« C’était du contenu pour nous » : le viol d’une candidate de télé-réalité choque l’Espagne

L’enquête sur le viol commis pendant « Gran Hermano » montre les manquements des responsables de l’émission pendant et après les faits.

Par Publié le 05 mars 2020 à 02h20 - Mis à jour le 05 mars 2020 à 17h10

Temps de Lecture 4 min.

Article réservé aux abonnés

LETTRE DE MADRID

L’émission de télé-réalité « Gran Hermano », le « Big Brother » espagnol, est sur le banc des accusés pour le viol présumé d’une candidate en 2018.
L’émission de télé-réalité « Gran Hermano », le « Big Brother » espagnol, est sur le banc des accusés pour le viol présumé d’une candidate en 2018. TELECINO

Deux ans après les faits, le procès du viol d’une candidate de l’émission de télé-réalité « Gran Hermano », le « Big Brother » espagnol, est sur le point de s’ouvrir en Espagne. Début février, le juge d’instruction a signé l’ordonnance de renvoi devant le tribunal de Colmenar Viejo, ville située à une quarantaine de kilomètres au nord de Madrid.

Et plus les détails sont révélés par la presse, plus le comportement de la direction de ce jeu de télé-réalité – il consiste à enfermer plusieurs personnes dans une maison et à les filmer 24 heures sur 24 pendant des mois tandis que le public les élimine un par un –, semble incompréhensible.

Non seulement les responsables de la maison de production Zeppelin, chargée du programme, ne sont pas intervenus pour empêcher qu’un candidat, José María Lopez, n’entraîne une participante, Carlota Prado, dans un lit, alors qu’elle se trouve visiblement dans un état de semi-inconscience dû à un abus d’alcool. Mais après s’être rendu compte qu’ils pouvaient s’être trouvés face à un cas de possible abus sexuel, ils ont imposé à la victime le visionnage des images, par surprise, en la convoquant, seule, dans le « confessionnal », en filmant ses réactions et lui parlant à travers un mégaphone, comme l’a révélé, en novembre 2019, le site d’information El Confidencial.

Le 2 mars, une nouvelle controverse a surgi après la publication par le quotidien El Pais des témoignages, devant le juge d’instruction, des responsables de Zeppelin en décembre 2018. La superviseuse de garde, Maria Robles, confirme au juge que la nuit des faits, l’équipe de production suivait avec attention les faits et gestes du couple, formé depuis plus d’un mois par Carlota et José Maria, alors tous deux âgés de 24 ans.

Inconsciente

La scène se passe d’abord dans le salon, où a lieu une fête. Les organisateurs ont fourni de l’alcool aux concurrents, alors qu’ils ont échoué à la dernière épreuve et n’ont donc presque plus de nourriture dans la maison. « J’ai vu un semblant de dispute : c’était du contenu pour nous », explique-t-elle au juge.

Sur les images, qui circulent encore sur les réseaux sociaux, on voit Carlota, ivre, se débattre tandis que José Maria l’attrape par les poignets pour l’emmener dans la chambre. Quand ils s’allongent sur le lit et que José Maria les couvre avec la couette pour ne pas être vu des caméras, Mme Robles intervient alors… pour leur demander de replacer correctement leur micro-cravate, avoue-t-elle.

Il vous reste 60.37% de cet article à lire.

Lecture du Monde en cours sur un autre appareil.

Vous pouvez lire Le Monde sur un seul appareil à la fois

Ce message s’affichera sur l’autre appareil.

  • Parce qu’une autre personne (ou vous) est en train de lire Le Monde avec ce compte sur un autre appareil.

    Vous ne pouvez lire Le Monde que sur un seul appareil à la fois (ordinateur, téléphone ou tablette).

  • Comment ne plus voir ce message ?

    En cliquant sur «  » et en vous assurant que vous êtes la seule personne à consulter Le Monde avec ce compte.

  • Que se passera-t-il si vous continuez à lire ici ?

    Ce message s’affichera sur l’autre appareil. Ce dernier restera connecté avec ce compte.

  • Y a-t-il d’autres limites ?

    Non. Vous pouvez vous connecter avec votre compte sur autant d’appareils que vous le souhaitez, mais en les utilisant à des moments différents.

  • Vous ignorez qui est l’autre personne ?

    Nous vous conseillons de modifier votre mot de passe.