« Le futur modèle économique et industriel devra prendre le contre-pied de l’actuel »

Les économistes Olivier Bargain et Jean-Marie Cardebat estiment, dans une tribune au « Monde », que la nécessaire construction d’économies locales moins dépendantes aura un coût colossal.

Publié le 22 mai 2020 à 14h31 Temps de Lecture 3 min.

Article réservé aux abonnés

Tribune. L’avènement des populismes dans de nombreuses régions du monde, et pas des moindres, comme les Etats-Unis et le Royaume-Uni, révélait avant la crise une forte demande de protection. Face à la mondialisation, la population veut des frontières. Nul doute que le coronavirus va encore accélérer cette tendance. Les discours sur la démondialisation, minoritaires jusqu’ici, ont commencé à fleurir et vont sûrement exploser dans les semaines à venir. Au-delà même d’un protectionnisme et d’un dirigisme économique aigu, la tentation autarcique risque d’être forte et le confinement pourrait devenir une véritable doctrine économique. Vers quel modèle nous conduira-t-il ?

Article réservé à nos abonnés Lire aussi « La crise sanitaire nous invite à nous interroger sur la capacité de nos systèmes de production à faire face aux aléas »

Le futur modèle économique et industriel devra prendre le contre-pied de l’actuel, celui qui va mourir avec le Covid-19. Il favorisera les circuits courts, multipliera les unités de production de taille réduite maillant plus finement les territoires. Le recours actuel massif aux imprimantes 3D pour produire localement et pallier l’interruption des chaînes de valeur est un signe annonciateur de ce nouveau modèle industriel, agile, réactif, local. Ce modèle fera renaître la notion de distance dans un monde hyper-globalisé qui s’en était affranchi. Il fera émerger des réponses et des biens différents d’une région à l’autre pour répondre à un même besoin, car les ressources disponibles seront différentes d’un territoire à l’autre. Il privilégiera les périphéries plus que les zones urbaines densément peuplées, celles qui apparaissent subitement bien fragiles au regard des risques socio-environnementaux présents et à venir.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Avec la crise due au coronavirus, la souveraineté économique ne fait plus peur au gouvernement

Mais le coût de ce « repli » et de cette réorganisation sera colossal : aller vers des territoires plus autonomes signifie réduire les gains liés à la spécialisation des économies. La baisse des économies d’échelle sera considérable et les coûts de production devraient augmenter lourdement. La relocalisation progressive d’activités va certes générer de nouveaux revenus – et donc de la demande – qui pourront compenser les baisses de recettes d’exportation, inévitables dans un monde plus autarcique.

Trouver une voie intermédiaire

Mais la marche sera longue. Le cheminement vers une économie circulaire sera complexe et doit être progressif. Rompre immédiatement avec la mondialisation n’est pas possible : nous sommes trop dépendants des chaînes de valeur internationales. Ce n’est pas non plus souhaitable, tant le choc économique serait profond. Une voie intermédiaire est donc à privilégier à court et moyen terme et la question du périmètre pertinent d’un modèle d’économie circulaire sera cruciale pour optimiser les gains économiques.

Il vous reste 43.76% de cet article à lire.

Lecture du Monde en cours sur un autre appareil.

Vous pouvez lire Le Monde sur un seul appareil à la fois

Ce message s’affichera sur l’autre appareil.

  • Parce qu’une autre personne (ou vous) est en train de lire Le Monde avec ce compte sur un autre appareil.

    Vous ne pouvez lire Le Monde que sur un seul appareil à la fois (ordinateur, téléphone ou tablette).

  • Comment ne plus voir ce message ?

    En cliquant sur «  » et en vous assurant que vous êtes la seule personne à consulter Le Monde avec ce compte.

  • Que se passera-t-il si vous continuez à lire ici ?

    Ce message s’affichera sur l’autre appareil. Ce dernier restera connecté avec ce compte.

  • Y a-t-il d’autres limites ?

    Non. Vous pouvez vous connecter avec votre compte sur autant d’appareils que vous le souhaitez, mais en les utilisant à des moments différents.

  • Vous ignorez qui est l’autre personne ?

    Nous vous conseillons de modifier votre mot de passe.