Les réanimateurs : « Aidez-nous en acceptant de participer à nos études de recherche clinique »

Dans tribune au « Monde » cinquante-neuf réanimateurs en première ligne dans le combat contre le Covid-19 appellent les patients et les familles à coopérer afin d’identifier le traitement le plus efficace

Publié le 26 mars 2020 à 13h53 - Mis à jour le 26 mars 2020 à 15h19 Temps de Lecture 3 min.

« Vous pouvez compter sur nous pour vous soigner, nous comptons sur vous pour faire progresser les connaissances sur cette maladie. »

Contexte. Faire de la recherche dans l’urgence : tel est le casse-tête auquel les promoteurs des essais cliniques, qui viennent de démarrer dans le monde sous l’égide de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), se trouvent confrontés. En Europe, le consortium Reacting a lancé, dimanche 22 mars, l’essai Discovery. Il prévoit de recruter 3 200 patients, dont 800 en France, répartis de façon aléatoire dans cinq groupes afin de recevoir différentes thérapeutiques, des soins standards, différents antiviraux, ou encore la fameuse hydroxychloroquine, promue par le professeur Didier Raoult. D’autres essais devraient suivre. Mais obtenir l’accord de personnes malades, ou de leurs familles, pour accepter de laisser le hasard décider du traitement qui leur sera prodigué pose de sérieux problèmes. C’est pourtant la condition d’une recherche « la plus rigoureuse et la plus scientifique possible », souligne un collectif de réanimateur dans cet appel.

Tribune. A nos patients et à leurs familles,

Avec l’épidémie virale due au SARS-Cov2, la France traverse aujourd’hui la plus grande crise sanitaire de son histoire. Nous, médecins réanimateurs, sommes mobilisés tous les jours en première ligne pour prendre en charge les formes graves de cette maladie. Nos services nous permettent de mettre en œuvre une surveillance continue, une assistance respiratoire et d’autres traitements afin de gagner du temps et permettre à l’organisme de combattre ce virus et survivre à la maladie.

Lire aussi Coronavirus : « L’hydroxychloroquine sera comparée comme les autres molécules. Ni plus ni moins »

Nous disposons de plusieurs traitements potentiels dirigés contre le virus, mais à ce jour aucun n’a fait la démonstration de son efficacité contre cette maladie. Si vous ou un de vos proches êtes hospitalisés dans nos services, nous vous solliciterons pour participer à une étude de recherche clinique dont l’objectif est d’identifier de la façon la plus rigoureuse et la plus scientifique possible le meilleur traitement pour lutter contre le virus du Covid-19.

Il n’y a pas d’alternative possible pour faire progresser la connaissance médicale. Il n’y a pas d’alternative possible pour que demain, nous arrivions à vous soigner encore mieux qu’aujourd’hui. Nous avons besoin de vous. Aidez-nous en acceptant de participer à nos études de recherche clinique. Vous pouvez compter sur nous pour vous soigner, nous comptons sur vous pour faire progresser les connaissances sur cette maladie.

Liste des signataires de la Société de réanimation en langue française (SRLF) : Hafid Ait-Oufella, professeur, Paris ; Laurent Argaud, professeur, Lyon ; Pierre Asfar, Angers ; Cécile Aubron, professeure, Brest ; Elie Azoulay, professeur, Paris ; Pierre-Edouard Bollaert, professeur, Nancy ; Alexandre Boyer, professeur, Bordeaux ; Emmanuel Canet, professeur, Nantes ; Gilles Capellier, professeur, Besançon ; Alain Cariou, professeur, Paris ; Guillaume Carteaux, médecin, Créteil ; Vincent Castelain, professeur, Strasbourg ; Jean-Daniel Chiche, professeur, Paris ; Alain Combes, professeur, Paris ; Alexandre Demoule, professeur, Paris ; Nicolas De Prost, professeur, Créteil ; Pierre-François Dequin, professeur, Tours ; Stephan Ehrmann, professeur, Tours ; Muriel Fartoukh, professeure, Paris ; Stéphane Gaudry, professeur, Bobigny ; Guillaume Géri, professeur, Boulogne ; Bertrand Guidet, professeur, Paris ; Gilles Hilbert, professeur, Bordeaux ; Mercé Jourdain, professeur, Lille ; Kada Klouche, professeur, Montpellier ; Alexandre Lautrette, professeur, Clermont-Ferrand ; Nicolas Lerolle, professeure, Angers ; Stéphane Leteurtre, professeur, Lille ; Bruno Levy, Nancy ; Charles-Edouard Luyt, Paris ; Julie Helms, professeure, Strasbourg ; Julien Maizel, professeur, Amiens ; Eric Maury, professeur, Paris ; Armand Mekontso Dessap, professeur, Créteil ; Alain Mercat, professeur, Angers ; Ferhat Meziani, professeur, Strasbourg ; Jean-Paul Mira, professeur, Paris ; Xavier Monnet, professeur, Kremlin Bicêtre ; Bruno Mourvillier, professeur, Reims ; Saad Nseir, professeur, Lille ; Laurent Papazian, professeur, Marseille ; Frédéric Pène, professeur, Paris ; Jean Reignier, professeur, Nantes ; Jean-Christophe Richard, professeur, Lyon ; René Robert, professeur, Poitiers ; Dr Charlotte Salmon Gandonnière, médecin, Tours ; Francis Schneider, professeur, Strasbourg ; Frédérique Schortgen, médecin, Créteil ; Carole Schwebel, professeure, Grenoble ; Romain Sonneville, professeur, Paris ; Jean-Marc Tadié, professeur, Rennes ; Fabienne Tamion, professeure, Rouen ; Guillaume Thiery, professeur, Saint-Etienne ; Jean-Louis Teboul, professeur, Kremlin-Bicêtre ; Yves Le Tulzo, professeur, Rennes ; Arnaud W. Thille, professeur, Poitiers ; Frédéric Vargas, professeur, Bordeaux ; Nicolas Weiss, professeur, Paris ; Lara Zafrani, professeure, Paris.

Contribuer

Dans la même rubrique

Services

Lecture du Monde en cours sur un autre appareil.

Vous pouvez lire Le Monde sur un seul appareil à la fois

Ce message s’affichera sur l’autre appareil.

  • Parce qu’une autre personne (ou vous) est en train de lire Le Monde avec ce compte sur un autre appareil.

    Vous ne pouvez lire Le Monde que sur un seul appareil à la fois (ordinateur, téléphone ou tablette).

  • Comment ne plus voir ce message ?

    En cliquant sur «  » et en vous assurant que vous êtes la seule personne à consulter Le Monde avec ce compte.

  • Que se passera-t-il si vous continuez à lire ici ?

    Ce message s’affichera sur l’autre appareil. Ce dernier restera connecté avec ce compte.

  • Y a-t-il d’autres limites ?

    Non. Vous pouvez vous connecter avec votre compte sur autant d’appareils que vous le souhaitez, mais en les utilisant à des moments différents.

  • Vous ignorez qui est l’autre personne ?

    Nous vous conseillons de modifier votre mot de passe.