« Marine Le Pen sans retenue face au virus mondialisé »

Cherchant à conforter son statut de première opposante à Emmanuel Macron, la présidente du RN exploite toutes les failles apparues dans la lutte contre le Covid-19, virus mondialisé devenu le symbole de tout ce qu’elle dénonce, analyse dans sa chronique Françoise Fressoz, éditorialiste au « Monde ».

Publié le 31 mars 2020 à 01h53 - Mis à jour le 31 mars 2020 à 07h00 Temps de Lecture 4 min.

Article réservé aux abonnés

La présidente du Rassemblement national se rend à une réunion du parti sur l’épidémie de Covid-19, à Paris, le 12 mars.
La présidente du Rassemblement national se rend à une réunion du parti sur l’épidémie de Covid-19, à Paris, le 12 mars. CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP

Chronique. Foin des critiques ! A l’approche du pic épidémique qui fait redouter un nombre croissant de décès, les responsables politiques serrent les rangs, pèsent leurs mots, affichent cette gravité qui sied aux tragédies nationales. « Face à la crise sanitaire, je suis aux côtés du président de la République et du premier ministre. L’heure n’est pas à la polémique. Elle est à l’action », affirme le président du Sénat Gérard Larcher dans Le Parisien du 29 mars. « Je veux être solidaire et en même temps utile », renchérit Olivier Faure, le patron du PS, interrogé quelques heures plus tard sur France Inter.

Il en est pourtant une, Marine Le Pen, que la retenue n’étouffe pas. « Qu’est-ce que l’unité nationale ? Participer aux mensonges du gouvernement ? Couvrir ses incompétences comme la mise en danger de gens luttant en première ligne contre le virus ? », s’indigne la présidente du Rassemblement national (RN) dans un entretien au Figaro, le 28 mars. Première à s’être déclarée candidate à la présidentielle de 2022, la fille de Jean-Marie Le Pen ne se sent liée par aucune trêve. Elle cherche, au contraire, à conforter son statut de première opposante à Emmanuel Macron, en exploitant toutes les failles apparues dans la lutte contre le Covid-19, ce virus mondialisé, devenu le symbole de tout ce qu’elle dénonce.

Elle cogne dur contre « l’effondrement de l’Etat régalien » et « celui de l’Etat gestionnaire », tout en poursuivant la charge contre l’ennemi héréditaire, l’Union européenne

Après avoir réclamé la fermeture des frontières, dénoncé la pénurie de masques et de médicaments, elle réclame à présent la réquisition des cliniques privées et l’octroi d’un versement forfaitaire de 1 500 euros à toutes les entreprises de moins de 1 000 salariés. « Avec, en plus, 1 000 euros par salarié » précise-t-elle. Dénoncer, mais aussi proposer pour tenter de corriger le déficit de compétences dont elle et son parti continuent de souffrir.

Rien ne l’arrête, ni les scrupules ni le passé, car contrairement aux dirigeants de droite et de gauche, elle n’est comptable de rien. La pénurie de masques ? Le RN n’était pas aux affaires lorsque décision fut prise, en 2011, sous le quinquennat de Nicolas Sarkozy, puis en 2013, sous celui de François Hollande, de revoir la doctrine du stockage. Alors elle cogne dur contre « l’effondrement de l’Etat régalien » et « celui de l’Etat gestionnaire », tout en poursuivant la charge contre l’ennemi héréditaire, cette Union européenne qu’elle accuse « d’avoir donné pour première instruction de ne surtout pas limiter la circulation des personnes ».

Il vous reste 56.85% de cet article à lire.

Lecture du Monde en cours sur un autre appareil.

Vous pouvez lire Le Monde sur un seul appareil à la fois

Ce message s’affichera sur l’autre appareil.

  • Parce qu’une autre personne (ou vous) est en train de lire Le Monde avec ce compte sur un autre appareil.

    Vous ne pouvez lire Le Monde que sur un seul appareil à la fois (ordinateur, téléphone ou tablette).

  • Comment ne plus voir ce message ?

    En cliquant sur «  » et en vous assurant que vous êtes la seule personne à consulter Le Monde avec ce compte.

  • Que se passera-t-il si vous continuez à lire ici ?

    Ce message s’affichera sur l’autre appareil. Ce dernier restera connecté avec ce compte.

  • Y a-t-il d’autres limites ?

    Non. Vous pouvez vous connecter avec votre compte sur autant d’appareils que vous le souhaitez, mais en les utilisant à des moments différents.

  • Vous ignorez qui est l’autre personne ?

    Nous vous conseillons de modifier votre mot de passe.