« Les gens ont été obligés de sortir, poussés par la faim » : le Pérou englué dans la crise due au coronavirus

Malgré des mesures de confinement très strictes depuis neuf semaines, le pays enregistre un nombre de malades alarmant.

Par Publié le 23 mai 2020 à 10h08 - Mis à jour le 24 mai 2020 à 05h42

Temps de Lecture 3 min.

Article réservé aux abonnés

L’unité Covid-19 du service des urgences de l’hôpital Guillermo Almenara, à Lima, le 22 mai.
L’unité Covid-19 du service des urgences de l’hôpital Guillermo Almenara, à Lima, le 22 mai. RODRIGO ABD / AP

Dans une région du monde en passe de devenir le nouvel épicentre mondial du virus, a averti l’Organisation mondiale de la santé (OMS), avec plus de 500 000 cas diagnostiqués, le Pérou est devenu le pays le plus touché derrière le géant brésilien en Amérique du Sud. Et ce, malgré neuf semaines de quarantaine et des mesures drastiques prises dès le 15 mars – une date où le pays comptait moins d’une centaine de cas et aucun mort. « Nous vivons une situation dramatique, certains hôpitaux d’Amazonie ou du nord du Pérou se sont totalement effondrés. Il manque de l’oxygène, des lits, des médecins… », alerte Ciro Maguiña Vargas, médecin infectiologue de l’université Cayetano-Heredia de Lima et vice-président du Collège médical du Pérou.

Les derniers chiffres officiels sont alarmants. Le nombre de malades du Covid-19 a passé la barre des 100 000, pour une population de 32 millions d’habitants. On compte à ce jour plus de 3 200 morts. Quelque 7 545 patients sont hospitalisés, dont 901 en soins intensifs. Selon plusieurs sources, le décompte officiel des décès ne serait que la pointe de l’iceberg : les chiffres devraient être multipliés par trois, quatre, voire neuf selon les régions.

Lire aussi Confinement : au Pérou, des centaines de personnes se lancent sur les routes

D’après les spécialistes sanitaires, le pic de la pandémie pourrait être atteint ces prochains jours selon les régions. Le sud du pays a été pour le moment relativement épargné contrairement au nord et à la région amazonienne, où le système de soins est au bord de la rupture. Près de 83 % des cas se concentrent dans à peine cinq régions, dont Lima, la capitale. Face à cette situation inquiétante, le chef de l’Etat, Martin Vizcarra, vient de prolonger, vendredi 22 mai, l’état d’urgence dans tout le pays jusqu’au 30 juin.

Mesures drastiques

Mais comment expliquer un tableau si sombre quand le président péruvien, contrairement à son homologue brésilien Jair Bolsonaro, a pris l’épidémie au sérieux et adopté des mesures drastiques saluées par la communauté médicale ? Le pays a fermé dès la mi-mars ses frontières terrestres, interdit les transports interprovinciaux et imposé un confinement strict. Un couvre-feu est même entré en vigueur tous les jours dès 18 heures et le port du masque a été rendu obligatoire.

Dans un premier temps, l’effort a semblé payant. Entre les mois de mars et d’avril, la courbe des contagions et des morts n’augmente que faiblement. Et puis, à partir de la mi-avril, les chiffres soudainement s’emballent.

Les funérailles de victimes du Covid-19, au cimetière El Angel à Lima, le 21 mai.
Les funérailles de victimes du Covid-19, au cimetière El Angel à Lima, le 21 mai. ERNESTO BENAVIDES / AFP

Outre l’augmentation massive des tests qui en fait un des pays qui contrôlent le plus, la hausse brutale de la pandémie tient à plusieurs facteurs. « Les Péruviens ont tenu quatre semaines [de confinement], mais dans un pays où 70 % de la population vit du travail informel, les gens ont été obligés de sortir, poussés par la faim », explique Ciro Maguiña Vargas.

Il vous reste 36.99% de cet article à lire.

Lecture du Monde en cours sur un autre appareil.

Vous pouvez lire Le Monde sur un seul appareil à la fois

Ce message s’affichera sur l’autre appareil.

  • Parce qu’une autre personne (ou vous) est en train de lire Le Monde avec ce compte sur un autre appareil.

    Vous ne pouvez lire Le Monde que sur un seul appareil à la fois (ordinateur, téléphone ou tablette).

  • Comment ne plus voir ce message ?

    En cliquant sur «  » et en vous assurant que vous êtes la seule personne à consulter Le Monde avec ce compte.

  • Que se passera-t-il si vous continuez à lire ici ?

    Ce message s’affichera sur l’autre appareil. Ce dernier restera connecté avec ce compte.

  • Y a-t-il d’autres limites ?

    Non. Vous pouvez vous connecter avec votre compte sur autant d’appareils que vous le souhaitez, mais en les utilisant à des moments différents.

  • Vous ignorez qui est l’autre personne ?

    Nous vous conseillons de modifier votre mot de passe.