Amélie de Montchalin : après le Brexit, un « délitement pernicieux peut se produire »

La secrétaire d’Etat française aux affaires européennes pose ses conditions à un accord rapide sur la relation future entre Londres et l’UE.

Par et Publié le 03 février 2020 à 11h27

Temps de Lecture 5 min.

Article réservé aux abonnés

Amélie de Montchalin, le 7 janvier, à l’Elysée.
Amélie de Montchalin, le 7 janvier, à l’Elysée. JACQUES DEMARTHON / AFP

Amélie de Montchalin, 34 ans, est secrétaire d’Etat chargée des affaires européennes depuis mars 2019. Cette économiste, diplômée de HEC, a été brièvement députée (LRM), membre de la commission des finances, avant de succéder à Nathalie Loiseau.

Le Royaume-Uni est sorti de l’UE depuis le 1er février et souhaite parvenir à un accord sur sa relation future avec les Vingt-Sept avant le 31 décembre. Cela vous semble-t-il possible ?

Nous ne sacrifierons pas l’accord sur notre relation future avec le Royaume-Uni – son contenu, ses équilibres et les garanties qu’il apportera – sous prétexte qu’il faudrait signer coûte que coûte avant onze mois. Sur le plan commercial, le degré d’ouverture que nous pourrions consentir dépend du degré de convergence, normative et réglementaire, auquel le Royaume-Uni consentira pour l’agriculture, l’environnement, le social, la fiscalité, les normes sanitaires, les aides d’Etat… Si Londres accepte un alignement réglementaire, on pourra signer avant le 31 décembre. Si l’on nous demande de tout retricoter, alors il faudra prendre le temps nécessaire pour y arriver.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Brexit : le 31 janvier 2020, ce jour où rien n’a changé, où tout a changé

Mais le premier ministre britannique, Boris Johnson, refuse l’alignement réglementaire et l’idée de négocier au-delà du terme fixé…

Le mandat octroyé à Michel Barnier [chargé de négocier pour l’Union européenne] doit dire : d’accord pour zéro tarif et zéro quota, mais alors aussi zéro dumping. Ce qui ne veut pas dire, j’insiste, zéro contrôle douanier. Au-delà du problème commercial, il y a les questions de pêche, de sécurité, de défense, d’énergie, de transport aérien… Nous ne serons d’accord sur rien tant qu’il n’y aura pas d’accord sur tout. Il n’est pas question de saucissonner les négociations.

Et donc de risquer que les Vingt-Sept se divisent, puisqu’ils n’ont pas tous les mêmes intérêts…

Des experts des Etats membres se sont déjà réunis et ont permis de recenser les problèmes à résoudre. Il est apparu qu’il y avait très peu de distance entre les Vingt-Sept, ou entre eux et la Commission. C’est notre intérêt, et celui de nos concitoyens, de rester unis et d’être clairs dans ce que nous demandons au Royaume-Uni.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Brexit : la bagarre a déjà commencé sur la pêche

Nous devons surtout conserver l’exigence absolue d’une action européenne qui ne soit pas paralysée par cette négociation sur le Brexit. La Commission doit sortir de la logique de celles qui l’ont précédée : des stratégies et des ambitions qu’on se fixe, mais pas toujours les moyens suffisants pour les atteindre.

Y a-t-il donc, en bout de ligne du Brexit, un risque d’affaiblissement pour l’Union ?

Il vous reste 65.69% de cet article à lire.

Lecture du Monde en cours sur un autre appareil.

Vous pouvez lire Le Monde sur un seul appareil à la fois

Ce message s’affichera sur l’autre appareil.

  • Parce qu’une autre personne (ou vous) est en train de lire Le Monde avec ce compte sur un autre appareil.

    Vous ne pouvez lire Le Monde que sur un seul appareil à la fois (ordinateur, téléphone ou tablette).

  • Comment ne plus voir ce message ?

    En cliquant sur «  » et en vous assurant que vous êtes la seule personne à consulter Le Monde avec ce compte.

  • Que se passera-t-il si vous continuez à lire ici ?

    Ce message s’affichera sur l’autre appareil. Ce dernier restera connecté avec ce compte.

  • Y a-t-il d’autres limites ?

    Non. Vous pouvez vous connecter avec votre compte sur autant d’appareils que vous le souhaitez, mais en les utilisant à des moments différents.

  • Vous ignorez qui est l’autre personne ?

    Nous vous conseillons de modifier votre mot de passe.