Coronavirus : la Chine ne doute pas qu’elle vaincra l’épidémie, le bilan continue de s’alourdir

Le président Xi Jinping s’est entretenu avec Donald Trump pour l’assurer que son pays éradiquera l’épidémie, alors que le bilan est monté à 717 morts et plus de 34 000 personnes contaminées sur le territoire chinois.

Le Monde avec AFP et Reuters Publié le 07 février 2020 à 03h59 - Mis à jour le 07 février 2020 à 23h47

Temps de Lecture 6 min.

Une affiche de prévention dans les rues de Pékin, jeudi 6 février.
Une affiche de prévention dans les rues de Pékin, jeudi 6 février. GREG BAKER / AFP

Consciente que le monde entier a les yeux tournés vers elle, la Chine tente de rassurer sur sa capacité à faire face à l’épidémie de coronavirus 2019-nCoV qui continue, malgré tout, de faire monter le bilan, passé à 717 victimes, et l’inquiétude.

Des mesures de plus en plus draconiennes sont prises pour faire face à la propagation de cette pneumonie virale. La Chine et sa province du Hubei, foyer de l’épidémie, sont particulièrement touchées et semblent de plus en plus isolées.

  • Le président Xi s’entretient avec Donald Trump

Le président chinois Xi Jinping a tenu à rassurer, vendredi 7 février au téléphone, Donald Trump sur la capacité de son pays à rétablir la situation. La Chine « est entièrement confiante et capable d’éradiquer l’épidémie », a déclaré M. Xi lors de cet entretien téléphonique avec le président américain, selon des propos rapportés par la télévision nationale CCTV.

De son coté, Donald Trump a « exprimé sa confiance quant à la force et à la résilience de la Chine dans le combat face à l’épidémie du nouveau coronavirus », et les deux chefs d’Etats « sont convenus de poursuivre une communication et une coopération élargie entre les deux pays », a déclaré la présidence américaine dans un communiqué.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Le coronavirus pourrait être un tremplin pour la découverte d’une nouvelle génération de vaccins
  • Plus de 717 morts en Chine

Le nouveau coronavirus a jusqu’à présent provoqué 717 morts en Chine où il est apparu en décembre dernier, ont annoncé vendredi les autorités sanitaires de la province du Hubei (centre de la Chine), le berceau de l’épidémie.

Ce chiffre est supérieur au nombre des personnes mortes du SRAS (Syndrome respiratoire aigu sévère, une pneumonie atypique) — environ 650, dans la partie continentale du territoire chinois et à Hongkong, et 774 personnes dans le monde — en 2002-2003. Par ailleurs, 2 841 cas supplémentaires de contamination ont été officiellement enregistrés dans le Hubei, ce qui porte le total des malades à plus de 34 000.

Parmi les victimes du coronavirus figure l’un des premiers médecins à avoir donné l’alerte quant aux dangers du nouveau coronavirus. Il s’agit de Li Wenliang, 34 ans, un ophtalmologue de l’hôpital de Wuhan, qui avait eu maille à partir avec les autorités, qui l’accusaient de « propagation de rumeurs ».

Un nombre croissant de villes imposent à leurs habitants de rester confinés. Ils sont des dizaines de millions à ne pouvoir sortir de chez eux. Hors de Chine continentale, plus de 240 cas de cette maladie sont désormais confirmés dans une trentaine de pays et territoires.

du coronavirus

Ce tableau présente les cas d'infections confirmées et les cas mortels de coronavirus dans le monde.

TotalSoit un total de :
  • Plusieurs des six patients hospitalisés en France pourraient bientôt sortir

« Plusieurs » des six patients hospitalisés en France après avoir été infectés par le 2019-nCoV « vont mieux » et « pourraient sortir dans les prochains jours », a annoncé vendredi le ministère de la santé. Pour que ces patients puissent sortir, les autorités ont fixé comme condition qu’« au moins deux tests » soient négatifs à vingt-quatre heures d’intervalle, afin d’être sûrs qu’ils ne puissent plus transmettre le virus. En revanche, « beaucoup d’inquiétudes » subsistent sur le sort du patient le plus touché, un Chinois de 80 ans hospitalisé en réanimation à Paris. Son pronostic vital est toujours engagé.

En outre, 38 nouveaux Français seront rapatriés de Wuhan dimanche dans un vol organisé par « les autorités britanniques », a annoncé la ministre de la santé, Agnès Buzyn. Ils seront ensuite placés en confinement pendant quatorze jours dans les locaux de l’Ecole nationale supérieure des officiers de sapeurs-pompiers (Ensosp) d’Aix-en-Provence. Soixante-dix-huit autres personnes arrivées le 2 février – 19 Français et des ressortissants d’une quinzaine d’autres nationalités – s’y trouvent déjà. Quelque 224 personnes, la plupart arrivées le 31 janvier dans un premier avion, sont par ailleurs toujours en quarantaine dans un centre de vacances de Carry-le-Rouet, près de Marseille. Les seconds tests effectués sur ces quelque 224 personnes se sont révélés négatifs, ont annoncé les autorités sanitaires.

Enfin, les autorités sanitaires françaises préconisent des mesures renforcées pour les personnes qui reviennent de Chine. Elles devront notamment éviter de sortir de chez elles pour des « activités non indispensables » (cinéma, restaurant, etc.), a précisé Mme Buzyn. « Dans les quatorze jours qui suivent leur retour, il leur sera demandé de surveiller leur température deux fois par jour, de porter un masque chirurgical en présence d’autres personnes et en dehors de leur domicile », a énuméré la ministre.

Lire aussi Le coronavirus vu du sud de la France : « A l’époque de la Grande Peste, on mettait les gens en quarantaine sur des îles »
  • Pénurie d’équipements de protection

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) fait état d’une pénurie chronique à l’échelle mondiale d’équipements de protection comme les masques de protection respiratoire ou les gants. Le directeur général de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, a déclaré vendredi au conseil exécutif de l’agence onusienne qu’il devait s’entretenir dans la journée avec les industriels du secteur de la fabrication de ce type d’équipements, pour identifier les goulots d’étranglement dans la chaîne de production, trouver des solutions et plaider pour une « répartition équitable » de ces produits.

L’OMS a déjà annoncé cette semaine qu’elle allait envoyer des masques, des gants, des vêtements de protection, des appareils respiratoires ou encore des kits pour dépister le virus aux pays qui demandent de l’aide.

  • Des bateaux en quarantaine

Près de 3 700 personnes sont bloquées en quarantaine à bord du « Diamond Princess » dans le port de Yokohama au Japon, jeudi 6 février.
Près de 3 700 personnes sont bloquées en quarantaine à bord du « Diamond Princess » dans le port de Yokohama au Japon, jeudi 6 février. KAZUHIRO NOGI / AFP

Des milliers de voyageurs et de membres d’équipage sont consignés sur deux navires de croisière en Asie. Au Japon, le Diamond Princess est maintenu en quarantaine après la confirmation de 61 cas à son bord. Le bateau de croisière compte quelque 3 700 passagers et membres d’équipage, dont 273 ont subi des tests. Comme les précédents, les 41 nouveaux patients vont être débarqués pour être hospitalisés, a précisé à la presse à Tokyo le ministre de la santé, Katsunobu Kato.

« Les résultats de 171 tests restants ont été obtenus, dont 41 étaient positifs, a-t-il déclaré. Aujourd’hui ces personnes vont être hospitalisées dans plusieurs régions et nous nous préparons à cela. » « Au total, sur 273 prélèvements, 61 se sont révélés positifs », a-t-il ajouté. A présent des tests supplémentaires vont être effectués sur les sujets vulnérables à bord, telles que les personnes âgées, ainsi que les personnes ayant été en contact avec les nouveaux cas positifs, a encore annoncé M. Kato.

Le Diamond Princess se trouve au large des côtes du Japon depuis lundi soir. Il a accosté jeudi à Yokohama, en banlieue de Tokyo, pour se ravitailler en vue d’une quarantaine qui pourrait durer jusqu’au 19 février. Environ 3 700 personnes y sont donc cloîtrées dans leur cabine.

A Hongkong, quelque 3 600 personnes subissent un sort similaire sur le World Dream, dont trois anciens passagers ont été testés positifs. Et selon un communiqué des autorités japonaises, un autre énorme bateau, le Westerdam, est en route vers le Japon avec au moins un cas de coronavirus confirmé à son bord.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Coronavirus : en Chine, les critiques de la gestion de la crise sanitaire se multiplient
  • Suspensions de vols prolongées

De nombreux pays renforcent leurs dispositifs pour tenter d’endiguer l’épidémie. Le Vietnam est ainsi devenu le dernier pays en date à interdire l’entrée aux voyageurs arrivant de Chine. Plus radicale, l’Arabie saoudite a prohibé les voyages sur le territoire chinois aux Saoudiens et à ses résidents étrangers, sous peine de sanctions.

L’Italie surveille la température de tous les passagers en provenance de l’étranger et l’Autriche impose de tels contrôles à l’aéroport de Vienne à ceux arrivant de Pékin. L’Indonésie a interrompu ses liaisons aériennes avec la Chine, bloquant sur l’île de Bali des milliers de touristes chinois auxquels les autorités chinoises proposeront vendredi des vols pour les rapatrier.

Lire aussi Coronavirus : la fondation Gates a-t-elle organisé une « simulation » de l’épidémie, à la fin de 2019 ?

Dans ce contexte, les compagnies aériennes Air France et KLM ont annoncé la prolongation jusqu’au 15 mars de la suspension de leurs vols vers la Chine continentale. La britannique Virgin et l’espagnole Iberia ont pris des dispositions similaires concernant la desserte de Shanghaï.

Enfin, les autorités hongkongaises ont fermé la quasi-totalité des postes-frontières avec le reste du pays. Et elles imposeront à partir de samedi une quarantaine de deux semaines à tous les visiteurs en provenance de Chine continentale.

Notre sélection d’articles sur le coronavirus

Retrouvez tous nos articles sur le coronavirus dans notre rubrique

Le Monde avec AFP et Reuters

Contribuer

Dans la même rubrique

Services

Lecture du Monde en cours sur un autre appareil.

Vous pouvez lire Le Monde sur un seul appareil à la fois

Ce message s’affichera sur l’autre appareil.

  • Parce qu’une autre personne (ou vous) est en train de lire Le Monde avec ce compte sur un autre appareil.

    Vous ne pouvez lire Le Monde que sur un seul appareil à la fois (ordinateur, téléphone ou tablette).

  • Comment ne plus voir ce message ?

    En cliquant sur «  » et en vous assurant que vous êtes la seule personne à consulter Le Monde avec ce compte.

  • Que se passera-t-il si vous continuez à lire ici ?

    Ce message s’affichera sur l’autre appareil. Ce dernier restera connecté avec ce compte.

  • Y a-t-il d’autres limites ?

    Non. Vous pouvez vous connecter avec votre compte sur autant d’appareils que vous le souhaitez, mais en les utilisant à des moments différents.

  • Vous ignorez qui est l’autre personne ?

    Nous vous conseillons de modifier votre mot de passe.