Facebook accusé de jouer le jeu de Trump contre Twitter

Les principaux réseaux sociaux peinent à établir une ligne commune face aux outrances du président des Etats-Unis.

Par Publié le 29 mai 2020 à 18h43 - Mis à jour le 01 juin 2020 à 14h57

Temps de Lecture 4 min.

Article réservé aux abonnés

Mark Zuckerberg, le fondateur de Facebook, le 25 octobre 2019, à New York.

Mark Zuckerberg s’attendait probablement à susciter des réactions en se démarquant de Twitter en pleine polémique avec Donald Trump. « Nous avons une politique différente. J’ai simplement la conviction que Facebook ne devrait pas être l’arbitre de la vérité de ce que les gens disent sur Internet », a-t-il objecté sur la chaîne Fox News, jeudi 28 mai, après que le réseau concurrent a, pour la première fois, étiqueté deux des tweets du président américain, avec la mention « contenu trompeur ». Cette sortie, immédiatement saluée sur Twitter par le chef de l’Etat, vaut à Facebook d’être accusé, une nouvelle fois, de faire le jeu des républicains et de Donald Trump.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Pour la première fois, Twitter alerte les internautes face à une fausse information propagée par Donald Trump

« Zuckerberg est allé sur Fox News une machine à cash et à haine, qui donne un mégaphone aux racistes et aux conspirationnistes –, pour dire que les réseaux sociaux devraient, en somme, laisser les politiciens mentir sans conséquences. Cela érode notre démocratie », a réagi l’ex-candidate à l’investiture démocrate Elizabeth Warren, sur Twitter.

« Les réseaux sociaux ne veulent pas être régulés, alors ils flattent la Maison Blanche. Regardez ce que Mark Zuckerberg, de Facebook, a dit aujourd’hui. Ce n’est que de la flatterie », a renchéri la démocrate Nancy Pelosi, présidente de la Chambre des représentants. « Ils se cachent derrière la liberté d’expression [mais] leur modèle économique, c’est de faire de l’argent au détriment de la vérité et des faits », a-t-elle ajouté. De nombreux autres internautes ou observateurs ont reproché au fondateur de Facebook de prendre le parti de Donald Trump.

Une posture politique

Ironie du sort, la politique de modération de Facebook est différente de celle de Twitter, mais pas si éloignée. Le réseau de microblogging a étiqueté comme trompeur un tweet de M. Trump, selon lequel le vote par correspondance faciliterait la fraude électorale. Puis un autre message présidentiel, à propos des heurts survenus à Minneapolis (Minnesota), après la mort d’un homme noir tué par la police : « Si des émeutes commencent, on commencera à tirer », menaçait-il par un tweet jugé contraire aux « règles de Twitter relatives à la glorification de la violence ».

Lire aussi Twitter masque un message de Donald Trump sur Minneapolis jugé à risque

En comparaison, Facebook a certes exclu, en septembre 2019, les messages et les publicités publiées directement par des personnalités politiques du champ des contenus vérifiés par son réseau de médias partenaires. Mais ces équipes de fact-checking (« vérification des faits ») peuvent étiqueter comme trompeurs des articles publiés sur Facebook mentionnant des propos de responsables publics. Et, pendant la crise due au coronavirus, Facebook et sa filiale Instagram ont, comme Twitter, supprimé des contenus des présidents brésilien et vénézuélien, Jair Bolsonaro et Nicolas Maduro. Ils propageaient des fausses informations médicales présentant « un réel risque de préjudice physique », a justifié Facebook.

Il vous reste 54.61% de cet article à lire.

Lecture du Monde en cours sur un autre appareil.

Vous pouvez lire Le Monde sur un seul appareil à la fois

Ce message s’affichera sur l’autre appareil.

  • Parce qu’une autre personne (ou vous) est en train de lire Le Monde avec ce compte sur un autre appareil.

    Vous ne pouvez lire Le Monde que sur un seul appareil à la fois (ordinateur, téléphone ou tablette).

  • Comment ne plus voir ce message ?

    En cliquant sur «  » et en vous assurant que vous êtes la seule personne à consulter Le Monde avec ce compte.

  • Que se passera-t-il si vous continuez à lire ici ?

    Ce message s’affichera sur l’autre appareil. Ce dernier restera connecté avec ce compte.

  • Y a-t-il d’autres limites ?

    Non. Vous pouvez vous connecter avec votre compte sur autant d’appareils que vous le souhaitez, mais en les utilisant à des moments différents.

  • Vous ignorez qui est l’autre personne ?

    Nous vous conseillons de modifier votre mot de passe.