Logos vintage, week-end dans le Perche, vinho verde… Les 7 idées de la semaine

Une expo, un vin de fête ou un restaurant ? Suivez les recommandations de « M Le magazine du Monde », qui goûte à tous les domaines afin de vous proposer une activité par jour.

Par , , et Publié le 28 décembre 2019 à 13h15 - Mis à jour le 03 janvier 2020 à 08h09

Temps de Lecture 5 min.

M Le magazine du Monde

Affaire juteuse

Passée par Septime, Frenchie et Yam’tcha, la Palestinienne Ruba Khoury a ouvert fin novembre Dirty Lemon, un bar à cocktails dans le 11e arrondissement de Paris. Devanture rose bonbon, murs en briques, bar blanc immaculé et fleurs séchées : la décoration y est douce et rassurante. Tout comme les ingrédients que l’on retrouve dans ses cocktails aux airs de jus détox (espuma de céleri, jus de carotte ou encore betterave). Une petite faim de minuit ? Coup de chance, la cuisine est ouverte jusqu’à une heure du matin. Au choix, des frites ou de l’halloumi, à picorer en se laissant porter par la musique house qui flotte dans ce lieu, photogénique à souhait.

Dirty Lemon, 24, rue de la Folie-Méricourt, Paris 11e.
Du mardi au samedi, de 17 heures à 2 heures. Cocktails de 11 € à 13 €. dirtylemonbar.com

Blanc sain

Pour ceux qui n’envisagent les cocktails que cubains, une question se pose : que boire après un mojito ? On devrait opter pour de l’eau, le rhum blanc, le sucre et le citron ayant eu raison de nos papilles. Mais on peut aussi ouvrir une bouteille de vin, à condition de savoir s’y prendre… Mieux vaut éviter les bulles agressives et le rouge, qui seraient un choc au palais, et aller vers quelque chose de plus serein. Venue du nord du Portugal, la cuvée de vinho verde de Soalheiro se révèle être un vrai médicament. D’aspect trouble, car non filtrée, on dirait une potion étrange qui, une fois en bouche, montre toute sa tendresse – un vin étonnant à essayer absolument, tant il peut être bienfaisant. Tout comme le châteauneuf-du-pape blanc, subtil et délicat. Celui du Clos de l’Oratoire, avec son bourboulenc, clairette, grenache et roussanne, ne veut lui aussi que du bien à celui qui l’essaie.

Soalheiro, Terramatter Alvarinho, Monçao e Melgaço, Portugal, blanc, 2018. 20,80 €. drinkco.fr
Clos de l’Oratoire des Papes, Châteauneuf-du-Pape, blanc, 2018. 40 € Tél. : 04-90-39-32-41.

Papiers chiffons

Toutes les notes, boisées ou fleuries, ne finissent pas forcément dans un verre. Parfois, elles tapissent le fond d’un tiroir ou se glissent dans une valise, entre deux pulls. C’est dans cette optique que le créateur de mode Christophe Lemaire et le nez Barnabé Fillon ont imprégné de grandes feuilles de papier de senteurs de cèdre et de santal, d’aromates ou encore de cire aux tonalités de géranium, de rose et de mimosa. Ces beaux papiers, imprimés de l’empreinte olfactive colorée de chaque parfum, sont roulés dans un tube en carton et vendus en ligne sur le site de la marque parisienne Lemaire.

85 € le tube de 5 papiers parfumés sur lemaire.fr

Meubler les vacances

Pour respirer à plein nez l’humus et la mousse, on peut aussi aller à la tombée de la nuit à la lisière du bois de Boulogne. Puis trouver refuge, en famille, à la Fondation Louis-Vuitton qui propose une nocturne autour de Charlotte Perriand le dernier week-end des vacances de Noël. Au programme, un atelier ludique de design et d’architecture qui, à partir de centaines de cubes de carton coloré, permet de construire son mobilier « à la manière de » ; des microvisites de l’expo sont organisées avec un médiateur culturel toutes les 30 minutes ; un atelier propose aussi de créer et personnaliser son propre collier à roulement à billes, histoire de repartir avec un peu de Perriand sur soi.

fondation louis-vuitton, 8, avenue du Mahatma-Gandhi, Paris 16e. Vendredi 3 janvier de 19 h à 23 h (sur réservation). fondationlouisvuitton.fr

Logos vintage à gogo

Ces derniers mois, des boîtes orange au logo jaune cerné de marron sont apparues en tête de gondole des supermarchés français. Pour imposer ses chocolats au beurre de cacahuète, Reeses mise sur un packaging authentiquement vintage. Le Reese’s Peanut Butter Cups a en effet été dessiné à la fin des années 1960 par Ted Eron. En pleine ère de « l’art du supermarché », quand les artistes comme Andy Warhol détournaient les marques les plus en vue, ce graphiste a imaginé des centaines de logos et d’emballages d’objets du quotidien américain. Près de soixante-dix ans plus tard, son nom est tombé dans l’oubli, mais ses créations pop continuent d’être utilisées. Dans cet ouvrage à la maquette rétro, c’est tout l’esprit du Mid-Century Modern qui défile. On retrouve la légèreté et le goût pour la couleur du mouvement américain de design global qui a fleuri de 1945 à 1970. Mais aussi l’univers singulier de Ted Eron, qui a su marier teintes pastel et typographie psychédélique, efficacité et créativité, le tout baigné dans l’optimisme béat des fifties.

Ted Eron designed that, de Joseph B. Eron et Elizabeth Eron Roth, Glitterati Lond, 256 p., 42 €.

Paris sur la Corée

Impossible de dire si la Corée du Sud est la nouvelle destination arty… Mais depuis quelques années, elle a trouvé sa place sur la scène artistique internationale, du cinéma au e-sport. Le nouveau centre culturel coréen inauguré il y a quelques semaines au cœur de Paris se veut être un relais de cet engouement. Il propose expositions, concerts, projections, conférences et ateliers de cuisine, de calligraphie… mais aussi plus de 19 000 livres, CD et DVD à consulter dans la médiathèque qui propose actuellement une exposition de webtoons. Parcourir les cinq étages de cette maison haussmannienne, c’est aussi découvrir l’espace Hanok, évocation des maisons traditionnelles coréennes, ou l’espace Halluy imaginé pour les fans de K-pop et de cinéma coréen… Ça change du débat sur les retraites.

Centre culturel coréen, 20, rue de la Boétie, Paris 8e. coree-culture.org

Tendre est le Perche

D’ailleurs quitte à parler retraite, autant se retirer trois jours au vert à La Gilberdière. Maison Céronne est la maison de campagne idéale de ceux qui n’en ont pas. La perspective de programmer, en janvier ou février, deux nuits au cœur du Perche avec dîners délicieux à base de produits locaux, nage dans la piscine intérieure, détente au spa, balade à vélo dans la campagne, chine sur les brocantes normandes alentour, découverte du coin au volant de la Simca Aronde P60 bleu turquoise à louer pour la journée ou lecture au soleil d’hiver si le temps le permet. Avant de réserver, les plus sportifs vérifieront que la nouvelle salle équipée de matériel dernier cri est bien ouverte. C’est un petit budget, mais les étrennes peuvent aider.

Maison Céronne, La Gilberdière, 61380 Sainte-Céronne-lès-Mortagne. À partir de 320 € pour deux personnes les deux nuits (au minimum), sans repas. maisonceronne.com

Lire aussi Un architecte viennois, des vins pour accompagner le foie gras ou une application pour le yoga… Les 7 idées de la semaine
Contribuer

Dans la même rubrique

Services

Lecture du Monde en cours sur un autre appareil.

Vous pouvez lire Le Monde sur un seul appareil à la fois

Ce message s’affichera sur l’autre appareil.

  • Parce qu’une autre personne (ou vous) est en train de lire Le Monde avec ce compte sur un autre appareil.

    Vous ne pouvez lire Le Monde que sur un seul appareil à la fois (ordinateur, téléphone ou tablette).

  • Comment ne plus voir ce message ?

    En cliquant sur «  » et en vous assurant que vous êtes la seule personne à consulter Le Monde avec ce compte.

  • Que se passera-t-il si vous continuez à lire ici ?

    Ce message s’affichera sur l’autre appareil. Ce dernier restera connecté avec ce compte.

  • Y a-t-il d’autres limites ?

    Non. Vous pouvez vous connecter avec votre compte sur autant d’appareils que vous le souhaitez, mais en les utilisant à des moments différents.

  • Vous ignorez qui est l’autre personne ?

    Nous vous conseillons de modifier votre mot de passe.