Thomas Hollande, empêcheur de tourner en rond de la loi Macron

L’avocat en droit du travail est le défenseur des 1 752 salariés de Tati, société placée début mai en redressement judiciaire. Il dénonce les conséquences de la réforme du code du travail, priorité du nouveau chef de l’Etat.

Par Publié le 26 mai 2017 à 06h30 - Mis à jour le 26 mai 2017 à 11h13

Temps de Lecture 4 min.

Article réservé aux abonnés

Le fils de l’ancien chef d’Etat défend plusieurs dossiers pour le compte de salariés menacés de plans sociaux.

Tout a été minutieusement orchestré, anticipé dans les moindres détails. Jusqu’à la jeune femme, collaboratrice du cabinet d’avocats LBBa, chargée de prendre les noms des journalistes présents en cet après-midi du 13 mai devant la boutique Eram de la rue de Rennes, à Paris.

A moins de vingt-quatre heures de la passation des pouvoirs à l’Elysée, Thomas Hollande, fils aîné de François Hollande et de Ségolène Royal, avocat en droit du travail, pose sous les banderoles syndicales fluo. Le défenseur des 1 752 salariés de Tati, société placée début mai en redressement judiciaire, est cerné par les caméras.

« Le groupe Eram, propriétaire de Tati, refuse de payer le PSE [plan de sauvegarde de l’emploi]. C’est une conséquence de la loi Macron, qui a supprimé cette obligation lorsqu’une filiale se trouve en redressement ou en liquidation », tacle le conseil, qui décrit « les effets pervers » de ladite loi : « Pour échapper à sa contribution financière, un groupe peut être tenté de provoquer la mise en redressement judiciaire d’une filiale dont il veut se débarrasser. C’est ce que fait le groupe Eram avec Tati. »

Le 29 mai, au tribunal de commerce de Bobigny, se tiendra l’audience au cours de laquelle les offres de reprise de l’enseigne seront examinées. « Au regard de ces dernières, on sait déjà que de 400 à 600 salariés de Tati seront licenciés, précise l’avocat de 32 ans. C’est deux fois plus que chez Whirlpool… J’espère qu’Emmanuel Macron sera vigilant. »

Lire aussi Réforme du code du travail : ce que veut faire Emmanuel Macron

« Servir mes convictions »

Thomas Hollande figure d’un « troisième tour social » qu’on annonce déjà très chaud ? Personne ne l’avait vraiment vu venir, mais finalement beaucoup, dans son entourage, l’envisagent depuis ce happening très remarqué…

Le jeune homme, qui avait fondé la « ségosphère » en 2007 et était chargé des réseaux sociaux pendant la campagne de François Hollande en 2012, est le seul enfant du couple Hollande-Royal à s’impliquer en politique. « Je n’ai pas prévu d’intervenir dans le débat national », dit-il.

« Avec un père président, il aurait pu choisir droit des affaires, c’eût été légitime, et “vendre” son nom. Il a fait un choix éthique, qui traduit un engagement. » Jean-Pierre Mignard, avocat

Mais une juriste qui le côtoie observe qu’il « délègue énormément certains dossiers, pour dégager du temps et s’investir dans la cause syndicale », à l’heure où le gouvernement annonce qu’il veut légiférer sur le droit du travail dès la rentrée.

Il vous reste 59% de cet article à lire.

Lecture du Monde en cours sur un autre appareil.

Vous pouvez lire Le Monde sur un seul appareil à la fois

Ce message s’affichera sur l’autre appareil.

  • Parce qu’une autre personne (ou vous) est en train de lire Le Monde avec ce compte sur un autre appareil.

    Vous ne pouvez lire Le Monde que sur un seul appareil à la fois (ordinateur, téléphone ou tablette).

  • Comment ne plus voir ce message ?

    En cliquant sur «  » et en vous assurant que vous êtes la seule personne à consulter Le Monde avec ce compte.

  • Que se passera-t-il si vous continuez à lire ici ?

    Ce message s’affichera sur l’autre appareil. Ce dernier restera connecté avec ce compte.

  • Y a-t-il d’autres limites ?

    Non. Vous pouvez vous connecter avec votre compte sur autant d’appareils que vous le souhaitez, mais en les utilisant à des moments différents.

  • Vous ignorez qui est l’autre personne ?

    Nous vous conseillons de modifier votre mot de passe.