StopCovid, traçage de contacts : remède miracle ou dangereux mirage ?

vidéo Pour lever les confinements sans perdre le contrôle de l’épidémie de Covid-19, plusieurs gouvernements envisagent le traçage de contacts, notamment par le biais d’une application. Mais l’efficacité de cet outil interroge, tant la pandémie atteint une ampleur inédite.

Publié le 24 mai 2020 à 10h30 - Mis à jour le 25 mai 2020 à 17h58

Temps de Lecture 2 min.

Faut-il une application smartphone pour endiguer l’épidémie de Covid-19 ? Ou doit-on se contenter d’interroger les malades pour identifier les personnes qu’ils ont pu contaminer ? Quelle est, en somme, la meilleure option pour mettre en place ce qu’on appelle le traçage de contacts ?

Il y a quelques années, lors des épidémies du SRAS et du MERS (les deux coronavirus de début du XXIe siècle), la deuxième méthode avait fait ses preuves.

Logiquement, elle fait donc partie des options recommandées par les épidémiologistes pour succéder aux mesures de confinement. Singapour, Corée du Sud, Irlande et Nouvelle-Zélande notamment l’ont déjà mise en place, et bien d’autres pays y pensent.

Déployé face à de nombreuses autres maladies infectieuses, du sida à Ebola en passant par les oreillons, cet outil relève d’un principe assez simple : pour briser une chaîne, il suffit de faire sauter un maillon. Concrètement, il s’agit de trouver toutes les personnes ayant été exposées à des individus malades, et les isoler du reste de la population. Ainsi, si certaines d’entre elles, baptisées « cas contacts », se révèlent effectivement infectées, elles ne peuvent plus transmettre le virus.

Le problème, c’est que le traçage de contacts n’a jamais été utilisé dans pareil contexte : le nombre de malades et la transmissibilité discrète du SARS-Cov-2 sont sans pareil avec le SRAS ou le MERS. Il se révèle donc difficile de préjuger de son efficacité. Cependant, de nombreuses propositions et modélisations épidémiologiques soulignent son fort potentiel, et proposent donc deux stratégies principales : une méthode classique, similaire à ce qui s’est toujours fait, et une nouvelle approche, fondée sur une application pour smartphone. Deux stratégies qui, peut-être, n’en feront qu’une.

Liens utiles :

Cités dans la vidéo

Les enseignements du SRAS :

Propositions d’architectures d’applis :

Le Monde

Contribuer

Dans la même rubrique

Services

Lecture du Monde en cours sur un autre appareil.

Vous pouvez lire Le Monde sur un seul appareil à la fois

Ce message s’affichera sur l’autre appareil.

  • Parce qu’une autre personne (ou vous) est en train de lire Le Monde avec ce compte sur un autre appareil.

    Vous ne pouvez lire Le Monde que sur un seul appareil à la fois (ordinateur, téléphone ou tablette).

  • Comment ne plus voir ce message ?

    En cliquant sur «  » et en vous assurant que vous êtes la seule personne à consulter Le Monde avec ce compte.

  • Que se passera-t-il si vous continuez à lire ici ?

    Ce message s’affichera sur l’autre appareil. Ce dernier restera connecté avec ce compte.

  • Y a-t-il d’autres limites ?

    Non. Vous pouvez vous connecter avec votre compte sur autant d’appareils que vous le souhaitez, mais en les utilisant à des moments différents.

  • Vous ignorez qui est l’autre personne ?

    Nous vous conseillons de modifier votre mot de passe.