La montée du protectionnisme risque de bloquer l’ascension des pays pauvres et émergents

Ces Etats, dont l’économie dépend des exportations de matières premières ou de produits manufacturés, sont parmi les plus touchés par la crise liée au Covid-19.

Par Publié le 06 juin 2020 à 09h39 - Mis à jour le 06 juin 2020 à 11h06

Temps de Lecture 3 min.

Article réservé aux abonnés

Dans une usine de fabrication de vêtements à Ashulia (Bangladesh), le 26 avril.

« C’est l’apocalypse. » Chaque jour, Rubana Huq, la présidente de l’Association des fabricants et exportateurs de textile du Bangladesh (BGMEA), recense les usines qui ferment en raison de la crise économique et sanitaire liée au Covid-19. Au total, 400 ateliers textiles auraient déjà fait faillite et 500 000 emplois auraient été perdus.

Les fabricants du pays chiffrent à près de 3 milliards de dollars (2,6 milliards d’euros) les annulations de commandes des marques d’habillement du monde entier, soit 10 % de leurs ventes annuelles à l’étranger. L’économie du Bangladesh, deuxième exportateur mondial de textile après la Chine, vacille. Sa croissance devrait être divisée par deux en 2020, selon les prévisions du Fonds monétaire international (FMI), qui a annoncé, mercredi 3 juin, avoir débloqué une ligne de crédit pour lui venir en aide.

Les pays pauvres et émergents, dont l’économie dépend des exportations de matières premières ou de produits manufacturés, sont parmi les plus touchés par la crise. Celle-ci devrait, d’après l’Organisation mondiale du commerce (OMC), entraîner une chute de 13 % à 32 % du volume des échanges de marchandises, soit davantage que pendant la crise financière de 2008-2009.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Vers une nouvelle ère du protectionnisme

Or contrairement à l’Europe ou aux Etats-Unis, qui ont les moyens de s’endetter, les pays à bas revenu ne disposent pas de la même marge de manœuvre financière pour sauver leurs économies. Avant même la crise, le FMI considérait que la moitié d’entre eux étaient en risque de surendettement. Depuis le début de la pandémie, ils n’ont pu consacrer que 1,4 % de leur produit intérieur brut (PIB) à des plans d’aide économique, contre 8,6 % du PIB chez les riches.

La montée du protectionnisme dans le monde et les tensions commerciales entre la Chine et les Etats-Unis risquent d’accentuer la crise et de stopper l’ascension des pays à bas et moyen revenu. Certains d’entre eux, en effet, tiraient profit de l’ouverture des frontières pour s’insérer dans les chaînes d’approvisionnement des multinationales. Les relocalisations prônées par la France ou les Etats-Unis au nom de la « souveraineté économique » pourraient provoquer des suppressions d’emplois.

« L’essor des chaînes de valeur mondiales a été un facteur-clé de la croissance, qui a permis aux économies en développement de rattraper rapidement leur retard », affirmait le directeur général de l’OMC, Roberto Azevêdo, en janvier 2020. L’institution attribue le recul de la pauvreté sur la planète au quadruplement du commerce mondial. Une personne sur dix dans le monde vit aujourd’hui au-dessous du seuil de pauvreté, contre une sur trois en 1995.

Il vous reste 34.73% de cet article à lire.

Lecture du Monde en cours sur un autre appareil.

Vous pouvez lire Le Monde sur un seul appareil à la fois

Ce message s’affichera sur l’autre appareil.

  • Parce qu’une autre personne (ou vous) est en train de lire Le Monde avec ce compte sur un autre appareil.

    Vous ne pouvez lire Le Monde que sur un seul appareil à la fois (ordinateur, téléphone ou tablette).

  • Comment ne plus voir ce message ?

    En cliquant sur «  » et en vous assurant que vous êtes la seule personne à consulter Le Monde avec ce compte.

  • Que se passera-t-il si vous continuez à lire ici ?

    Ce message s’affichera sur l’autre appareil. Ce dernier restera connecté avec ce compte.

  • Y a-t-il d’autres limites ?

    Non. Vous pouvez vous connecter avec votre compte sur autant d’appareils que vous le souhaitez, mais en les utilisant à des moments différents.

  • Vous ignorez qui est l’autre personne ?

    Nous vous conseillons de modifier votre mot de passe.