hésitent à publier des auteurs ou des textes jugés trop sensibles.

« Les gros auteurs littéraires, qui pèsent en moyenne 60 % du chiffre d’­affaires d’un éditeur, font la loi, constate un ­professionnel. Moins par souci éthique que pour des questions d’image, en général. Ils ne ­souhaitent juste pas être associés à certains noms. »

Les Mémoires de Jean-Marie Le Pen (éditons Muller), vendus à près de 100 000 exemplaires en 2019, ont ainsi été proposés à toutes les grandes maisons. Qui, à regret le plus souvent, ont préféré décliner : « Chez nous, c’était la fuite assurée de grands auteurs… Dans un contexte archiconcurrentiel, quand l’une de vos stars vend un million d’exemplaires, vous écoutez ses arguments », se dédouane un ­éditeur pourtant connu pour sa passion des textes politiques.

Chez Albin Michel, par exemple, Amélie Nothomb avait, en 2018, mis son départ dans la balance si Le Pen entrait au catalogue. « Certains auteurs se ­comportent comme des porte-drapeaux de la censure et de la bien-pensance », s’emporte l’avocat Richard Malka, qui défend plusieurs maisons d’édition. Bernard-Henri Lévy, chez Grasset, avait aussi pesé de tout son poids en 2018 pour empêcher la parution d’Autopsie, le livre du chroniqueur Mehdi Meklat, mis en cause après l’exhumation de ses tweets anonymes racistes, antisémites et homophobes sous le pseudonyme de Marcelin Duchamp. En vain.

Il vous reste 45.67% de cet article à lire.

Lecture du Monde en cours sur un autre appareil.

Vous pouvez lire Le Monde sur un seul appareil à la fois

Ce message s’affichera sur l’autre appareil.

  • Parce qu’une autre personne (ou vous) est en train de lire Le Monde avec ce compte sur un autre appareil.

    Vous ne pouvez lire Le Monde que sur un seul appareil à la fois (ordinateur, téléphone ou tablette).

  • Comment ne plus voir ce message ?

    En cliquant sur «  » et en vous assurant que vous êtes la seule personne à consulter Le Monde avec ce compte.

  • Que se passera-t-il si vous continuez à lire ici ?

    Ce message s’affichera sur l’autre appareil. Ce dernier restera connecté avec ce compte.

  • Y a-t-il d’autres limites ?

    Non. Vous pouvez vous connecter avec votre compte sur autant d’appareils que vous le souhaitez, mais en les utilisant à des moments différents.

  • Vous ignorez qui est l’autre personne ?

    Nous vous conseillons de modifier votre mot de passe.