Non, le gouvernement n’a pas décrété le « stade 4 » et « la mise en quarantaine de toutes les villes »

Un article racoleur et approximatif affirme que le gouvernement a annoncé des mesures de confinement drastique dès lundi matin. A ce jour, c’est faux.

Par Publié le 16 mars 2020 à 14h36 - Mis à jour le 16 mars 2020 à 15h15

Temps de Lecture 3 min.

Un faux article extrêmement viral – près de 5 millions de partages en moins de vingt-quatre heures – annonce que la France est déjà passée au stade 4 de l’épidémie de coronavirus et est placée en quarantaine. Si le confinement total est un scénario étudié par le gouvernement, une telle mesure n’avait pas été mise en place au moment où l’article a été publié. La page Web qui circule comporte par ailleurs des affirmations fantaisistes ou erronées, en se trompant notamment sur ce que signifie le stade 4 d’une épidémie.

Lire aussi Coronavirus : notre guide pour distinguer les fausses rumeurs des vrais conseils

Ce qui est écrit

Sous le titre « ALERTE - STADE 4 mises en quarantaine de toutes les villes de FRANCE dès lundi 16 mars », l’article se compose d’un très court texte :

« Ce que la France redoutait est finalement arrivé, le gouvernement a annoncé aujourd’hui que dès lundi 16 mars, toutes les villes de France seront mises en quarantaine. Il sera par conséquent interdit de quitter votre domicile sans raison valable. Des services de réapprovisionnement seront mis en place, ainsi qu’une ligne spécialisée utile en cas de besoin. (…) Si les consignes mises en place ne sont pas respectées une amende de 275 € pourra votre être délivrée. »

Dans une deuxième version, le titre dit que cette quarantaine serait effective « le mardi 17 mars » – le corps de l’article, lui, parle toujours de « lundi 16 mars ».

Pourquoi il s’agit d’un faux article

Pour commencer, il s’agit d’un faux site d’actualité, comme le montrent de nombreux détails : l’incohérence entre le titre (Le Financier) et l’adresse Internet (Univers-actus.eu), les innombrables faux liens, ou encore la liste des « plus lus » qui renvoient tous à ce même faux article.

Lire aussi Le coronavirus à l’heure des rumeurs par messagerie instantanée : « C’est la mère de ma femme qui me l’a dit »

Sur le fond, première erreur, le stade 4 ne correspond pas à une quarantaine généralisée, mais au contraire au quatrième et dernier stade d’une épidémie, celui du retour progressif à la normale. Comme l’expliquent le plan de pandémie grippale de 2011 ou encore ce document gouvernemental lié au coronavirus, à chaque stade correspond une stratégie :

  • stade 1 : le virus est présent à l’étranger, il faut retarder son introduction ;
  • stade 2 : le virus est présent sur le territoire, il faut freiner sa propagation ;
  • stade 3 : l’épidémie est à son pic, il faut atténuer les conséquences ;
  • stade 4 : l’épidémie reflue, les mesures sanitaires sont progressivement levées.
Le stade 4 ne correspond pas à des mesures de confinement, mais à une phase de retour à la normale après un pic académique.
Le stade 4 ne correspond pas à des mesures de confinement, mais à une phase de retour à la normale après un pic académique. Gouvernement

La France est passée au stade 3 de l’épidémie, le plus critique, le 14 mars. Ont suivi de nombreuses mesures (fermetures des lieux de vie et commerce non indispensables, en plus des écoles et des universités) visant à éviter l’effondrement du système hospitalier.

Lire aussi Coronavirus : 1, 2 et 3... que veulent dire les différents stades de l’épidémie ?

Une annonce pour l’instant fausse

Par ailleurs, à l’heure où nous écrivons, les informations données par cet article concernant une quarantaine généralisée sont fausses. Si des mesures de confinement total sont effectivement réclamées par de nombreux experts du domaine de la santé depuis dimanche 15 mars, le gouvernement n’a fait aucune annonce en ce sens, et lundi à la mi-journée, aucune quarantaine n’avait encore été appliquée, ni annoncée.

Cela ne signifie pas que cette situation ne puisse pas rapidement arriver. Dimanche soir, le bilan était officiellement de 5 423 cas de Covid-19 en France, soit plus de 900 cas supplémentaires en vingt-quatre heures, et de 127 morts liés à la maladie. Un bilan que tous les médecins s’accordent à dire sous-estimé, tous les patients n’étant plus testés. Le passage à un confinement total est désormais envisagé, mais selon des modalités qui n’ont pas grand-chose à voir avec celles évoquées dans ce faux article – « amende de 275 euros », « service de réapprovisionnement », etc.

Comme l’explique au Monde une source gouvernementale, « si les Français ne respectent pas les mesures barrières comme on l’a vu dimanche sur les quais de Seine, aux Buttes-Chaumont ou au jardin du Luxembourg, on va vers un modèle “à l’italienne”. C’est-à-dire un confinement total, hors courses nécessaires et activités de soignants, sécurité… ». Le président, Emmanuel Macron, doit s’exprimer lundi à 20 heures. Son intervention ainsi que les informations de la journée sont à suivre en direct sur le live du Monde.fr.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi « Un si bon dimanche » : récit de ce jour où les Français ont voulu s’accorder un dernier moment d’insouciance
Retrouvez tous les articles de vérification des Décodeurs dans notre rubrique.
Notre sélection d’articles sur le coronavirus

Retrouvez tous nos articles sur le coronavirus dans notre rubrique

Sur l’épidémie

Sur le déconfinement et ses enjeux

Contribuer

Dans la même rubrique

Services

Lecture du Monde en cours sur un autre appareil.

Vous pouvez lire Le Monde sur un seul appareil à la fois

Ce message s’affichera sur l’autre appareil.

  • Parce qu’une autre personne (ou vous) est en train de lire Le Monde avec ce compte sur un autre appareil.

    Vous ne pouvez lire Le Monde que sur un seul appareil à la fois (ordinateur, téléphone ou tablette).

  • Comment ne plus voir ce message ?

    En cliquant sur «  » et en vous assurant que vous êtes la seule personne à consulter Le Monde avec ce compte.

  • Que se passera-t-il si vous continuez à lire ici ?

    Ce message s’affichera sur l’autre appareil. Ce dernier restera connecté avec ce compte.

  • Y a-t-il d’autres limites ?

    Non. Vous pouvez vous connecter avec votre compte sur autant d’appareils que vous le souhaitez, mais en les utilisant à des moments différents.

  • Vous ignorez qui est l’autre personne ?

    Nous vous conseillons de modifier votre mot de passe.