Coronavirus : « Aux Etats-Unis, les tabous sur le rôle de l’Etat ne doivent pas faire obstacle à la lutte contre l’épidémie »

Les deux économistes américains, Roman Frydman et Edmund Phelps, appellent, dans une tribune au « Monde », à conditionner les aides promises par le président Donald Trump à la participation effective des entreprises à lutter contre la maladie et à maintenir des salaires.

Publié le 27 mars 2020 à 06h00 - Mis à jour le 27 mars 2020 à 07h36 Temps de Lecture 7 min.

Article réservé aux abonnés

Tribune. Des villes entières en état de confinement. La panique sur les marchés financiers. Des rayons vides dans les magasins. Des hôpitaux à court de lits. Les Etats-Unis sont entrés à leur tour dans une réalité qui nous était inconnue en temps de paix.

En exigeant que les gens restent confinés chez eux, les décideurs politiques espèrent ralentir puis inverser la vitesse de propagation du Covid-19. Mais ni le confinement ni une importante création de monnaie ne vont suffire à arrêter la pandémie ni à sauver nos économies.

Le plan de sauvetage économique de 2 000 milliards de dollars (1 800 milliards d’euros) qui vient d’être adopté par les Etats-Unis en est un exemple. Le pays a certes besoin de dépenses publiques à cette échelle gigantesque, mais aussi d’une intervention de l’Etat pour faire face à une crise de santé publique qui s’aggrave. De ce fait, bon nombre de dispositions du projet de loi sur les « mesures de relance » semblent malavisées, voire même lamentables dans certains cas. D’autres vont dans la bonne direction, mais sont trop fragmentaires.

Mais ce qui est alarmant, c’est que de nombreux décideurs politiques américains – dont le président Donald Trump – supposent qu’il sera possible d’assouplir le confinement dès Pâques, en ignorant la menace que constitue le Covid-19 non seulement pour les personnes âgées, mais également pour les jeunes. Selon le New York Times, environ 40 % des personnes hospitalisées à cause de cette maladie aux Etats-Unis ont entre 20 et 54 ans, ce qui laisse penser que la surcharge de travail qui pèse sur les systèmes de santé va s’amplifier considérablement avant un retour à la normale.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Aux Etats-Unis, un accord pour un plan de sauvetage historique de 2 000 milliards de dollars

La possibilité même de la mort de millions de personnes alors que l’économie est mise à mal justifie une augmentation substantielle de l’ampleur et de la portée de l’action de l’Etat. Il faut donc considérer la réponse de l’Etat comme une forme sans précédent d’assurance systémique à court terme sur nos vies et sur nos moyens de subsistance. Compte tenu de la valeur absolue que nous accordons à nos vies et à nos moyens de subsistance, les citoyens et les gouvernements doivent être prêts à payer ce qui peut leur faire l’effet d’une prime d’assurance extraordinairement forte.

Assurance systémique

Cette assurance systémique est nécessaire dans quatre domaines :

  • réaffecter la capacité de production actuelle de l’économie pour surmonter les pénuries croissantes de matériels et de services nécessaires pour répondre efficacement à la pandémie ;
  • venir en aide aux entreprises qui ne sont pas directement impliquées dans les efforts de lutte contre la crise afin qu’elles puissent continuer à fournir des biens et des services essentiels ;
  • veiller à ce que la population dispose de moyens suffisants pour acheter ces biens et services ;
  • créer une facilité financière pour aider les personnes incapables de payer leurs prêts et leurs créances, atténuant ainsi les risques de cataclysme pour le secteur financier.

Il vous reste 67.9% de cet article à lire.

Lecture du Monde en cours sur un autre appareil.

Vous pouvez lire Le Monde sur un seul appareil à la fois

Ce message s’affichera sur l’autre appareil.

  • Parce qu’une autre personne (ou vous) est en train de lire Le Monde avec ce compte sur un autre appareil.

    Vous ne pouvez lire Le Monde que sur un seul appareil à la fois (ordinateur, téléphone ou tablette).

  • Comment ne plus voir ce message ?

    En cliquant sur «  » et en vous assurant que vous êtes la seule personne à consulter Le Monde avec ce compte.

  • Que se passera-t-il si vous continuez à lire ici ?

    Ce message s’affichera sur l’autre appareil. Ce dernier restera connecté avec ce compte.

  • Y a-t-il d’autres limites ?

    Non. Vous pouvez vous connecter avec votre compte sur autant d’appareils que vous le souhaitez, mais en les utilisant à des moments différents.

  • Vous ignorez qui est l’autre personne ?

    Nous vous conseillons de modifier votre mot de passe.