30 % de départs en cinq ans : au Parti socialiste, la fuite massive des cadres

Par , , et

Publié le 11 février 2020 à 01h00 - Mis à jour le 11 février 2020 à 15h09

Ils sont partis à La République en marche (LRM), ont pris la tangente un peu plus à gauche, ou se sont reconvertis en dehors de la politique, comme Eduardo Rihan Cypel qui, après avoir été député et secrétaire national du Parti socialiste (PS), vend désormais des caleçons imprimés de références politiques du XVIIIe siècle. Ce recyclage original n’est pas un cas isolé, y compris chez les plus hauts responsables.

Le parti, qui détenait il y a peu la présidence de la République, les grandes villes, les régions et contrôlait la majorité parlementaire, a durement subi la déferlante de 2017, avec des scores électoraux historiquement bas aux législatives, puis aux européennes de 2019. La crise n’a pas épargné les instances dirigeantes du parti, comme le montre l’étude de l’organigramme du PS de 2015, menée par Les Décodeurs. Si certains « barons » sont restés fidèles au poste (la maire de Lille Martine Aubry, Julien Dray, François Rebsamen…), selon notre décompte, sur les 156 secrétaires nationaux et membres du bureau national en place en 2015, 63 % ont quitté leurs fonctions dirigeantes.

Plus impressionnant encore, parmi ces deux structures faîtières qui gèrent et dirigent le PS, près d’un tiers des troupes a quitté le parti pour de nouveaux horizons politiques ou pour changer de vie.

Passez votre souris ou tapez du doigt sur les silhouettes pour afficher le détail de chaque membre.
 
Méthodologie

Pour mesurer l’ampleur des défections parmi les cadres socialistes, nous avons compilé plusieurs listes : celle du bureau et du secrétariat national, lors de leur dernier grand remaniement, en juin 2015. Nous avons ensuite suivi une méthodologie que vous pouvez découvrir ici, organisée sous forme de questions.

Cliquez sur chacune d’entre elles pour apprendre comment nous avons procédé.

Sur quelles sources ce travail est-il basé ?

Pour connaître la position politique actuelle des « barons » socialistes de 2015, nous nous sommes basés sur de multiples sources : articles de presse, publications sur les réseaux sociaux, sites personnels…

Nous avons demandé au Parti socialiste de confirmer certaines informations. En outre, chaque personne a été contactée lorsqu’il y avait un doute sur sa position. Certaines n’ont pas répondu à nos sollicitations ou étaient difficilement joignables. En l’absence d’informations, nous avons décidé de ne pas attribuer de « statut » aux personnes concernées.

A quoi correspondent les catégories utilisées ?

Outre les cadres socialistes qui ont quitté le PS ou la vie politique tout court, nous avons distingué quatre catégories de départ : ceux qui se sont rapprochés de La République en marche, de Génération.s, de la Gauche républicaine et socialiste et de La France insoumise (LFI). Nous avons intégré sous l’étiquette « reste au PS mais prend du recul » les anciens responsables qui n'ont pas renouvelé leur engagement dans les instances dirigeantes du parti ou qui remettent en cause l’existence du PS sous sa forme actuelle.

Plusieurs difficultés se sont présentées. Certaines personnalités, par exemple, sont toujours adhérentes du PS mais n’ont plus aucun mandat, ne se représentent pas et sont invisibles sur la scène politique : pas d’activité politique mentionnée dans la presse, pas de contributions à un blog ou de publications politiques sur les réseaux sociaux… Dans ce cas, nous avons choisi de leur attribuer la catégorie « a quitté la vie politique ».

A noter : certaines personnes nous ont précisé ne plus avoir de responsabilités nationales au sein du Parti socialiste, alors qu’elles apparaissent toujours dans l’organigramme en ligne. Le parti précise qu’il peut s’agir d’un problème dans la remontée de l’information concernant le départ de ces personnes de ses instances nationales.

Pourquoi des personnalités comme François Hollande n’apparaissent pas ?

Notre liste n’inclut pas certaines personnalités comme François Hollande ou Manuel Valls, qui n’étaient plus actives au sein du parti mais l’étaient dans l’exécutif au niveau national. C’est également le cas, à un niveau européen, de Pierre Moscovici ou encore Vincent Peillon.

Comment savoir si une personne fait encore partie du PS ?

Pour cette enquête, nous avons compté les membres du PS encore présents dans les instances dirigeantes. Mais nous avons aussi tenté de savoir si ces cadres étaient encore adhérents du parti. Une question pas si simple... Albin Herbette, ancien responsable de la coordination régionale, a du mal à répondre concernant sa propre situation : « Techniquement je suis toujours adhérent, puisqu’il faut trois années sans cotisations pour être radié. Formellement, je n’ai pas démissionné mais je n’ai pas dû payer ma cotisation depuis 2016. Je suis certainement encore encarté, mais je ne me considère plus comme tel ».

En outre, cette liste est amenée à évoluer à l’approche des élections municipales. Le Parti socialiste nous a en effet rappelé une règle « si une personne se présente contre un socialiste (ou un·e candidat·e) soutenu·e par le Parti socialiste à une élection, elle ou il s'exclut de fait du Parti socialiste, ce que constate le Conseil national ou le Bureau national conformément à nos statuts. […] Par ailleurs, la Commission fédérale ou nationale des conflits peut également prendre des mesures d'exclusion en sanction de comportements non conformes à nos statuts ».

Le PS ne communique pas sur le nombre d'adhérents ; selon le théoricien du PS Henri Weber, il cabote autour de 100 000 personnes. En 2017, certains avançaient un chiffre plus proche de 40 000 militants à jour de cotisations.

Entre démoralisation et appel des « marcheurs »

Première cause : la démoralisation. Un ancien cadre, qui n’a pas renouvelé son adhésion en 2018, témoigne ainsi sous couvert d’anonymat : « J’ai été conseiller de Cambadélis, on lui faisait des notes dont il se foutait royalement. » Il évoque d’interminables soirées du bureau national avec des positions qui « n’évoluaient jamais ».

En considérant ceux qui ont quitté le PS, ceux qui ont quitté la vie politique, ceux qui ont rejoint ou créé un autre mouvement, et ceux qui sont restés au PS tout en prenant du recul (catégorie qui inclut les cadres ayant quitté leurs fonctions dirigeantes et critiquant parfois fortement le parti dans sa forme actuelle), près de la moitié des cadres ont rendu leur tablier. Et encore, ce décompte n’inclut pas ceux qui sont restés à leur poste mais reconnaissent ne plus prendre une part active à la vie du parti et se contentent de payer leur cotisation.

9 % de l’ensemble des cadres du PS ont rallié Emmanuel Macron, lui-même issu des rangs socialistes.

Comme chez Les Républicains, pour lesquels nous avions réalisé le même décompte, l’autre grande catégorie de « partants » chez les caciques du PS est celle des « marcheurs ». En dehors des arcanes du parti, des transfuges socialistes comme Christophe Castaner, Jean-Yves Le Drian ou Benjamin Griveaux ont concentré l’attention. Mais certains anciens responsables du parti au cœur même de Solférino – le siège du PS entre 1981 et 2017 dans la prestigieuse rue éponyme au cœur de Paris – sont eux aussi passés à LRM, ou s’en sont clairement rapprochés : le maire de Lyon Gérard Collomb, l’ancien secrétaire d’Etat Jean-Marie Le Guen ou l’ex-député Malek Boutih… 9 % de l’ensemble des cadres du PS ont ainsi rallié Emmanuel Macron, lui-même issu des rangs socialistes (il en a été adhérent de 2006 à 2009) et ministre sous un gouvernement de la même couleur.

A l’autre bout du spectre, la contestation du logiciel du PS a provoqué des départs à gauche de la gauche, représentant environ 9 % des troupes. Huit anciens responsables ont rejoint Génération.s, le mouvement créé le 1er juillet 2017 par l’ancien candidat à la présidentielle Benoît Hamon, lui-même ayant renoncé à un engagement national. Deux responsables, l’élue de Seine-Saint-Denis Nadège Abomangoli et l’eurodéputé Emmanuel Maurel, se sont rapprochés de La France insoumise. Ce dernier a finalement créé son parti, la Gauche républicaine et socialiste, auquel ont adhéré trois autres anciens cadres du PS.

Pour le théoricien et ancien cadre du PS Henri Weber, cette vague de départs est symptomatique de la « crise d’effondrement » que connaît le Parti socialiste, qu’il n’hésite pas à comparer avec celle de 1921, alors que le congrès de la SFIO, l’ancêtre du PS, a acté le départ des communistes et la restructuration du paysage politique. Les premiers jalons de cette décomposition sont le référendum de 2005, où la gauche du PS passe outre la décision officielle et appelle à voter non – « un signe de la mort de l’esprit de parti » – et, pendant le mandat de François Hollande, l’opposition des « frondeurs ». Entre 2014 et 2017, la gauche de gouvernement se heurte en effet à une fronde de députés hostiles à une partie de sa politique. Le 10 mai 2016, 56 députés signent une motion de censure à l’encontre de la loi travail et du recours par le premier ministre Manuel Valls à l’article 49.3 de la Constitution.

Le congrès de Tours ou la division de la gauche française
En décembre 1920, lors du congrès de Tours, une scission s'opère entre ceux qui veulent rester fidèles à la Section française de l'Internationale ouvrière (SFIO) et ceux qui s'excluent et créent la Section française de l'Internationale communiste (SFIC, futur Parti communiste français). Cette année-là, rappelle Henri Weber, « les trois quart des cadres se lèvent en emmenant tout avec eux, dont l’Humanité ». Cette refondation sera suivie d'une autre, après 1968 : « Il fallait rassembler la gauche réformiste, avec la deuxième gauche de Rocard, la génération soixante-huitarde… »
Article réservé à nos abonnés Lire aussi Ci-gît le Parti socialiste

Une organisation en crise profonde

Il n’est pas impossible que ce délitement du parti ait accéléré le départ à la retraite des plus âgés des cadres : au moins 17 % des secrétaires nationaux ou des membres du bureau politique de 2015 ont plus de 62 ans aujourd’hui. L’élu des Alpes-de-Haute-Provence Jean-Louis Bianco (77 ans) s’est ainsi éloigné de la politique et dirige l’Observatoire de la laïcité, quand d’autres, comme l’ancien premier ministre Jean-Marc Ayrault ou l’ex-premier secrétaire Jean-Christophe Cambadélis, n’ont plus de responsabilités au PS mais gardent un lien avec le courant socialiste à travers la Fondation Jean-Jaurès, pour le premier, et en jouant encore un rôle de conseiller, pour nombre de secrétaires fédéraux.

Ces défections, en particulier celles des « têtes pensantes » du PS, ont laissé des traces. La description par Henri Weber de ce qu’il reste du parti est cruelle :

« Dans les instances, il ne se passe plus rien. Il y a une chute de la qualité du débat. Y aller pour voir des cadres prendre la pose et réciter le catéchisme, c’est du temps perdu… »

Il n’est pas le seul à établir ce constat : « C’est un fait objectif que le parti n’est pas très en forme : chute du nombre de salariés, un débat d’idées à l’intérieur du PS qui ne rejaillit pas sur la place publique », témoigne Boris Jamet-Fournier, candidat sur la liste de Paris-centre.

Boris Jamet-Fournier, co-secrétaire de la section de Paris-centre
« On a vu l'échec du rassemblement de la gauche aux Européennes, mais cela n'interdit pas une réussite à d'autres élections comme lors des municipales où Paris en commun suscite beaucoup d'enthousiasme chez les militants et dans le public. »

Un constat que ne dément pas le premier secrétaire du PS, Olivier Faure, en fonction depuis 2018 :

« Je ne suis pas dans le déni : le PS traverse une crise qui n’est pas encore achevée. Je mesure bien qu’on a perdu toutes les élections depuis les municipales 2014. »

Si la majorité des départs s’est produite en 2017 et en 2018, de nouvelles défections apparaissent à l’approche des municipales. Sandrine Mazetier, ancienne adjointe de Bertrand Delanoë a ainsi rallié La République en marche à Paris en décembre. Quitte à faire cavalier seul, Samia Ghali, candidate à Marseille, n’a pas renouvelé son adhésion au Parti socialiste en 2019 et se lance avec son micro-parti, Marseille avant tout.

Les municipales des 15 et 22 mars seront-elles un sursaut pour le parti ? Pour Olivier Faure, « une nouvelle génération est en train d’émerger (…) mais c’est vrai que si on perd [les élections], cela accentuerait la crise actuelle ». Les municipales montreront si le PS, malgré ses défaites de 2017 et 2019, a gardé un certain ancrage local, ou s’il est dépassé, là aussi, par ses rivaux, qu’ils soient à sa gauche ou à sa droite de l’échiquier politique.

L’enquête : Affaibli au niveau national, le Parti socialiste joue son avenir aux élections municipales

De fait, plusieurs cadres revendiquent un attachement très fort au parti. Patron de la fédération socialiste de l’Hérault, et membre du bureau national, Hussein Bourgi indique ainsi rester « fidèle et loyal » au Parti socialiste. « Et plus que jamais ferme dans mes convictions et mes engagements contre l’imposture et la supercherie que constitue Emmanuel Macron », ajoute-t-il.

En Haute-Garonne, Rémi Demersseman est lui aussi fidèle à son parti, même s’il a décidé de quitter les instances nationales du PS – il était chargé de la rénovation des pratiques militantes. M. Demersseman explique avoir « conservé [sa] présence au PS afin de réaliser l’unité de la gauche dans [sa] ville », Plaisance-du-Touch, pour les élections municipales. Impliqué dans la liste Plaisance citoyenne, avec d’autres partis écologistes et de gauche, il a choisi d’ajouter à côté de la rose et des initiales traditionnelles du PS la mention « Je suis ; je reste ».

Rémi Demersseman, adhérent au PS
« Il faut une nouvelle génération pour qu’enfin les idées soient socialistes et plus socio-démocrates . Il n’y a pas eu la rupture nécessaire sur les idées, parce que ce sont les mêmes personnes encore. »
Article réservé à nos abonnés Lire aussi A Ivry-sur-Seine, le PS découvre la vie de banlieue

Edit : modification de la date dans la citation d’Olivier Faure sur les échecs aux élections, ainsi que de la région où a été élu Jean-Louis Bianco

Lecture du Monde en cours sur un autre appareil.

Vous pouvez lire Le Monde sur un seul appareil à la fois

Ce message s’affichera sur l’autre appareil.

  • Parce qu’une autre personne (ou vous) est en train de lire Le Monde avec ce compte sur un autre appareil.

    Vous ne pouvez lire Le Monde que sur un seul appareil à la fois (ordinateur, téléphone ou tablette).

  • Comment ne plus voir ce message ?

    En cliquant sur «  » et en vous assurant que vous êtes la seule personne à consulter Le Monde avec ce compte.

  • Que se passera-t-il si vous continuez à lire ici ?

    Ce message s’affichera sur l’autre appareil. Ce dernier restera connecté avec ce compte.

  • Y a-t-il d’autres limites ?

    Non. Vous pouvez vous connecter avec votre compte sur autant d’appareils que vous le souhaitez, mais en les utilisant à des moments différents.

  • Vous ignorez qui est l’autre personne ?

    Nous vous conseillons de modifier votre mot de passe.