French politician Jean-Pierre Raffarin (L) walks out of the Daminggong Palace in Xian, Shaanxi province, China, January 8, 2018. REUTERS/Ludovic Marin/Pool - RC1A6D8E3820
LUDOVIC MARIN / REUTERS

Les tribulations de Jean-Pierre Raffarin en Chine

Par et

Publié le 06 décembre 2019 à 06h30 - Mis à jour le 09 décembre 2019 à 11h25

Au générique de l’émission « Grand angle sur la Chine », sur CGTN, la chaîne de propagande chinoise, un visage familier des Français apparaît : l’ancien premier ministre Jean-Pierre Raffarin, le livre du président chinois Xi Jinping entre les mains.

Cadré serré, l’ex-chef de gouvernement clame son admiration pour M. Xi, « un leadership puissant, dans un grand pays où il faut naturellement de l’autorité pour gouverner plus de 1,4 milliard d’habitants ». A l’entendre, la « grande vision » du Parti communiste chinois (PCC), serait « la communauté de destin de l’humanité ». Et de lister : « la protection de notre planète », « la coopération internationale qui est la réponse aux tensions du monde ». M. Raffarin salue, avec de grands gestes des mains, le « socialisme à caractéristiques chinoises », le « leadership du Parti, qui définit les règles de l’avenir ».

Dans ses bureaux parisiens, M. Raffarin assume sa participation à ce programme. Un peu comme s’il ne s’agissait que d’une politesse, d’un passage obligé pour justifier son statut d’« ami de la Chine », couronné par la Médaille de l’amitié 2019 remise par M. Xi en personne.

D’après lui, ces déclarations sur CGTN ne seraient « pas grand-chose » et il veillerait à ne « jamais être complice ». Sa seule faiblesse ? Aimer ce peuple, son « côté latin », ce « langage corporel » si parlant qu’il pense souvent savoir où vont les conversations sans pratiquer la langue. Dans son récent livre Chine, le grand paradoxe (Michel Lafon, 328 pages, 20,95 euros), il insiste sur sa volonté d’inciter l’Europe à prendre la mesure des ambitions chinoises tout en se défendant d’être un « panda kisser », celui qui embrasse le régime.

Jean-Pierre Raffarin reçoit la Médaille de l’amitié 2019 remise par le président chinois, Xi Jinping, à Pékin, le 29 septembre.
Jean-Pierre Raffarin reçoit la Médaille de l’amitié 2019 remise par le président chinois, Xi Jinping, à Pékin, le 29 septembre. GREG BAKER / AFP

Sa rencontre avec ce pays date d’un demi-siècle. En 1970, lors d’un premier voyage à Hongkong, encore colonie britannique, le Poitevin de 23 ans, alors étudiant en école de commerce (ESCP), découvre les gratte-ciel. Surtout, il entrevoit « derrière un grand rideau de fumée, un monde qui vous est caché » : la Chine communiste.

Cette « ombre magique et émouvante » le captive. Mais il lui faut attendre l’été 1976 pour mettre pied sur cette terre interdite. Avec six autres jeunes giscardiens, ils descendent en train de l’ex-Mandchourie jusqu’à Pékin puis Shanghaï. Le fondateur de l’Armée populaire de libération, Zhu De, vient de mourir. Dans la capitale, ils vont saluer sa dépouille place Tiananmen. Mao Zedong décédera un mois plus tard.

Il vous reste 77.88% de cet article à lire.

Lecture du Monde en cours sur un autre appareil.

Vous pouvez lire Le Monde sur un seul appareil à la fois

Ce message s’affichera sur l’autre appareil.

  • Parce qu’une autre personne (ou vous) est en train de lire Le Monde avec ce compte sur un autre appareil.

    Vous ne pouvez lire Le Monde que sur un seul appareil à la fois (ordinateur, téléphone ou tablette).

  • Comment ne plus voir ce message ?

    En cliquant sur «  » et en vous assurant que vous êtes la seule personne à consulter Le Monde avec ce compte.

  • Que se passera-t-il si vous continuez à lire ici ?

    Ce message s’affichera sur l’autre appareil. Ce dernier restera connecté avec ce compte.

  • Y a-t-il d’autres limites ?

    Non. Vous pouvez vous connecter avec votre compte sur autant d’appareils que vous le souhaitez, mais en les utilisant à des moments différents.

  • Vous ignorez qui est l’autre personne ?

    Nous vous conseillons de modifier votre mot de passe.