Biographie. Anne de Bretagne, une princesse du Moyen Age

L’historienne Claire L’Hoër retrace le parcours d’une femme remarquable, qui vécut à la charnière du Moyen Age et de la Renaissance.

Par Publié le 02 février 2020 à 16h00

Temps de Lecture 1 min.

Article réservé aux abonnés

Anne de Bretagne (1477-1514).
Anne de Bretagne (1477-1514). Caroline Andrieu

« Anne de Bretagne. Duchesse et reine de France », de Claire L’Hoër, Fayard, 304 p., 22 €.

Replacer Anne de Bretagne dans son temps et la dégager de sa légende : tel est le double objectif de la biographie de Claire L’Hoër. L’historienne y parvient en dressant avec clarté le tableau d’une époque qui ne se soucie guère des femmes. Née en 1477 à Nantes, Anne de Bretagne, formée très tôt à l’art politique par sa gouvernante, Françoise de Dinan, a 11 ans quand, à la mort de son père, elle se fait couronner duchesse dans la cathédrale de Rennes et jure sur les évangiles de défendre la liberté des Bretons.

Son mariage par procuration avec Maximilien d’Autriche, en 1490, remet en cause l’équilibre européen. Pour se sortir de l’étau, le roi de France Charles VIII épouse Anne un an plus tard, non sans recourir au pape, qui finit par annuler le mariage avec Maximilien. A 14 ans, elle devient la reine d’un des plus grands royaumes d’Europe tout en restant duchesse d’un riche territoire, qu’elle a préservé d’une annexion. Une titulature qu’elle s’évertue à conserver, lorsque, devenue veuve à 21 ans, elle épouse le roi Louis XII.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Un trésor médiéval sorti de terre à Dijon

Elle aura quatorze enfants. Deux survivent, douze autres meurent à la naissance ou en bas âge. Ces épreuves ne l’empêchent pas de multiplier les pèlerinages symboliques, de soutenir les artistes, de lire les nombreux livres que compte sa bibliothèque et d’introduire l’élégance italienne à la cour. Pour autant, montre Claire L’Hoër, Anne de Bretagne n’est pas une femme de la Renaissance, c’est « la dernière princesse du Moyen Age ». Bonne catholique, attachée aux traditions, elle porte la même coiffe jusqu’à sa mort, en 1514. Un portrait équilibré que l’auteure conclut par une analyse fine des mythes qui ont entouré la duchesse et reine. Ni victime de la diplomatie internationale ni traîtresse donnant la Bretagne à la France, Anne de Bretagne a assumé ses choix.

Lire un extrait sur le site des éditions Fayard.

Il vous reste 100% de cet article à lire.

Lecture du Monde en cours sur un autre appareil.

Vous pouvez lire Le Monde sur un seul appareil à la fois

Ce message s’affichera sur l’autre appareil.

  • Parce qu’une autre personne (ou vous) est en train de lire Le Monde avec ce compte sur un autre appareil.

    Vous ne pouvez lire Le Monde que sur un seul appareil à la fois (ordinateur, téléphone ou tablette).

  • Comment ne plus voir ce message ?

    En cliquant sur «  » et en vous assurant que vous êtes la seule personne à consulter Le Monde avec ce compte.

  • Que se passera-t-il si vous continuez à lire ici ?

    Ce message s’affichera sur l’autre appareil. Ce dernier restera connecté avec ce compte.

  • Y a-t-il d’autres limites ?

    Non. Vous pouvez vous connecter avec votre compte sur autant d’appareils que vous le souhaitez, mais en les utilisant à des moments différents.

  • Vous ignorez qui est l’autre personne ?

    Nous vous conseillons de modifier votre mot de passe.