L’après-confinement se prépare dès maintenant

Editorial. La sortie progressive du confinement risque de mettre à mal la cohésion sociale. Pour qu’un minimum de confiance se réinstalle après des mois de tension, il faudra plus que des mots.

Publié le 28 mars 2020 à 10h00 - Mis à jour le 28 mars 2020 à 13h13 Temps de Lecture 2 min.

Editorial du « Monde ». La lutte contre le Covid-19 s’annonce de longue haleine. Elle ne se joue pas seulement sur le plan sanitaire. Elle concerne aussi la vie économique et sociale, soumise en quelques jours à de profonds bouleversements. Annoncée vendredi 27 mars par le premier ministre, la prolongation du confinement au moins jusqu’au 15 avril, alors que la vague épidémique n’en est qu’à ses débuts, pose au pays un sérieux problème de logistique : même si la consigne est de rester chez soi, il faut, au minimum, des agriculteurs pour produire, des chauffeurs routiers pour livrer, des commerçants pour vendre.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi « On va vivre une période très difficile, très tendue, très brutale » : pourquoi le gouvernement a décidé de prolonger le confinement

Traitée dans l’urgence à travers une série d’ordonnances qui permettent notamment de déroger à la durée du travail dans certains secteurs jugés essentiels, l’entrée dans ce qui ressemble fort à une économie de guerre s’est faite dans la discorde. Si, d’emblée, le Medef et la CFDT se sont entendus pour préconiser l’organisation d’« un service économique minimum » susceptible d’assurer le ravitaillement du pays et le fonctionnement des services publics, d’autres organisations patronales et syndicales ont traîné les pieds en invoquant le manque de matériel de protection mis à la disposition des personnels exposés.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Coronavirus : dans toute la France, les caissières en première ligne

Les premières craignaient des actions en justice, les seconds jugeaient que les conditions de sécurité minimales n’étaient pas garanties. Une fédération CGT a même déposé un préavis de grève dans les services publics pour avril. Au fil des jours, tous se sont néanmoins accordés sur un point : la nécessité de développer, à tous les niveaux, le dialogue social pour que la vie économique, malgré tout, continue. C’est heureux, car il est en réalité très difficile de définir, en période de confinement, ce qui doit ou ne doit pas rester en activité. Qu’une pièce détachée concernant du matériel agricole vienne à manquer parce que tel fournisseur a fermé, et c’est une chaîne d’approvisionnement qui se tarit. Pour viser juste, Il faut discuter au plus près du terrain.

Lire aussi Coronavirus : les syndicats veulent protéger les salariés obligés d’aller travailler

Révélateur social

L’épidémie de coronavirus joue par ailleurs comme un puissant révélateur social. Elle accentue les inégalités entre les cadres et les professions intellectuelles, dont près des deux tiers télétravaillent, et les employés et ouvriers, qui sont à l’arrêt pour la moitié d’entre eux, selon une étude de l’IFOP pour Le Journal du Dimanche. Elle met en lumière toute une série de métiers jusqu’ici mal considérés, chauffeurs-livreurs ou caissiers, devenus, à la faveur de la crise, vitaux. Les syndicats veulent profiter de la période pour mieux les défendre. Ils ont aussi compris que ce qui se prépare aujourd’hui, c’est l’après, la sortie progressive du confinement qui risque de mettre à mal la cohésion sociale. L’activité économique a d’ores et déjà chuté de 35 %, et chaque mois de confinement risque d’engendrer une perte de croissance annuelle de 3 points, selon l’Insee.

« Nous allons devoir reconstruire un modèle », affirme Laurent Berger, le secrétaire général de la CFDT, dans un entretien au mensuel Alternatives économiques. « Les prochains mois nécessiteront des décisions de rupture », avait déclaré quelques jours plus tôt Emmanuel Macron. Mais, pour qu’un minimum de confiance se réinstalle après des mois de tension, il faut plus que des mots. Vendredi, alors que le président de la République tenait une audioconférence avec les partenaires sociaux, le ministre de l’économie annonçait que les entreprises qui demandent le report de leurs échéances fiscales et sociales ne pourront pas verser de dividendes. C’était un gage demandé par tous les syndicats.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Le gouvernement impose le blocage partiel des dividendes pour les entreprises qui auront bénéficié d’aides publiques pendant l’épidémie
Notre sélection d’articles sur le coronavirus

Retrouvez tous nos articles sur le coronavirus dans notre rubrique

Sur l’épidémie

Sur le déconfinement et ses enjeux

Le Monde

Contribuer

Dans la même rubrique

Services

Lecture du Monde en cours sur un autre appareil.

Vous pouvez lire Le Monde sur un seul appareil à la fois

Ce message s’affichera sur l’autre appareil.

  • Parce qu’une autre personne (ou vous) est en train de lire Le Monde avec ce compte sur un autre appareil.

    Vous ne pouvez lire Le Monde que sur un seul appareil à la fois (ordinateur, téléphone ou tablette).

  • Comment ne plus voir ce message ?

    En cliquant sur «  » et en vous assurant que vous êtes la seule personne à consulter Le Monde avec ce compte.

  • Que se passera-t-il si vous continuez à lire ici ?

    Ce message s’affichera sur l’autre appareil. Ce dernier restera connecté avec ce compte.

  • Y a-t-il d’autres limites ?

    Non. Vous pouvez vous connecter avec votre compte sur autant d’appareils que vous le souhaitez, mais en les utilisant à des moments différents.

  • Vous ignorez qui est l’autre personne ?

    Nous vous conseillons de modifier votre mot de passe.