A Paris, un cours Paul-Ricard, sinon rien

Le groupe de vins et spiritueux a obtenu de pouvoir donner le nom de son fondateur à la voie qui servira d’adresse à son nouveau siège.

Par Publié le 29 juin 2020 à 10h23 - Mis à jour le 30 juin 2020 à 09h39

Temps de Lecture 2 min.

Alexandre Ricard, président-directeur général du groupe Pernod Ricard, à Paris, en février 2019.

Drôle de cocktail politico-immobilier pour la dernière-née des voies parisiennes. Le 4 juin, entre les deux tours des élections municipales, la maire socialiste de Paris, Anne Hidalgo, a donné son feu vert à ce que la voie située devant le tout nouveau siège mondial de Pernod Ricard, dans le 8e arrondissement, soit dénommée « cours Paul-Ricard ». Un « hommage rendu par la Mairie de Paris au créateur du groupe », s’est félicité le champion français de l’alcool dans un communiqué publié le 24 juin, juste après que les premiers des 900 salariés attendus ont déménagé. « Un nouveau nom entre dans l’annuaire des rues parisiennes », ajoutait la direction.

En pleine campagne pour sa réélection, Anne Hidalgo a-t-elle vraiment voulu rendre « hommage » à l’inventeur du pastis, au point de donner le nom de ce grand patron de l’alcool, mort en 1997, à une « rue » au cœur de la capitale ? La réalité se révèle assez éloignée de la version avancée par le groupe. Le lieu en cause n’est en effet pas une rue, mais une cour intérieure, au sein d’un nouvel ensemble immobilier construit à cheval sur les rues d’Amsterdam et de Londres. A la demande de Pernod Ricard, principal locataire, le propriétaire, la société foncière Union Investment, a décidé d’attribuer le nom de l’industriel marseillais à cette impasse réservée aux piétons.

Rien d’un hommage

S’agissant d’une voie privée, le choix du nom n’a absolument pas suivi le processus classique pour les rues de Paris, qui comporte une délibération du conseil municipal. En l’occurrence, le vote n’aurait d’ailleurs pas été acquis d’avance. En 2011, lorsque les éditions Gallimard ont voulu faire rebaptiser « rue Gaston-Gallimard » la portion de la rue Sébastien-Bottin où se trouve leur siège, l’affaire a abouti, mais non sans polémique. « Donner un nom d’entreprise à une rue, ça ne se fait pas », pestait-on à l’époque à la mairie d’arrondissement. Alors, celui d’un fabricant d’alcool, même devenu mécène…

Lire aussi Pernod Ricard supprime 10 % de ses effectifs en France

L’opération Ricard a été plus simple. La mairie n’a pas choisi le nom, elle a simplement accordé son agrément à celui proposé par le propriétaire de la voie privée, en vérifiant qu’il ne donnait lieu à aucune confusion avec des dénominations existantes. Rien d’un hommage à la manière de la place Paul-Ricard de Marseille, tout d’une validation administrative, afin que la nouvelle voie puisse servir d’adresse postale aux nouveaux occupants. Alexandre Ricard, petit-fils de Paul Ricard et actuel président-directeur général du groupe, a néanmoins envoyé un courrier de remerciement à Anne Hidalgo. En attendant, peut-être, de partager un apéritif pour inaugurer le cours Paul-Ricard.

Contribuer

Dans la même rubrique

Services

Lecture du Monde en cours sur un autre appareil.

Vous pouvez lire Le Monde sur un seul appareil à la fois

Ce message s’affichera sur l’autre appareil.

  • Parce qu’une autre personne (ou vous) est en train de lire Le Monde avec ce compte sur un autre appareil.

    Vous ne pouvez lire Le Monde que sur un seul appareil à la fois (ordinateur, téléphone ou tablette).

  • Comment ne plus voir ce message ?

    En cliquant sur «  » et en vous assurant que vous êtes la seule personne à consulter Le Monde avec ce compte.

  • Que se passera-t-il si vous continuez à lire ici ?

    Ce message s’affichera sur l’autre appareil. Ce dernier restera connecté avec ce compte.

  • Y a-t-il d’autres limites ?

    Non. Vous pouvez vous connecter avec votre compte sur autant d’appareils que vous le souhaitez, mais en les utilisant à des moments différents.

  • Vous ignorez qui est l’autre personne ?

    Nous vous conseillons de modifier votre mot de passe.