L’amnésie de Christian Estrosi sur sa petite phrase après l’attentat contre « Charlie Hebdo »

Interpellé sur ses propos de 2015 sur les frères Kouachi qui « n’auraient pas passé trois carrefours » à Nice, le candidat à sa réélection aux municipales 2020 a éludé.

Par Publié le 18 février 2020 à 16h03 - Mis à jour le 06 mars 2020 à 11h10

Temps de Lecture 2 min.

Relire l’article

Bienvenue dans l’espace de réactions

Pour améliorer la qualité des échanges sous nos articles, ainsi que votre expérience de contribution, nous vous invitons à consulter nos règles d’utilisation.

Lire notre charte

Les contributions (7)

LePetitAvis2 07/03/2020 - 21h05

Les caméras n’étaient pas armées, ne vous en faites pas ça viendra (2 niveaux), avec toute cette jungle urbaine , mieux que dans la science fiction ..... il est vrai que les caméras rassurent au quotidien,,,

Aloes 19/02/2020 - 20h19

Estrosi est peu inspiré de ne pas reconnaître que son côté hâbleur l’a amené à sortir la plus belle grosse boulette politique de la décennie . Elle lui est revenu sèchement en boomerang en pleine face . La simplicité et l’honnêteté seraient la moindre des choses et il se grandirait en le reconnaissant !

On peut rêver 19/02/2020 - 13h40

Il semble maintenant admis que les hommes politiques sont comme les accusés devant un tribunal : ils ont le droit de mentir effrontément sans que cela leur soit reproché. Il est vrai que les mensonges éhontés des politiciens s'appellent maintenant :"fake news". Ça change tout!
Heureusement les électeurs ont la mémoire courte, plus courte que celles de certains journalistes extrêmement agaçants.

Kamel 18/02/2020 - 20h38

Ca n'empêchera pas Estrosi d'être réélu dans un fauteuil comme d'hab.

antoinettemassiera 18/02/2020 - 18h40

la campagne des municipales de Nice intéresse donc la capitale ?
mais Le Monde devrait laisser agir Monsieur Xavier Niel et s'occuper de Paris seulement.

POUM 18/02/2020 - 17h09

Il est comme son ami Macron, quand il sont coincés et mis en face de leurs contradictions, ils évoquent des "fake news"...minables.

F. P. 18/02/2020 - 16h25

Politique : un exercice de la parole.
Donc, parler, de préférence, semble-t-il, à tort et à travers.
Nombreux en sont les exemples : Le port du voile n'est pas souhaitable en France, en est un. Rappelons que nul ne doit être inquiété pour ses opinions, même religieuses (art. 10 de la Déclaration...), le port du voile ne troublant pas l'ordre public (tel qu'il est établi par la loi, non tel qu'en décide le premier venu, serait-il ministre).
Vous donne-t-on tort d'avoir dit n'importe quoi ? Large palette d'options :
1/ Nier avoir jamais tenu de tels propos, à la façon du maire de Nice, ville durement meurtrie.
2/ Alléguer l'incompréhension de l'auditeur, souvent un journaliste, ce qui s'appelle faire d'une pierre deux coups.
Option à toujours avoir sous la langue (comme on dit : sous la main), peut toujours servir ; à défaut :
3/ Alléguer la maladresse, ne pas hésiter à renchérir en la qualifiant de pataude, à la façon du ministre de la Justice récemment.
- Politique, un métier ?

F. P. 18/02/2020 - 19h27

Pourquoi donc ? Prenez ce politique involontaire qu'aura été le grand Charles ! Aucune raison d'épouser notre temps dans ce qu'il a de plus médiocre, et de ne pas espérer des politiques qui soient davantage à la mesure des enjeux du temps.

Stand4 18/02/2020 - 17h53

Si on exigeait des politiques toutes les vertus des lecteurs du Monde il n'y aurait personne pour s'occuper de rien du tout.

Avant de contribuer

Bienvenue dans l’espace de discussion que Le Monde met à disposition de ses abonnés. Nous souhaitons y développer un débat ouvert et respectueux. C’est pourquoi :

  • Les contributions doivent respecter les limites de la liberté d’expression (pas de diffamation, pas d’injure, pas de propos discriminatoires…)
  • Toute contribution que Le Monde estime contraire à la bonne tenue du débat ne sera pas publiée.

Sachez que les propos que vous y tenez peuvent vous engager juridiquement. Pour en savoir plus sur les règles de l’espace de contributions du Monde, cliquez ici.

Pour contribuer à la discussion, vous devez être abonné.

Rejoignez une communauté de 300 000 abonnés pour explorer, analyser et débattre.

Abonnez-vous à partir de 1 €

Accédez à tous les contenus du Monde en illimité.

Faites avancer le débat en partageant votre point de vue.

Consultez le journal en version numérique et ses suppléments, chaque jour avant 13 heures.

Services