Le blues du recruteur

Si dans l’intérim, les agents continuent en télétravail avec les secteurs en demande, dans les cabinets de recrutement, tout s’est arrêté, constate, dans sa chronique, la journaliste du « Monde », Anne Rodier.

Publié le 01 avril 2020 à 06h30 Temps de Lecture 2 min.

Article réservé aux abonnés

« L’Association pour l’emploi des cadres (APEC) a, comme beaucoup, fermé tous ses centres dès le 16 mars et enregistré une baisse des offres de l’ordre de 8 %. »
« L’Association pour l’emploi des cadres (APEC) a, comme beaucoup, fermé tous ses centres dès le 16 mars et enregistré une baisse des offres de l’ordre de 8 %. » Philippe Turpin / Photononstop

Carnet de bureau. L’emploi dégringole. Les sites voient leur volume d’annonces fondre : - 12,1 % en moyenne pour Indeed, avec un recul variable de 10 % à 30 % selon les secteurs d’activité. L’Association pour l’emploi des cadres (APEC) a, comme beaucoup, fermé tous ses centres dès le 16 mars et enregistré une baisse des offres plus légère, de l’ordre de 8 %, même si l’informatique est toujours en forte demande pour accompagner la généralisation brutale du télétravail et les questions de cybersécurité. L’intérim jongle entre les annulations de missions de l’industrie et du BTP et les demandes de recrutement d’urgence pour l’agroalimentaire et la distribution. Qu’est devenu le recruteur ?

Dans l’intérim, les agents continuent en télétravail avec les secteurs en demande. Chez Manpower, une hotline a été mise à leur disposition, les entretiens se font en vidéo ou par téléphone, et les contrats sont validés par signature électronique. Mais dans les cabinets de recrutement, tout s’est arrêté.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Intérim : en quinze jours, les trois quarts des emplois ont disparu à cause de la crise liée au coronavirus

Le 16 mars a amorcé une semaine de sidération. La profession a pris de plein fouet un arrêt immédiat de la quasi-totalité des missions. « Mêmes des offres passées ont été annulées et certaines entreprises, craignant les mois de crise à venir, ont interrompu des périodes d’essai. Il y a eu un effet de panique. On a cru qu’on allait tomber à zéro ! En avril, le chiffre d’affaires des 130 cabinets de recrutement de Syntec conseil en recrutement aura baissé d’au moins 50 % », témoigne Antoine Morgaut, président de cette organisation et directeur général Europe du cabinet de recrutement international Robert Walters.

Projets reportés

Du jour au lendemain, le recrutement n’avait plus de raison d’être. Les DRH se sont concentrés sur la réorganisation du travail imposée par le confinement. Les candidats à la mobilité professionnelle ont reporté leur projet en attendant des jours meilleurs. Enfin, les entreprises réfractaires aux entretiens vidéo ne pouvaient pas poursuivre les processus d’embauche à cause du confinement. Les cabinets qui ont les moyens de le faire ont commencé à mettre en place le chômage partiel.

Résultat, après avoir installé, comme beaucoup de salariés, son bureau à la maison, le recruteur s’est mis à tourner en rond, dans son espace confiné, occupé principalement par son stress, un gros stress d’une année qui s’annonçait gâchée.

Lire aussi Coronavirus : le chômage partiel entraîne une perte de revenus de 1,2 milliard par mois pour les ménages

En deuxième semaine de confinement, quelques DRH ont commencé à revenir, même des grands groupes de l’hôtellerie comme Accor. « C’était l’opportunité de recruter des candidats qu’on n’aurait pas imaginé pouvoir attirer avant », explique Antoine Morgaut. Bien équipé pour télétravailler, « aujourd’hui, le recruteur s’impose une organisation du travail autour d’appels de candidats, de clients. On travaille comme avant, mais avec les outils numériques et en se concentrant sur les secteurs les plus résilients la pharmacie, les nouvelles technologies , mais il y a moins d’activité », reconnaît-il. Tout recruteur est aujourd’hui un candidat potentiel au chômage technique.

Il vous reste 0% de cet article à lire.

Lecture du Monde en cours sur un autre appareil.

Vous pouvez lire Le Monde sur un seul appareil à la fois

Ce message s’affichera sur l’autre appareil.

  • Parce qu’une autre personne (ou vous) est en train de lire Le Monde avec ce compte sur un autre appareil.

    Vous ne pouvez lire Le Monde que sur un seul appareil à la fois (ordinateur, téléphone ou tablette).

  • Comment ne plus voir ce message ?

    En cliquant sur «  » et en vous assurant que vous êtes la seule personne à consulter Le Monde avec ce compte.

  • Que se passera-t-il si vous continuez à lire ici ?

    Ce message s’affichera sur l’autre appareil. Ce dernier restera connecté avec ce compte.

  • Y a-t-il d’autres limites ?

    Non. Vous pouvez vous connecter avec votre compte sur autant d’appareils que vous le souhaitez, mais en les utilisant à des moments différents.

  • Vous ignorez qui est l’autre personne ?

    Nous vous conseillons de modifier votre mot de passe.