Le conseil d’administration de Polytechnique valide un projet de centre de recherche de Total

En raison de la mobilisation contre ce partenariat, l’emplacement où doit être construit le bâtiment du groupe pétrolier a été déplacé d’environ 200 mètres.

Par Publié le 25 juin 2020 à 21h05 - Mis à jour le 26 juin 2020 à 07h19

Temps de Lecture 2 min.

Le bâtiment devait être construit entre les salles de cours et le restaurant, il sera finalement érigé environ 200 mètres plus à l’est, entre les terrains de tennis et de football. Le conseil d’administration de Polytechnique a validé, jeudi 25 juin, l’implantation d’un centre d’innovation et de recherche de Total à proximité de l’Ecole, sur le plateau de Saclay (Essonne). En raison de la mobilisation contre ce projet, l’emplacement prévu a toutefois été modifié pour que l’immeuble soit situé sur une parcelle de terrain appartenant à l’établissement public d’aménagement (EPA) Paris-Saclay, et non plus à l’école militaire.

Dans ce bâtiment de 10 000 m² doit être installé un centre d’innovation et de recherche dans le domaine des énergies bas carbone, où travailleront quelque 250 salariés de Total et où les étudiants pourront être accueillis, dans des lieux de vie ou des salles de travail. Depuis plusieurs mois, des élèves et anciens élèves, mais aussi des professeurs de l’X ou encore des députés avaient exprimé leur opposition et leurs réserves à l’égard de ce projet. Ils appelaient à préserver les principes « de neutralité et d’indépendance » de l’X et des futurs décideurs qu’elle forme, par rapport aux groupes industriels privés.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Des ONG dénoncent un projet d’implantation de Total sur le campus de Polytechnique

Pour l’ONG Greenpeace, qui a soutenu la mobilisation contre cette implantation, les administrateurs « ont cédé à la pression de Total et de la direction de Polytechnique ». « Cette installation sur le campus va créer une proximité dangereuse entre les élèves, dont beaucoup se destinent à rejoindre de hauts postes de décision, et la première entreprise pétrolière française », a réagi Edina Ifticène, chargée de campagne Pétrole.

« Un tour de passe-passe »

Matthieu Lesquene, porte-parole de La Sphinx, une association d’anciens de l’X, regrette une décision qui ne répond pas aux inquiétudes et s’apparente avant tout « à un tour de passe-passe ». « Ce nouvel emplacement se trouve bien sur le campus de Polytechnique, explique-t-il. Ils ont choisi la parcelle la plus proche possible de l’ancienne leur permettant de ne pas être dans l’illégalité la plus totale. » Une analyse juridique, commandée par La Sphinx et adressée le 19 juin aux administrateurs du conseil d’administration, les mettait en effet en garde contre plusieurs risques : le document soulignait notamment qu’un établissement d’enseignement public ne peut nouer légalement un partenariat impliquant l’attribution d’une parcelle de son terrain avec une entreprise privée qui y gagne en image.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Total à Polytechnique : le projet de centre de recherche suscite l’opposition

Dans un communiqué, l’Ecole polytechnique assure que le partenariat conclu avec Total est « en cohérence avec la réalisation d’un ambitieux programme de recherche et d’innovation dans les énergies décarbonées » et « scelle un projet en ligne avec les ambitions de l’Ecole sur la transition énergétique ». Elle doit être « la première pierre » d’un futur parc d’activités d’innovation « qui sera développé à l’est du plateau de Saclay », ajoute l’institution, sans davantage de précisions sur son implantation précise. « La notion de campus n’a pas de sens, affirme encore l’Ecole. Cela devient un quartier ouvert du plateau de Paris-Saclay. »

« Ce parc d’innovation n’en était qu’à l’état de projet et ne devait aboutir qu’à moyen terme, mais ils l’utilisent comme justification pour faire venir Total, regrette, de son côté, Matthieu Lesquene. Au lieu de prendre le temps de définir une véritable stratégie, en concertation avec les autres écoles, ils se précipitent au risque de faire tout échouer. »

Lire aussi : « Il faut déplacer le centre de R&D de Total à l’extérieur du campus de Polytechnique »

Mise à jour du 26 juin à 7 h 15 : l’article a été corrigé pour indiquer que c’est bien le conseil d’administration de Polytechnique qui a validé le projet jeudi.

Contribuer

Dans la même rubrique

Services

Lecture du Monde en cours sur un autre appareil.

Vous pouvez lire Le Monde sur un seul appareil à la fois

Ce message s’affichera sur l’autre appareil.

  • Parce qu’une autre personne (ou vous) est en train de lire Le Monde avec ce compte sur un autre appareil.

    Vous ne pouvez lire Le Monde que sur un seul appareil à la fois (ordinateur, téléphone ou tablette).

  • Comment ne plus voir ce message ?

    En cliquant sur «  » et en vous assurant que vous êtes la seule personne à consulter Le Monde avec ce compte.

  • Que se passera-t-il si vous continuez à lire ici ?

    Ce message s’affichera sur l’autre appareil. Ce dernier restera connecté avec ce compte.

  • Y a-t-il d’autres limites ?

    Non. Vous pouvez vous connecter avec votre compte sur autant d’appareils que vous le souhaitez, mais en les utilisant à des moments différents.

  • Vous ignorez qui est l’autre personne ?

    Nous vous conseillons de modifier votre mot de passe.