Donald Trump retire les Etats-Unis du traité sur le contrôle des armes Ciel ouvert

Washington veut se retirer du traité signé par 34 pays pour des vols non armés. Le gouvernement américain prétexte que la Russie ne le respecte pas.

Par Publié le 21 mai 2020 à 21h22 - Mis à jour le 22 mai 2020 à 11h34

Temps de Lecture 4 min.

Article réservé aux abonnés

Donald Trump s’adresse à la presse, à la Maison Blanche, à Washington, le 21 mai.
Donald Trump s’adresse à la presse, à la Maison Blanche, à Washington, le 21 mai. MANDEL NGAN / AFP

La décision était redoutée par les alliés des Etats-Unis, Donald Trump l’a confirmée jeudi 21 mai avant de quitter la Maison Blanche pour un déplacement dans le Michigan. Washington va se retirer unilatéralement du traité Ciel ouvert qui conforte le système de contrôle des armes en permettant à ses signataires, à commencer par les Etats-Unis et la Russie, des survols réciproques de leurs territoires respectifs. Le secrétaire d’Etat Mike Pompeo a indiqué dans un communiqué que la sortie des Etats-Unis surviendra dans six mois, soit après l’élection présidentielle du 3 novembre.

Comme pour le retrait du traité sur les armes à portée intermédiaire, en 2018, Donald Trump a mis en avant l’attitude de Moscou. « La Russie n’a pas respecté le traité, donc tant qu’elle ne le respectera pas, nous nous en retirerons », a assuré le président des Etats-Unis. Vantant la qualité de sa relation avec son homologue russe Vladimir Poutine, Donald Trump a cependant espéré qu’une nouvelle négociation puisse permettre, à l’avenir, de conserver une partie de l’architecture du contrôle des armes.

« Il y a de très bonnes chances que nous parvenions à conclure un nouvel accord, ou que nous fassions quelque chose pour remettre cet accord en place », a estimé avec optimisme le président des Etats-Unis. « Je pense donc que ce qui va se passer, c’est que nous allons nous retirer et qu’ils vont revenir et vouloir conclure un accord. Nous avons eu une très bonne relation récemment avec la Russie. Et vous pouvez le voir en ce qui concerne le pétrole », a-t-il poursuivi dans une allusion à la négociation visant la réduire la production d’or noir pour soutenir les cours.

Comme après celle de quitter l’accord sur le nucléaire iranien, la décision américaine de jeudi jette un voile épais sur l’avenir du traité. « La Russie peut faire le calcul politique qu’il vaut mieux rester pour l’instant pour mettre en évidence le comportement des Etats-Unis », estime un bon connaisseur du dossier à Washington souhaitant garder l’anonymat.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Coronavirus : « Poutine apparaît comme un chef autoritaire en perte d’autorité »

Né de la volonté du président américain George H. W. Bush qui en avait posé les principes en 1989 dans les dernières années de l’Union soviétique, le traité remis en cause jeudi n’est entré en application qu’en 2002. L’ouverture de l’espace aérien à des vols de reconnaissance mutuels qu’il permet concerne aujourd’hui les 34 pays signataires des accords de la Conférence sur la sécurité et la coopération en Europe.

Il vous reste 60.1% de cet article à lire.

Lecture du Monde en cours sur un autre appareil.

Vous pouvez lire Le Monde sur un seul appareil à la fois

Ce message s’affichera sur l’autre appareil.

  • Parce qu’une autre personne (ou vous) est en train de lire Le Monde avec ce compte sur un autre appareil.

    Vous ne pouvez lire Le Monde que sur un seul appareil à la fois (ordinateur, téléphone ou tablette).

  • Comment ne plus voir ce message ?

    En cliquant sur «  » et en vous assurant que vous êtes la seule personne à consulter Le Monde avec ce compte.

  • Que se passera-t-il si vous continuez à lire ici ?

    Ce message s’affichera sur l’autre appareil. Ce dernier restera connecté avec ce compte.

  • Y a-t-il d’autres limites ?

    Non. Vous pouvez vous connecter avec votre compte sur autant d’appareils que vous le souhaitez, mais en les utilisant à des moments différents.

  • Vous ignorez qui est l’autre personne ?

    Nous vous conseillons de modifier votre mot de passe.