« La guerre du coronavirus est loin d’être finie, la Chine aurait tort de crier victoire trop tôt »

Profitant du désarroi américain et européen dans la crise sanitaire, Pékin cherche à mettre en avant l’efficacité de son modèle. Son avantage, cependant, n’est pas à toute épreuve.

Publié le 08 avril 2020 à 02h43 - Mis à jour le 08 avril 2020 à 13h26 Temps de Lecture 4 min.

Article réservé aux abonnés

A l’aéroport de Wuhan, des médecins disent au revoir aux étudiants de l’université de médecine de Jilin venus leurs prêter main-forte au coeur de l’épidémie. Des adieux minutieusement mis en scène.
A l’aéroport de Wuhan, des médecins disent au revoir aux étudiants de l’université de médecine de Jilin venus leurs prêter main-forte au coeur de l’épidémie. Des adieux minutieusement mis en scène. GILLES SABRIÉ POUR "LE MONDE"

Chronique. Où est passée la docteure Ai Fen ? Sa présence sur les réseaux sociaux chinois ces jours-ci semble contredire les rumeurs sur l’arrestation de la directrice du département des urgences de l’hôpital central de Wuhan. Le seul fait que ces rumeurs circulent en dit long, cependant, sur la méfiance héritée de la gestion initiale, par le pouvoir chinois, de la crise provoquée par le coronavirus.

Après avoir identifié plusieurs cas de Covid-19 dans son service, la docteure Ai Fen, comme le rapporte notre correspondant à Pékin, Frédéric Lemaître, s’était vu interdire la diffusion de cette information par la commission santé de la ville de Wuhan, le 30 décembre 2019. Son récit, et le tragique épisode concernant son confrère le docteur Li Wenliang, tué par le virus, le 7 février, après avoir été sanctionné pour avoir tenté de donner l’alerte sur l’épidémie, ont laissé des traces. Et pas seulement en Chine.

A l’étranger aussi, les efforts déployés par le régime communiste chinois pour faire taire les lanceurs d’alerte et étouffer ce qui apparaissait comme une information gênante resteront comme une tache noire sur la réputation de la Chine. Ces semaines précieuses, perdues pour cause d’opacité, ont permis au virus de prospérer et de franchir les frontières, tandis que Pékin œuvrait à l’OMS, l’Organisation mondiale de la santé, pour retarder l’annonce de la pandémie. Une double faute, accablante pour l’empire du Milieu.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi « Il ne faut pas diffuser cette information au public » : l’échec du système de détection chinois face au coronavirus

Mais on le sait, les Chinois tablent sur le temps long : inévitablement, la roue tourne – d’autant mieux qu’ils affirment l’avoir inventée. Après la douloureuse épreuve de Wuhan, le cœur de la pandémie s’est déplacé vers l’Europe, puis a gagné les Etats-Unis. Ce retournement de situation, le président Xi Jinping entend en tirer le meilleur profit : lui qui, il y a deux mois, voyait dans l’épidémie « un test majeur pour le système chinois et sa capacité de gouvernance », considère visiblement que le test a été passé avec succès. Avec un tel succès, même, que ce système mérite d’être érigé en modèle.

Aujourd’hui, vu de loin, le panorama est saisissant. Aux Etats-Unis, le président Donald Trump accuse le coup, après avoir joué la carte du déni face à ce qu’il appelle « le virus de Wuhan ». Le nombre de morts bat tous les records, celui des chômeurs explose, les infirmières pleurent de frustration face aux pénuries, le pays étale son désarroi comme seuls les Américains ont la franchise de le faire.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Coronavirus : La Nouvelle-Orléans dans l’œil du cyclone

L’Europe est à peine mieux lotie, armée, au moins, d’un système de santé publique qui résiste et d’un Etat-providence qui pare au plus pressé. La compétition pour les masques et autres équipements médicaux débouche sur des batailles fratricides entre gouverneurs américains et Etat fédéral, et entre Etats membres de l’Union européenne. Au cours d’interminables visioconférences, ces mêmes Etats membres tentent de surmonter leurs divisions pour partager le fardeau de la riposte économique. Les Européens savent qu’ils ne peuvent compter que sur eux-mêmes : le leadership américain est porté disparu.

Il vous reste 47.98% de cet article à lire.

Lecture du Monde en cours sur un autre appareil.

Vous pouvez lire Le Monde sur un seul appareil à la fois

Ce message s’affichera sur l’autre appareil.

  • Parce qu’une autre personne (ou vous) est en train de lire Le Monde avec ce compte sur un autre appareil.

    Vous ne pouvez lire Le Monde que sur un seul appareil à la fois (ordinateur, téléphone ou tablette).

  • Comment ne plus voir ce message ?

    En cliquant sur «  » et en vous assurant que vous êtes la seule personne à consulter Le Monde avec ce compte.

  • Que se passera-t-il si vous continuez à lire ici ?

    Ce message s’affichera sur l’autre appareil. Ce dernier restera connecté avec ce compte.

  • Y a-t-il d’autres limites ?

    Non. Vous pouvez vous connecter avec votre compte sur autant d’appareils que vous le souhaitez, mais en les utilisant à des moments différents.

  • Vous ignorez qui est l’autre personne ?

    Nous vous conseillons de modifier votre mot de passe.