Muriel Pénicaud a-t-elle vraiment recommandé une baisse des salaires ?

La ministre du travail est accusée de vouloir diminuer la rémunération des salariés. Ses propositions ne sont pas aussi univoques.

Publié le 05 juin 2020 à 19h28

Temps de Lecture 2 min.

Après la crise sanitaire, la crise du pouvoir d’achat ? Selon une publication du site Planetes360 partagée des centaines de milliers de fois sur Facebook, la ministre du travail aurait appelé les entreprises à revoir les salaires à la baisse. L’affirmation s’appuie sur un très court extrait d’une interview longue de vingt minutes.

Dans celle-ci, Mme Pénicaud défend des positions plus larges : aménagement du temps de travail et rémunération à la baisse pour les salariés d’entreprise en sous-activité, mais aussi à la hausse dans les secteurs en pleine reprise, et revalorisation salariale pour les métiers de la « seconde ligne ». Explications.

Ce que dit la publication

Le titre de cet article du site Planetes360 est sans ambivalence. Il annonce :

COUCOU LES PAUVRES « Pénicaud appelle les entreprises à baisser les salaires ! »

A l’intérieur, un tweet d’un extrait de l’intervention sur le plateau de LCI de la ministre de l’emploi, accompagné d’un résumé univoque : « Cette fois, c’est clair même si elle bafouille, Pénicaud appelle les entreprises à baisser les salaires et supprimer les RTT de leurs salariés. »

Pourquoi c’est plus compliqué

La séquence est extraite du passage de Muriel Pénicaud à l’émission « En toute franchise », diffusée le 31 mai sur LCI. L’interview dure une vingtaine de minutes. Interrogée par Amélie Carrouer, la ministre du travail annonce sa priorité de vouloir « garder l’emploi de tous ».

  • Une possibilité de baisses assumée pour les secteurs en crise…

Est-il question de revoir les rémunérations à la baisse ? Dans certains cas, oui. L’une des options consiste à travailler moins, et donc à être payé moins dans le cadre des accords de performance collective, qui devront être signés par chaque entreprise après négociation avec les syndicats et les salariés.

« L’Etat pourra aider dans certaines filières en difficulté, comme l’automobile, pour combler une partie de la perte du pouvoir d’achat », précise Muriel Pénicaud, sous forme de chômage partiel. L’aéronautique, le tourisme, l’hôtellerie et la restauration sont également concernés. A noter, même si cette nuance ne change pas grand-chose à la dernière ligne du bulletin de paye, qu’il ne s’agit pas d’une baisse du salaire horaire mais d’une diminution provisoire du temps de travail.

  • … mais des hausses demandées dans d’autres cas

Néanmoins, dans d’autres cas, comme le bâtiment, l’activité repart à la hausse, et la ministre milite au contraire pour une paie bonifiée. « [Ces secteurs] négocient des accords pour pouvoir travailler plus. Je rappelle que quand on travaille plus, cela s’appelle des heures supplémentaires, et on est plus rémunéré pour ces heures-là », rappelle Mme Pénicaud, en conditionnant à nouveau l’adoption de ces mesures à des accords d’entreprise.

Enfin, la ministre du travail recommande une revalorisation salariale pour les travailleurs ayant été « en seconde ligne » durant la crise du Covid-19, c’est-à-dire ceux qui, sans faire partie des soignants, ont contribué au maintien des services essentiels : les caissiers, les chauffeurs-livreurs, éboueurs, etc. Il s’agit d’une prise de position très symbolique : ceux-ci n’étant pas employés par l’Etat, leur salaire n’est pas du ressort de ce dernier, admet l’ancienne directrice générale des ressources humaines de Danone.

En somme, Muriel Penicaud recommande en effet des aménagements de temps de travail à la baisse, avec une rémunération réduite, pour les secteurs en crise, au nom de la sauvegarde de l’emploi.

Néanmoins, ce dispositif est soumis à la négociation au sein de chaque entreprise, et peut également servir à augmenter le temps de travail et les rémunérations. Elle encourage par ailleurs la revalorisation de certains métiers. Il est donc très exagéré d’affirmer que la ministre du travail appelle de manière univoque à baisser les salaires.

Retrouvez tous les articles de vérification des Décodeurs dans notre rubrique.

Le Monde

Contribuer

Dans la même rubrique

Services

Lecture du Monde en cours sur un autre appareil.

Vous pouvez lire Le Monde sur un seul appareil à la fois

Ce message s’affichera sur l’autre appareil.

  • Parce qu’une autre personne (ou vous) est en train de lire Le Monde avec ce compte sur un autre appareil.

    Vous ne pouvez lire Le Monde que sur un seul appareil à la fois (ordinateur, téléphone ou tablette).

  • Comment ne plus voir ce message ?

    En cliquant sur «  » et en vous assurant que vous êtes la seule personne à consulter Le Monde avec ce compte.

  • Que se passera-t-il si vous continuez à lire ici ?

    Ce message s’affichera sur l’autre appareil. Ce dernier restera connecté avec ce compte.

  • Y a-t-il d’autres limites ?

    Non. Vous pouvez vous connecter avec votre compte sur autant d’appareils que vous le souhaitez, mais en les utilisant à des moments différents.

  • Vous ignorez qui est l’autre personne ?

    Nous vous conseillons de modifier votre mot de passe.