Coronavirus : la Belgique, toujours en manque de masques, possédait un stock important mais l’a détruit

La question des masques est une véritable saga dans le royaume depuis le début de la pandémie. Un stock de plusieurs millions d’entre eux a ainsi été supprimé en 2017 ou 2018 sans avoir été renouvelé.

Par Publié le 25 mars 2020 à 22h27 - Mis à jour le 26 mars 2020 à 09h01

Temps de Lecture 2 min.

Relire l’article

Bienvenue dans l’espace de réactions

Pour améliorer la qualité des échanges sous nos articles, ainsi que votre expérience de contribution, nous vous invitons à consulter nos règles d’utilisation.

Lire notre charte

Les contributions (33)

Christophe 974 26/03/2020 - 22h02

Ce problème existant dans tous les états vient d'une erreur fondamentale. Il faut réaliser un stock vivant c'est-à-dire qu'il fournit la totalité des hôpitaux du pays.
Il est alors de facto renouvelé en permanence. Il faut aussi sans doute revoir les emballages et les conditions de stockage

Ne voir que le bon côté de chaque chose 26/03/2020 - 21h46

C'est une anecdote qui souligne les difficultés à prévoir l'avenir et à lire dans une boule de cristal. N'est pas Nostradamus qui veut. Les catastrophes passées ou présentes soulignent l'irrationalité limitée de chacun d'entre nous, grands ou petits, et les erreurs de calcul et de prévisions. La hauteur du mur de protection de la centrale de Fukushima était de 5 m et la vague du tsunami de 20 mètres, etc. Il faut distinguer ce qui relève de l'incompétence, de l'inconscience et de l'inexpérience. La centrale nucléaire de Tchernobyl ne possédait pas un dôme en béton pour contenir les particules radio-actives.
L'incompétence est à distinguer de la négligence coupable ou pire, du refus d'agir en connaissance de cause.
L'ignorance, la stupidité et la suffisance sont les principaux facteurs de catastrophes en tous genres.
Soyons modestes et prudents. Débarrassons-nous de cette propension à chercher des responsables, à accuser et à dénoncer. Après coup, c'est toujours facile, mais stérile.

A.Lari 26/03/2020 - 19h09

...Où on découvre que les politiques belges n'ont rien à envier aux politiques français !!

flupke 26/03/2020 - 12h31

Les masques étaient , suivant un média belge la DH , entreposés dans un local de l'armée , local non chauffé ( risques d'humidité ?) .Mais s'ils étaient entreposés par l'armée la gestion relevait de la santé publique . On relève qu'ils étaient périmés mais on n'explique pas pourquoi ils étaient périmés , bien des produits non alimentaires ne sont pas périmables ( hormis les mauvaises conditions d'entreposage et surtout lieu sec ) Evidemment cette crise particulièrement grave met en lumière la gestion de ces divers produits et notre dépendance
en particulier avec la Chine pour des raisons de coûts financiers et de bénéfices pour des grandes entreprises . Ainsi on a laissé croître et embellir notre dépendance à cet empire .

hippotattoo 26/03/2020 - 12h11

Le Monde fait maintenant dans le sensationnalisme et la désinformation ? Je me réfère au titre : Coronavirus : la Belgique, toujours en manque de masques, possédait un stock important mais l’a détruit.

Mais le titre est tendancieux, puisqu'on découvre plus loin dans l'article que les masques étaient périmés et qu'on reproche à la Belgique de ne pas avoir renouvelé le stock, pas d'avoir détruit un stock périmé !

IGstras 30/03/2020 - 18h42

L’ARS Grand Est, distribue aux soignants des masques... avec la mention « périmés » Ils n’en sont pas moins utilisables.

untel 26/03/2020 - 12h31

Un détail vous a échappé : *les masques ne se périment pas*. La date de péremption marquée dessus ne correspond pas à la durée de vie réelle du masque. La partie fragile du masque est l'élastique ; il peut devenir moins résistant avec le temps. Mais le masque lui-même conserve ses propriétés bien au delà de la date de péremption. La crise des masques nous aura appris une chose : les normes sont une *construction administrative* parfois assez éloignée des réalités. Un masque dit périmé est en pratique efficace. Un masque chirurgical dit ne pas protéger le sujet sain, protège bien le sujet sain (hors activités particulières type soins dentaires, intubation...).

J-A2020 26/03/2020 - 11h24

Marisol Touraine (ministre de la Santé de François Hollande) assure que les stocks de masques chirurgicaux étaient en 2017 (en France) de 754 millions. Pourtant Olivier Véran (ministre de la Santé actuel) nous indique : "Lorsque le Covid-19 est apparu, il ne restait (en France) que 117 millions de masques chirurgicaux et aucun stock stratégique d'État en masque FFP2". Qu'est-il advenu de ces 637 millions de masque entre 2017 et 2020 ?

furusato 26/03/2020 - 15h54

Oui des contradictions qui indiquent un jeu de la patate chaude entre les différentes parties responsables : cela montre dans une société numérisée et censée assurer des suivis fondés sur des procédures de haut niveau .... un incroyable foutoir ou une opacité bien utilisée .

FDD 26/03/2020 - 11h20

Il faudra un jour réfléchir sur notre monde du tout jetable. Les masques en tissus sont, certes, bien moins performants que les masques jetables. MAIS ils durent et sont lavables. J'ai été frappée du déni de réalité dans l'avis de l' ARS qui déconseille les masques en tissus pour les personnes qui n'en ont pas d'autre.
Se fournir en produits périssables expose toujours au risque de jeter sans avoir utilisé. On commence enfin à en sortir pour la nourriture et à ne plus javelliser des aliments encore consommables à cause de leur DLUO. Il faudrait aussi réfléchir au gaspillage du matériel médical jetable alors qu'il est parfaitement possible de laver et de stériliser.

Perros Jean Michel 26/03/2020 - 12h16

Surtout qu'il est possible de faire des masques étanchéifier par du tissu type alèse de lit.Donc avec une alèse récupérée vous pouvez faire un paquet de masques. Quant à l'ARS ... no comment. Il sera urgent de se plonger sur les actes délictueux de ces "petits fonctionnaires" quand la crise sera terminée.

G RICH 26/03/2020 - 10h37

Une fois de plus, les stocks se périment. La solution est une capacité de production mobilisable rapidement et suffisante pour le besoin.

dupont2 26/03/2020 - 10h32

Dernière info trouvée dans un journal belge: c'est sur l'insistance de Macron que la ministre belge a détruit les masques. Le président français aurait ajouté: "qu'ils me haïssent mais qu'ils me craignent". On soupçonne toutefois que c'est pour refourguer tous les masques français que les masques belges ont disparu. Hélas, pendant le transport, des pirates allemands, sur ordre de Mme Merkel, ont détourné la cargaison. Le rôle de Trump et de Poutine est en cours d'investigation.

Ghislain du Brabant 26/03/2020 - 16h23

Dupont2, ici Dupond1 Tout ceci est parfaitement ridicule. Les masques n'ont jamais été détruits. Ils sont actuellement entreposés bien au sec sous le Temple du Soleil, avec d'autres breloques tout-à-fait surprenantes mais occasionnellement utiles. Les sbires de Pachacamac surveillent les cours du masque comme le lait de lama sur le feu.

Paul Rasmont 26/03/2020 - 09h56

La Belgique régionalisée compte 8 ou 9 ministres de la santé. Aucun n'a réagi à l'erreur de la ministre dominante.

Paul Rasmont 26/03/2020 - 13h33

@ Lyle L'information que je relaie a défrayé nombre de chroniques. Je cite l'information de RTL Info: "Le paysage politique de la santé en Belgique se caractérise par un éclatement des compétences entre le pouvoir fédéral, les Communautés et les Régions. Pas moins de 9 ministres exercent une partie de cette compétence. "Il est temps de nommer un commissaire de crise au-dessus des clivages. Il faut avancer pour couper la tête de cette épidémie", a dit M. Orban sur le plateau de "C'est pas tous les jours dimanche"". Même s'ils n'étaient que trois, les deux régionaux devraient pouvoir disposer de fonds régionaux pour l'approvisionnement des hôpitaux placés sous leur responsabilité. La Flandre au moins aurait été pourvue et aurait pu secourir les autres régions.

Lyle 26/03/2020 - 11h23

Votre méconnaissance du sujet est flagrante il n'y a "que" deux ministres compétents pour la santé autre que la ministre fédérale dont il est question ici * Christie Morreale, au sein du gouvernement wallon et * Wouter Beke au sein du gouvernement flamand Et aucun de ceux ci ne sont compétents pour prendre des décisions impliquant le budget fédéral, bien entendu. Les champs de compétences de chaque ministère de chaque région font l'objet d'une négociation plutôt tendue et donc il n'est pas si étonnant que un ministre régional n'aie de droit de regard sur les choix d'un ministre fédéral. Quoi qu'il en soit on est loin des 8 ou 9 ministre que vous prétendez.

G RICH 26/03/2020 - 10h40

En Belgique, c'est comme en France, la gestion des stocks de masques est "décentralisée"

frans 26/03/2020 - 09h39

Mme De Block a fait, en bon soldat du libéralisme, ce que son électorat ultra-libéral demandait d'elle, comme Mme Buzin et bien d'autres. Même le parti socialiste a été infecté par cette idéologie mortifère. Pourtant, l'Allemagne, social-libérale, ayant conservé un appareil productif digne de ce nom et par conséquent de solide rentrée d'argent dans les caisses de l'état, se trouve être le pays le mieux armé face à cette catastrophe. Le libéralisme économique au service d'une population hédoniste est une plaie dont il faut progressivement se libérer. Le productivisme par contre, n'a rien de malsain et peut au contraire être créateur d'innovations technologiques utiles aux futurs défis environnementaux et sanitaires, sans compter un salaire correct et une vie sociale décente pour une population pauvre toujours plus marginalisée. Tout miser sur le tourisme et la bourse, c'est très bien pour une cité état, pas pour un grand pays et encore moins pour un empire, me souffle l'ami chinois

Zubi33 26/03/2020 - 17h26

"Libéralisme", "ultralibéral", vous vous gargarisez de mots creux comme des membres d'une cellule du PCF dans les années 50 !

frans 26/03/2020 - 11h07

Mr bah, vous lisez une ligne sur deux. Mais vous avez raison, il fait beau, le réfrigérateur est plein, la France éternelle ronronne paisiblement, tout va bien se passer. Les 90 millions de touristes reviendront bien un jour et les bourses sauront se monter à nouveau tellement généreuses.

bzh-brest29 26/03/2020 - 10h04

Ce libéralisme "mortifère " vous permet de vous informer et de vous exprimer ! Il a surtout besoin d'être regulé. Mais vous, vous voulez le supprimer ? Dîtes d'abord par quoi vous voulez le remplacer si vous voulez convaincre !

electricity 26/03/2020 - 09h31

Comme quoi, finalement, quand on se plaint d'Agnès Buzyn... En tout cas, bon courage à nos voisins et amis belges dans ces moments difficiles !

... un ange passe... 26/03/2020 - 12h58

Oui mais, comme tout partout ailleurs, ils vous le diront tous (ils ont tous une Sibeth NDIAYE chez eux), les gouvernements ont pris en charge la pandémie au plus tôt et il n'est guère charitable ni même pensable d'aller leur chercher des poux dans la tête. Et encore, si ce n'étaient que des poux !

tchoupi 26/03/2020 - 09h24

Elle a aussi, à première vue, fait disparaître la réserve de frites !

tchoupi 26/03/2020 - 09h54

Pourquoi ? Ben pour rigoler aux réactions outrées des gens comme vous. Allez, marrez vous un peu, même si c'est avec de l'humour potache, peut-être en a on besoin en ce moment ?

electricity 26/03/2020 - 09h34

Oui, bien sûr. Pourquoi prendre de la hauteur quand on peut se complaire dans la bassesse ?

Alain Salandre 26/03/2020 - 09h15

Comment un masque correctement stocké peut-il être brutalement périmé et inutilisable ? Ses constituants dispersés dans la nature y résisteraient des siècles. Qu'est-ce qui est périssable et dégradable dans un masque ?

untel 26/03/2020 - 09h28

Il faut donner aux citoyens un kit comportant un masque (non périmable) et un élastique neuf. Ils devront faire la petite manipulation consistant à changer le vieil élastique. On donnera un masque plus récent aux personnes âgées.

Jean MarcB 26/03/2020 - 09h24

c'est la question que je me pose,j'en ai récuperé DLC 2001 avant la destruction des stocks,ils ne paraissent pas être dégradés.

NC 26/03/2020 - 09h15

Il faudrait retrouver un peu de raison chers lecteurs 'sachants'. Meme la Chine 1er producteur mondial de masques a subi une pénurie de masques et a rationne sa population. Meme la Chine ou la culture du port de masques est très répandue n'a pas jugule la maladie par le port du masque. Ce n'est pas le moyen qui permet de stopper la propagation, au mieux de la limiter.
Meme la Chine 1er producteur mondial des réactifs, n'a pas été en mesure de tester toute sa population.
La solution est bien le confinement strict et général de la population jusqu’à disparition des cas de transmission.
Il faut par contre préparer la sortie du confinement et la la poursuite des gestes barrière, le port du masque et la capacité a tester a grande échelle seront nécessaires.

Avant de contribuer

Bienvenue dans l’espace de discussion que Le Monde met à disposition de ses abonnés. Nous souhaitons y développer un débat ouvert et respectueux. C’est pourquoi :

  • Les contributions doivent respecter les limites de la liberté d’expression (pas de diffamation, pas d’injure, pas de propos discriminatoires…)
  • Toute contribution que Le Monde estime contraire à la bonne tenue du débat ne sera pas publiée.

Sachez que les propos que vous y tenez peuvent vous engager juridiquement. Pour en savoir plus sur les règles de l’espace de contributions du Monde, cliquez ici.

Pour contribuer à la discussion, vous devez être abonné.

Rejoignez une communauté de 300 000 abonnés pour explorer, analyser et débattre.

Abonnez-vous à partir de 1 €

Accédez à tous les contenus du Monde en illimité.

Faites avancer le débat en partageant votre point de vue.

Consultez le journal en version numérique et ses suppléments, chaque jour avant 13 heures.

Services