« La société n’a pas à vous suivre tel un prophète, quand bien même votre intuition serait la bonne »

Dans une tribune au « Monde », le médecin et biostaticien Antoine Vanier répond au professeur Didier Raoult en soulignant l’insuffisance des preuves de l’efficacité de la chloroquine contre le Covid-19 et la suffisance de son argumentation.

Publié le 27 mars 2020 à 15h15 - Mis à jour le 27 mars 2020 à 17h39 Temps de Lecture 4 min.

Article réservé aux abonnés

« Les scientifiques, comme tout citoyen, participent aussi au processus de décision collégiale. Je vous propose une attitude de collaboration. Je pense qu’on en ressortirait tous grandis. »
« Les scientifiques, comme tout citoyen, participent aussi au processus de décision collégiale. Je vous propose une attitude de collaboration. Je pense qu’on en ressortirait tous grandis. » GERARD JULIEN / AFP

Tribune. Dans sa tribune « Le médecin peut et doit réfléchir comme un médecin, et non pas comme un méthodologiste » publiée le 25 mars 2020 sur Lemonde.fr, le professeur Didier Raoult exhorte à se débarrasser des « méthodologistes et des mathématiciens ». La tribune est clairement provocante. En qualité de médecin méthodologiste, elle m’a choqué. Ce peut être un procès d’intention, mais je dégage de ce texte une rengaine commune : les scientifiques seraient des empêcheurs de filer droit, s’opposant à la marche du progrès.

En médecine, le « bon sens » est que les soignants ont, du fait de leur expérience pratique, une sagesse infinie quant à l’évaluation de l’efficacité des nouveautés et la méthode ne serait que frein à cette diffusion. Enfin, l’autorité experte devrait prévaloir sur le consensus scientifique basé sur le recueil de preuves expérimentales de fort niveau, car, après trente ans d’expérience, on sait tout mieux que tout le monde.

Lire aussi Les réanimateurs : « Aidez-nous en acceptant de participer à nos études de recherche clinique »

Scientifiques et soignants peuvent collaborer afin de fournir à la société des réponses robustes. Les scientifiques sont aussi des êtres humains. Les « mathématiciens » ne sont pas des monstres insensibles à l’éthique. L’éthique transcende et on ne peut s’y soustraire. Si chaque décision prise par le professeur Didier Raoult dans le cadre de sa pratique est jugée à l’aune de son éthique, les scientifiques font de même.

Les tentatives de prédiction mathématique

A vous croire, « les modélisateurs de l’avenir » ne vaudraient pas mieux que « des astrologues ». Oui, aucun être humain ne peut prédire le futur. Oui, la statistique est un outil d’aide à la prise de décision en situation d’incertitude (non irréductible). Oui, les prédictions mathématiques les plus sophistiquées se trompent. Cependant, admettant la nécessité d’anticiper, que proposez-vous à la place comme outil ?

Je ne suis pas sûr que fonctionner au doigt mouillé, quand bien même il serait relié à un cerveau d’expert très bien cortiqué, aboutisse à un meilleur résultat. C’est possible. Peut-être avez-vous un don de prescience ? Néanmoins, j’ai le droit de ne pas être immédiatement subjugué et de prendre en considération les tentatives de prédiction mathématique.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Coronavirus : Didier Raoult, l’infectiologue marseillais derrière la folie planétaire autour de l’hydroxychloroquine

Vous affirmez que « le médecin peut et doit agir comme un médecin, non comme un méthodologiste ». Merci pour la lapalissade. Oui, un médecin, dans son activité de soins, doit agir comme tel. Bien sûr que l’expérience acquise sur le terrain a de la valeur. C’est pour cela qu’il existe des dispositifs permettant de prendre des décisions thérapeutiques en dehors des recommandations (les possibilités de prescription hors AMM).

Il vous reste 57.71% de cet article à lire.

Lecture du Monde en cours sur un autre appareil.

Vous pouvez lire Le Monde sur un seul appareil à la fois

Ce message s’affichera sur l’autre appareil.

  • Parce qu’une autre personne (ou vous) est en train de lire Le Monde avec ce compte sur un autre appareil.

    Vous ne pouvez lire Le Monde que sur un seul appareil à la fois (ordinateur, téléphone ou tablette).

  • Comment ne plus voir ce message ?

    En cliquant sur «  » et en vous assurant que vous êtes la seule personne à consulter Le Monde avec ce compte.

  • Que se passera-t-il si vous continuez à lire ici ?

    Ce message s’affichera sur l’autre appareil. Ce dernier restera connecté avec ce compte.

  • Y a-t-il d’autres limites ?

    Non. Vous pouvez vous connecter avec votre compte sur autant d’appareils que vous le souhaitez, mais en les utilisant à des moments différents.

  • Vous ignorez qui est l’autre personne ?

    Nous vous conseillons de modifier votre mot de passe.