Levées de fonds record pour les start-up de la santé numérique

Entre janvier et mars 2020, les « healthtech » ont collecté, dans le monde, un total de 8,2 milliards de dollars, en hausse de 76 % par rapport au premier trimestre 2019, selon Preqin.

Par Publié le 05 juin 2020 à 10h47 - Mis à jour le 06 juin 2020 à 09h34

Temps de Lecture 3 min.

Article réservé aux abonnés

Les bureaux de Doctolib, à Paris, en avril 2019.

Si la pandémie de Covid-19 a rendu les acteurs du capital-investissement plus frileux, certaines jeunes pousses de la santé semblent presque étonnées quand on leur demande si elles ont peiné à lever des fonds dans cette période. « Cela a été très vite », assure Thomas Clozel, le cofondateur d’Owkin, qui a annoncé, le 7 mai, avoir réuni 25 millions de dollars (22,2 millions d’euros), auprès de Bpifrance, de Cathay Innovation et de la Mutuelle d’assurances du corps de santé français.

« On a signé à distance. C’était même plus simple », déclare Jean-Charles Samuelian, PDG d’Alan, qui a collecté, le 19 avril, 50 millions d’euros auprès du singapourien Temasek, notamment : « Depuis, nous sommes contactés régulièrement par des investisseurs qui nous proposent de nous soutenir. »

Point commun de ces deux pépites du numérique ? Elles sont montées au front dans la lutte contre le Covid-19. « La pandémie a confirmé la valeur de notre technologie, qui facilite la recherche collaborative, en analysant les données des hôpitaux sans se les approprier », explique M. Clozel. Quant à Alan, une plate-forme d’accès aux soins centrée sur une assurance santé en ligne, elle a ajouté, « en quelques jours, des fonctionnalités dont un vérificateur de symptômes qui ont été très utilisées par [leurs] membres », précise M. Samuelian.

« Le Covid-19 donne un vrai coup d’accélérateur »

« Certains secteurs peinent à collecter des capitaux depuis le début de la pandémie, mais ce n’est pas le cas en santé numérique, confirme Anne-Charlotte Rivière, associée du cabinet d’avocats Dechert. En ce moment, je travaille sur trois levées de fonds dans ce domaine, de 50 millions d’euros chacune. C’est une taille qui, il y a quatre ans encore, aurait été considérée comme exceptionnelle. »

Article réservé à nos abonnés Lire aussi La crise liée au coronavirus consacre la télémédecine

Entre janvier et mars 2020, les « healthtech » – ces jeunes pousses qui vont de la télémédecine aux applications pour diabétiques, en passant par les logiciels de gestion du personnel pour les hôpitaux – ont levé, dans le monde, un total de 8,2 milliards de dollars, en hausse de 76 % par rapport au premier trimestre 2019, selon le fournisseur de données Preqin. « Le montant le plus élevé jamais atteint sur un trimestre. » « Les fonds spécialisés sur la tech se méfiaient du secteur de la santé, car il s’agit d’une activité très réglementée, loin de leurs réseaux habituels, avec la nécessité de conserver longtemps leur investissement. Mais ils veulent tous y investir désormais », analyse Alain Decombe, qui dirige le bureau de Paris de Dechert.

Il vous reste 46.38% de cet article à lire.

Lecture du Monde en cours sur un autre appareil.

Vous pouvez lire Le Monde sur un seul appareil à la fois

Ce message s’affichera sur l’autre appareil.

  • Parce qu’une autre personne (ou vous) est en train de lire Le Monde avec ce compte sur un autre appareil.

    Vous ne pouvez lire Le Monde que sur un seul appareil à la fois (ordinateur, téléphone ou tablette).

  • Comment ne plus voir ce message ?

    En cliquant sur «  » et en vous assurant que vous êtes la seule personne à consulter Le Monde avec ce compte.

  • Que se passera-t-il si vous continuez à lire ici ?

    Ce message s’affichera sur l’autre appareil. Ce dernier restera connecté avec ce compte.

  • Y a-t-il d’autres limites ?

    Non. Vous pouvez vous connecter avec votre compte sur autant d’appareils que vous le souhaitez, mais en les utilisant à des moments différents.

  • Vous ignorez qui est l’autre personne ?

    Nous vous conseillons de modifier votre mot de passe.