Coronavirus : le Royaume-Uni va imposer quatorze jours d’isolement pour les voyageurs arrivant de l’étranger

La France, qui a regretté la décision britannique, « se tient prête à mettre en place une mesure de réciprocité dès lors que le dispositif entrera effectivement en vigueur », a réagi le ministère de l’intérieur.

Le Monde avec AFP Publié le 22 mai 2020 à 04h59 - Mis à jour le 23 mai 2020 à 07h36

Temps de Lecture 5 min.

La carte de l'épidémie dans le monde
Survolez les pays pour obtenir plus d'informations, données mises à jour le .
Cas confirmés Morts
Par habitant ou valeur brute
Sélectionnez la vue : Etats-UnisMonde • Europe • Chine
Source : JHU, SPF

La pandémie due au coronavirus a fait au moins 332 800 morts dans le monde depuis son apparition en décembre en Chine, selon un bilan établi par l’Agence France-Presse (AFP) à partir de sources officielles vendredi 22 mai à 14 heures.

Plus de 5 millions de cas d’infection ont été officiellement diagnostiqués dans 196 pays et territoires depuis le début de l’épidémie. Ce nombre de cas diagnostiqués ne reflète toutefois qu’une fraction du nombre réel de contaminations, un grand nombre de pays ne testant que les cas nécessitant une prise en charge hospitalière. Parmi ces cas, au moins 1,8 million sont aujourd’hui considérés comme guéris.

  • Quatorze jours d’isolement pour les voyageurs arrivant au Royaume-Uni

Le Royaume-Uni va imposer quatorze jours d’isolement aux voyageurs arrivant de l’étranger, afin de limiter la propagation du Covid-19, a déclaré vendredi le ministre chargé de l’Irlande du Nord, Brandon Lewis. Cette mesure, qui sera réexaminée « toutes les trois semaines », doit accompagner le déconfinement progressif du pays à partir du 1er juin.

Selon les médias britanniques, les voyageurs devront remplir un formulaire avec leurs coordonnées à leur arrivée et ils feront l’objet de contrôles aléatoires. Les contrevenants s’exposent à une amende de 1 000 livres (environ 1 117 euros).

Des exceptions sont prévues pour les transporteurs routiers et des personnels médicaux, ainsi que pour les Irlandais, mais pas pour les voyageurs arrivant de France, contrairement à ce que Londres et Paris avaient récemment laissé entendre.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Coronavirus : confusion au Royaume-Uni, où chaque nation déconfine à son rythme

« Nous prenons note de la décision du gouvernement britannique et nous la regrettons », a réagi auprès de l’AFP le ministère de l’intérieur français. « La France se tient prête à mettre en place une mesure de réciprocité dès lors que le dispositif entrera effectivement en vigueur côté britannique », a-t-on ajouté Place Beauvau.

  • La Chine annonce un vaste plan d’investissement

Des hordes de cyclistes masqués à Pékin, vendredi 22 mai.
Des hordes de cyclistes masqués à Pékin, vendredi 22 mai. NICOLAS ASFOURI / AFP

Le premier ministre chinois, Li Keqiang, a célébré « une réussite stratégique majeure » dans le combat mené par son pays contre le nouveau coronavirus, apparu à la fin de 2019 à Wuhan, dans la province du Hubei.

« Nous, fils et filles de la nation chinoise, sommes restés unis pendant une période infiniment difficile et avons élevé une grande muraille de solidarité », s’est réjoui M. Li dans un discours solennel à l’ouverture de la session annuelle du Parlement. Après avoir pratiquement mis le pays à l’arrêt à la fin du mois de janvier en réponse à l’épidémie, Pékin est parvenu à freiner considérablement la contagion, tombée ces dernières semaines à quelques nouveaux cas par jour.

Le numéro deux du régime communiste a toutefois rappelé « la tâche immense » qu’il restait à accomplir face aux conséquences économiques de l’épidémie – le produit intérieur brut (PIB) a plongé au premier trimestre. La Chine a annoncé un vaste plan d’investissement d’un montant de 3 750 milliards de yuans (481 milliards d’euros) pour financer les infrastructures et, par ricochet, la consommation. Ces investissements seront notamment destinés au déploiement de la technologie 5G, appelée à révolutionner les communications, et à généraliser les véhicules à énergies nouvelles.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi La Chine veut prendre le leadership sur la santé du monde
  • La hausse des cas en Amérique latine se poursuit

L’Amérique latine est devenue le « nouvel épicentre » de la pandémie de Covid-19, a fait valoir vendredi l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Le Brésil a recensé plus de 20 000 morts, après une hausse record de 1 188 décès au cours des dernières vingt-quatre heures, selon des données du ministère de la santé. Pays de loin le plus touché d’Amérique latine avec 57 % des décès déplorés sur le continent (35 000), le Brésil enregistre également 310 087 cas confirmés.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Coronavirus : risque accru de mutineries dans les prisons surpeuplées d’Amérique latine

Les cas de Covid-19 détectés ont également augmenté en Argentine, pour atteindre 648 au cours des dernières vingt-quatre heures, soit plus du double des bilans quotidiens d’il y a deux semaines. Quelque 90 % de ces infections se trouvent à Buenos Aires et dans sa populeuse périphérie.

Les décès dus au Covid-19 ont aussi augmenté de 29 % au cours des dernières vingt-quatre heures au Chili, qui dénombre près de 60 000 cas de contamination. « C’est une énorme bataille à laquelle personne ne peut échapper », a déclaré le ministre de la santé, Jaime Mañalich.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Face au coronavirus, le théâtre argentin contraint de se renouveler

Au Pérou, la situation devient critique. La plupart des hôpitaux de Lima sont au bord de la rupture, a mis en garde jeudi le bureau du défenseur du peuple péruvien, l’entité publique chargée de veiller au respect des droits humains dans le pays. « L’impossibilité de se faire soigner dans les services de santé de Lima est imminente », a mis en garde l’organisme dans un communiqué, alors que le Pérou a enregistré 108 769 contaminations et 3 148 décès.

Et partout, l’économie plonge. Selon l’Organisation des Nations unies (ONU), la croissance chutera de 5,3 % et 11,5 millions de personnes supplémentaires s’inscriront au chômage en 2020 en Amérique latine.

  • Le seuil de 100 000 cas franchi en Afrique

Plus de 100 000 cas ont été officiellement recensés en Afrique, un seuil symbolique mais ne reflétant qu’une fraction de la réalité, par manque de capacité de dépistage dans de nombreux pays, selon un décompte établi par l’AFP à partir de bilans officiels.

En Afrique du Sud, plus de 20 000 contaminations ont été enregistrées depuis le début de l’épidémie, a annoncé vendredi soir le ministre de la santé, Zweli Mkhize. Au total, 20 125 cas d’infection par le Covid-19 ont été officiellement rapportés dans le pays, dont 397 mortels et 10 104 guérisons.

  • L’Europe en voie de normalisation

L’Europe, où le nouveau coronavirus a tué plus de 170 000 personnes, progresse sur la voie d’une très lente normalisation. Après deux mois de confinement, Chypre a rouvert ses cafés, les restaurants en plein air et les salons de coiffure, ainsi que des écoles. Si les plages vont aussi rouvrir samedi – pour les baignades, pas pour le bronzage –, aéroports et hôtels restent fermés, prolongeant le supplice du secteur touristique, crucial pour l’économie du pays.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Coronavirus : la Suède inquiète de son image à l’étranger

La Serbie a annoncé la réouverture de ses frontières, fermées depuis le 15 mars, et la compagnie aérienne easyJet prévoit de reprendre certains vols mi-juin.

Soleil printanier aidant, le retour de l’apéro en terrasse en Italie a alarmé les autorités. « Ce n’est pas le moment pour la fête ! », a prévenu le premier ministre, Giuseppe Conte. Surtout que le nombre des morts causées par le virus pourrait dépasser d’environ 19 000 le bilan officiel de 32 000 victimes, a avancé jeudi la sécurité sociale italienne.

En revanche, en Russie, deuxième pays le plus touché par la pandémie en nombre de cas, les autorités s’attendent à une « hausse significative des indicateurs de mortalité » en mai.

En Grèce, le ministère des migrations a annoncé le prolongement jusqu’au 7 juin des mesures de confinement dans les camps de demandeurs d’asile, mises en place depuis plus de deux mois pour enrayer la pandémie.

Notre sélection d’articles sur le coronavirus

Retrouvez tous nos articles sur le coronavirus dans notre rubrique

Sur l’épidémie

Sur le déconfinement et ses enjeux

Le Monde avec AFP

Contribuer

Dans la même rubrique

Services

Lecture du Monde en cours sur un autre appareil.

Vous pouvez lire Le Monde sur un seul appareil à la fois

Ce message s’affichera sur l’autre appareil.

  • Parce qu’une autre personne (ou vous) est en train de lire Le Monde avec ce compte sur un autre appareil.

    Vous ne pouvez lire Le Monde que sur un seul appareil à la fois (ordinateur, téléphone ou tablette).

  • Comment ne plus voir ce message ?

    En cliquant sur «  » et en vous assurant que vous êtes la seule personne à consulter Le Monde avec ce compte.

  • Que se passera-t-il si vous continuez à lire ici ?

    Ce message s’affichera sur l’autre appareil. Ce dernier restera connecté avec ce compte.

  • Y a-t-il d’autres limites ?

    Non. Vous pouvez vous connecter avec votre compte sur autant d’appareils que vous le souhaitez, mais en les utilisant à des moments différents.

  • Vous ignorez qui est l’autre personne ?

    Nous vous conseillons de modifier votre mot de passe.