Coronavirus : des attentes vis-à-vis des armées en décalage avec la réalité

Malgré le déploiement d’un hôpital sous tentes à Mulhouse, l’outil militaire n’est plus conçu pour une opération de secours.

Par Publié le 25 mars 2020 à 01h42 - Mis à jour le 25 mars 2020 à 15h52

Temps de Lecture 5 min.

Article réservé aux abonnés

Mise en place par l’armée d’un « élément militaire de réanimation » sous tentes de 30 lits, devant l’hôpital Emile-Muller de Mulhouse, le 24 mars.
Mise en place par l’armée d’un « élément militaire de réanimation » sous tentes de 30 lits, devant l’hôpital Emile-Muller de Mulhouse, le 24 mars. POOL / REUTERS

Un troisième vol militaire d’évacuation, avec à son bord six patients malades du Covid-19, est parti mardi 24 mars de Mulhouse vers les hôpitaux civils de Brest et Quimper, a annoncé le ministère des armées. Celui-ci déploie depuis quelques jours une communication nourrie sur cette contribution à la lutte contre l’épidémie, distribuant des vidéos pour les journaux télévisés ou de nombreuses photos de matériels efficacement servis par ses soldats en treillis.

Les attentes vis-à-vis de l’armée sont toujours fortes en cas de crise et s’expriment dans celle du coronavirus. Pourquoi l’armée n’en fait-elle pas plus, se demandent les Français comme nombre de décideurs. Juste avant l’intervention d’Emmanuel Macron le 16 mars, des voix évoquaient le déploiement de soldats dans toute l’Ile-de-France pour imposer un couvre-feu, en dépit du droit, qui exclut l’armée des missions d’ordre public.

Ensuite, l’attente d’un « hôpital de campagne », inspirée des clichés de l’établissement chinois sorti de terre à Wuhan, a envahi les médias, alors que l’armée n’en dispose pas. En ce début de semaine, des sources du Monde dans le milieu hospitalier parlaient de rouvrir le Val-de-Grâce. « Cela n’est pas dans la planification », nous répondait lundi le porte-parole de l’état-major, Frédéric Barbry. Le bâtiment est à l’abandon depuis trois ans et n’abrite plus qu’une section de soldats de l’opération « Sentinelle », logés là faute de mieux.

Lire aussi : Voici à quoi ressemble l’hôpital militaire installé à Mulhouse

« Les Français gardent en tête l’image de l’armée de masse de la conscription, mais ce temps est bel et bien fini », indique un officier. Dans le contexte dramatique de l’épidémie de Covid-19, toute contribution est bienvenue et les images diffusées sont efficaces pour rassurer la population, estime Bénédicte Chéron, chercheuse et auteure du Soldat méconnu. Les Français et leurs armées : état des lieux (2018, Armand Colin).

Mais ces attentes révèlent des perceptions fausses. « Il faut s’interroger sur le fait que les moyens mobilisés dans une crise (police et justice face au terrorisme, médecine face au virus) sont devenus suffisamment erratiques pour que le recours au kaki apparaisse nécessaire », a commenté cette chercheuse sur son compte Twitter.

Coupes budgétaires brutales

En surjouant la communication, le ministère des armées entretient ainsi un paradoxe. La visite prévue du président Macron mercredi à Mulhouse, aussi. Car l’outil de défense français, en 2020, n’est plus du tout pensé pour une opération nationale de secours aux sinistrés.

Lecture du Monde en cours sur un autre appareil.

Vous pouvez lire Le Monde sur un seul appareil à la fois

Ce message s’affichera sur l’autre appareil.

  • Parce qu’une autre personne (ou vous) est en train de lire Le Monde avec ce compte sur un autre appareil.

    Vous ne pouvez lire Le Monde que sur un seul appareil à la fois (ordinateur, téléphone ou tablette).

  • Comment ne plus voir ce message ?

    En cliquant sur «  » et en vous assurant que vous êtes la seule personne à consulter Le Monde avec ce compte.

  • Que se passera-t-il si vous continuez à lire ici ?

    Ce message s’affichera sur l’autre appareil. Ce dernier restera connecté avec ce compte.

  • Y a-t-il d’autres limites ?

    Non. Vous pouvez vous connecter avec votre compte sur autant d’appareils que vous le souhaitez, mais en les utilisant à des moments différents.

  • Vous ignorez qui est l’autre personne ?

    Nous vous conseillons de modifier votre mot de passe.