« Même amendée, la politique de l’offre de l’exécutif reste d’actualité »

Refusant d’assumer tout « virage social » afin de montrer qu’il maintient le cap de ses réformes, Emmanuel Macron fait le pari risqué – politiquement – du « en même temps », décrypte la journaliste Audrey Tonnelier dans sa chronique.

Publié le 13 février 2020 à 06h30 Temps de Lecture 3 min.

Article réservé aux abonnés

Chronique. En politique comme en économie, on a beau pouvoir faire dire ce que l’on veut aux chiffres, certains ont plus de portée que d’autres. L’étude de l’Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE) parue le 5 février, a validé en partie la doctrine du gouvernement, selon laquelle « il faut que le travail paie » : ce cercle de réflexion classé à gauche a souligné que les actifs sont les grands gagnants des mesures budgétaires des trois premières années de l’ère Macron.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Avec la politique économique de Macron, « les 5 % de Français les plus pauvres devraient voir leur niveau de vie se réduire »

Mais c’est une autre partie des travaux des économistes qui a déclenché la vindicte des oppositions et semé le trouble dans la majorité et le gouvernement : les 5 % de Français les plus pauvres devraient voir leur niveau de vie se réduire d’environ 240 euros par an sous l’effet des mesures sociofiscales mises en œuvre entre 2018 et 2020, a calculé l’OFCE. Dans le même temps, les 5 % les plus riches devraient voir le leur grimper de… 2 905 euros par an. C’est un caillou dans la chaussure de l’exécutif qui, à mi-mandat et à un mois d’élections municipales ayant valeur de test pour le parti présidentiel, pensait pouvoir enfin présenter sous un jour avantageux son bilan économique : retour des investissements, décrue amorcée du chômage.

Lire aussi : Pauvreté : « Comment peut-on vivre dignement avec 560 euros par mois ? »

Mais l’étiquette de « président des riches » continue de coller au costume du chef de l’Etat depuis les premiers mois de son mandat et la suppression de l’impôt de solidarité sur la fortune (ISF). Un symbole que ni les baisses de cotisations chômage et maladie de 2018, ni la suppression en trois ans de la taxe d’habitation pour 80 % des Français (et d’ici à 2023 pour les 20 % restants), ni même les 17 milliards d’euros de mesures post- « gilets jaunes » n’ont réussi à gommer.

Il faut dire que les sujets fiscaux, tout comme la question du pouvoir d’achat, demeurent hautement inflammables. « Les Français ont l’image d’un jeu de bonneteau : on leur donne d’une main ce qu’on reprendra de l’autre. Sans compter le ressenti des mesures : la taxe d’habitation baisse une fois par an, mais le plein d’essence qui augmente, c’est toutes les semaines ! », illustre Jérôme Fourquet, directeur du département opinion de l’IFOP.

Des gestes pourtant réels

Mais ce n’est pas tout. Au-delà de la manière dont les mesures sont ressenties dans l’opinion, si le gouvernement peine à convaincre, c’est aussi qu’il a fait le choix de ne pas communiquer massivement sur ces gestes envers les Français. Au printemps 2019, après le mouvement des « gilets jaunes » et le grand débat, l’exécutif, désireux de montrer qu’il maintenait le cap de ses réformes, sans perdre de vue la politique du « en même temps », avait ainsi refusé d’assumer tout « virage social ».

Lecture du Monde en cours sur un autre appareil.

Vous pouvez lire Le Monde sur un seul appareil à la fois

Ce message s’affichera sur l’autre appareil.

  • Parce qu’une autre personne (ou vous) est en train de lire Le Monde avec ce compte sur un autre appareil.

    Vous ne pouvez lire Le Monde que sur un seul appareil à la fois (ordinateur, téléphone ou tablette).

  • Comment ne plus voir ce message ?

    En cliquant sur «  » et en vous assurant que vous êtes la seule personne à consulter Le Monde avec ce compte.

  • Que se passera-t-il si vous continuez à lire ici ?

    Ce message s’affichera sur l’autre appareil. Ce dernier restera connecté avec ce compte.

  • Y a-t-il d’autres limites ?

    Non. Vous pouvez vous connecter avec votre compte sur autant d’appareils que vous le souhaitez, mais en les utilisant à des moments différents.

  • Vous ignorez qui est l’autre personne ?

    Nous vous conseillons de modifier votre mot de passe.