Arabie saoudite : le fils de Jamal Khashoggi « pardonne » aux assassins de son père, « dernier acte d’une parodie de justice » pour l’ONU

Selon la loi islamique, l’annonce de Salah Khashoggi pourrait permettre aux accusés d’échapper à la peine de mort. Une clémence dénoncée par la fiancée du dissident.

Le Monde avec AFP Publié le 22 mai 2020 à 18h41 - Mis à jour le 22 mai 2020 à 19h16

Temps de Lecture 1 min.

Jamal Khashoggi, journaliste critique du régime saoudien, a été assassiné et son corps dépecé le 2 octobre 2018 dans le consulat d’Arabie saoudite à Istanbul (Turquie), où il s’était rendu pour récupérer un document.
Jamal Khashoggi, journaliste critique du régime saoudien, a été assassiné et son corps dépecé le 2 octobre 2018 dans le consulat d’Arabie saoudite à Istanbul (Turquie), où il s’était rendu pour récupérer un document. © Reuters

Les enfants du journaliste et dissident saoudien Jamal Khashoggi ont annoncé, vendredi 22 mai, qu’ils « pardonnaient » aux assassins de leur père. Cette déclaration pourrait permettre aux accusés d’échapper à la peine de mort.

« Nous, les enfants du martyr Jamal Khashoggi, annonçons que nous pardonnons à ceux qui ont tué notre père », a écrit sur Twitter Salah Khashoggi, fils aîné de l’ancien collaborateur du quotidien américain The Washington Post.

Jamal Khashoggi, critique du régime wahhabite après en avoir été proche, a été assassiné et son corps découpé en morceaux le 2 octobre 2018 dans le consulat d’Arabie saoudite à Istanbul, en Turquie, où il s’était rendu pour récupérer un document.

Après avoir nié l’assassinat, puis avancé plusieurs versions contradictoires, Riyad avait affirmé qu’il avait été commis par des agents saoudiens ayant agi seuls et sans ordre de hauts dirigeants. Des responsables turcs et états-uniens avaient cependant désigné le prince héritier Mohammed Ben Salman comme le commanditaire du meurtre.

Lire aussi : Détails macabres et responsabilité de l’Arabie saoudite... Le cinglant rapport de l’ONU sur la mort de Jamal Khashoggi

Les autorités du royaume n’ont pas réagi à l’annonce de Salah Khashoggi, qui vit en Arabie saoudite et a toujours nié un quelconque arrangement financier avec le pouvoir.

« Personne n’a le droit de pardonner »

Selon la charia − la loi islamique −, « cela signifie principalement que les assassins éviteront la peine capitale puisque c’est un droit que la famille détient par le pardon », a fait valoir Ali Shihabi, auteur et analyste saoudien proche du gouvernement, cité par l’Agence France-presse.

Mais pour la fiancée turque de Jamal Khashoggi, Hatice Cengiz, qui mène une campagne internationale contre les responsables saoudiens, « personne n’a le droit de pardonner. Nous ne pardonnerons ni aux tueurs, ni à ceux qui ont ordonné le meurtre ».

Lire aussi la tribune d’Hatice Cengiz : « J’exige que ceux qui ont prémédité, ordonné et commis l’assassinat de Jamal Khashoggi soient jugés »

A l’issue d’un procès opaque en Arabie saoudite, cinq Saoudiens ont été condamnés à mort et trois condamnés à des peines de prison pour l’assassinat du dissident, sur un total de onze personnes inculpées.

Le verdict prononcé en décembre, dénoncé par les organisations internationales de défense des droits de l’homme, est intervenu alors que le royaume redoublait d’efforts diplomatiques pour tirer un trait sur cette crise et redorer son image, à l’approche du sommet du G20, qui était alors organisé par Riyad.

Dans un communiqué, la rapporteure spéciale des Nations unies sur les exécutions extrajudiciaires, Agnès Callamard, a, elle, dénoncé « le dernier acte bien répété d’une parodie de justice devant une communauté internationale qui ne peut plus être trompée ».

Le Monde avec AFP

Contribuer

Dans la même rubrique

Services

Lecture du Monde en cours sur un autre appareil.

Vous pouvez lire Le Monde sur un seul appareil à la fois

Ce message s’affichera sur l’autre appareil.

  • Parce qu’une autre personne (ou vous) est en train de lire Le Monde avec ce compte sur un autre appareil.

    Vous ne pouvez lire Le Monde que sur un seul appareil à la fois (ordinateur, téléphone ou tablette).

  • Comment ne plus voir ce message ?

    En cliquant sur «  » et en vous assurant que vous êtes la seule personne à consulter Le Monde avec ce compte.

  • Que se passera-t-il si vous continuez à lire ici ?

    Ce message s’affichera sur l’autre appareil. Ce dernier restera connecté avec ce compte.

  • Y a-t-il d’autres limites ?

    Non. Vous pouvez vous connecter avec votre compte sur autant d’appareils que vous le souhaitez, mais en les utilisant à des moments différents.

  • Vous ignorez qui est l’autre personne ?

    Nous vous conseillons de modifier votre mot de passe.