« Le pari d’un Paris sans voiture doit être gagné sans faire de la capitale une ville morte »

La réduction de la place de l’automobile doit être l’occasion de s’attaquer au déficit de logements et de locaux d’activités qui accélère le dépeuplement de la capitale, souligne, dans une tribune au « Monde », l’architecte Alain Sarfati.

Publié le 06 juin 2020 à 07h15 Temps de Lecture 5 min.

Article réservé aux abonnés

Tribune. Le confinement a permis momentanément de vider Paris de la circulation automobile. Depuis le 11 mai, la rue de Rivoli est fermée aux véhicules particuliers. Doit-on aller vers une interdiction de la circulation des véhicules individuels dans la capitale ? C’est le chemin que propose la maire de Paris. Cependant, dans une ville qui a su garder une échelle humaine, la logique de circulation n’est pas indépendante des autres fonctionnalités (habiter, travailler, régénérer le corps et l’esprit), ni sans effet sur la nature de l’urbanité proposée.

C’est la complexité de la ville qui est en question. Il ne suffit pas de retirer ou de rajouter une fonctionnalité pour que l’urbanité, et avec elle la mixité escomptée, soit présente. Un équilibre doit être trouvé entre différentes composantes, que ce soit dans leur dimension mesurable ou dans leur « ressenti » par la population. La réduction de l’espace alloué à l’automobile, loin de réduire l’attractivité de la capitale et la qualité de vie en son sein, doit être l’occasion de s’attaquer au criant déficit de logements et de locaux d’activités qui fait que Paris se dépeuple.

Construire davantage en hauteur

Aujourd’hui, le centre de la métropole parisienne et sa périphérie ne font qu’une seule entité. Que ce soit à l’intérieur comme à l’extérieur des limites administratives de Paris, devenues abstraites, on ne peut ignorer les interactions entre les différents modes de déplacements et l’implantation des bureaux, logements, équipements publics, parcs et jardins, etc.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi « Et si toute une moitié du périphérique était réservée aux véhicules propres ? »

Si réduire la présence de l’automobile dans la ville est aujourd’hui une nécessité, il faut en mesurer les effets immédiats. A Paris, la circulation ralentit et les « mobilités » changent, mais si l’on veut garder la ville vivante, donc dense, il faudra composer ce ralentissement horizontal avec une autre vitesse, verticale, celle des ascenseurs. Autrement dit : accepter de construire davantage en hauteur…

Les encombrements de la capitale ne sont pas nouveaux, pas plus que le niveau sonore ou la qualité de l’air, que l’on mesure de plus en plus précisément. Autant de sujets de nature à rendre la ville détestable, incitant certains à se confiner à la campagne ou à voir dans le télétravail une réponse idéale, supprimant le temps perdu en transports.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi « La crise du coronavirus doit nous réapprendre à remettre l’homme au cœur de l’urbanisme et de l’architecture »

Sous prétexte de fluidifier la circulation automobile, les Parisiens ont échappé, dans les années 1970, à quelques grands projets insensés, comme la pénétrante Vercingétorix, une voie rapide qui devait emprunter le tracé de cette rue du XIVe arrondissement, ou à celle qui devait partir du périphérique, avant la porte d’Orléans, pour rejoindre la place Denfert-Rochereau en passant sous le parc Montsouris…

Il vous reste 58.85% de cet article à lire.

Lecture du Monde en cours sur un autre appareil.

Vous pouvez lire Le Monde sur un seul appareil à la fois

Ce message s’affichera sur l’autre appareil.

  • Parce qu’une autre personne (ou vous) est en train de lire Le Monde avec ce compte sur un autre appareil.

    Vous ne pouvez lire Le Monde que sur un seul appareil à la fois (ordinateur, téléphone ou tablette).

  • Comment ne plus voir ce message ?

    En cliquant sur «  » et en vous assurant que vous êtes la seule personne à consulter Le Monde avec ce compte.

  • Que se passera-t-il si vous continuez à lire ici ?

    Ce message s’affichera sur l’autre appareil. Ce dernier restera connecté avec ce compte.

  • Y a-t-il d’autres limites ?

    Non. Vous pouvez vous connecter avec votre compte sur autant d’appareils que vous le souhaitez, mais en les utilisant à des moments différents.

  • Vous ignorez qui est l’autre personne ?

    Nous vous conseillons de modifier votre mot de passe.